PARIS / Déplacement dans la CREUSE de Patrick KANNER le 11 mars 2016

PARIS / Le ministre inaugurera deux parcs aquatiques, à Aubusson et à La Souterraine.

IMG 9776

Ce vendredi 11 mars, Patrick KANNER, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, se rendra dans la Creuse.

Le ministre inaugurera deux parcs aquatiques, à Aubusson et à La Souterraine.
Il se rendra également à Guéret, ville entrante dans la nouvelle géographie prioritaire, où il échangera avec des membres du conseil citoyen et des acteurs du contrat de ville.
Il se rendra ensuite à la Quincaillerie Numérique. Il visitera les différents ateliers : FabLab, initiation à l’informatique, création de caméra intelligente… Il rencontrera également deux jeunes qui y effectuent un service civique.

PROGRAMME

AUBUSSON

15h05 Inauguration du parc Aquasud – Dévoilement de la plaque
15h40 Visite de l’espace Bien-être
Adresse : Allée Jean-Marie Couturier – 23200 – AUBUSSON

GUERET

16h30 Echange avec les membres du conseil citoyen
17h00 Table ronde avec les partenaires et acteurs du contrat de ville
17h30 Fin de la table ronde
Adresse : Esplanade François Mitterrand – 23000 – GUERET
17h35 Visite de la Quincaillerie Numérique
Point presse
Adresse : 6 rue Maurice Rollinat – 23000 – Guéret

LA SOUTERRAINE

18h30 Inauguration du centre aqualudique
Adresse : Boulevard du 8 mai 1945 – 23300 – LA SOUTERRAINE

19h00 Allocutions

SOURCE /
MINISTERE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Ce vendredi 11 mars, Patrick KANNER, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, se rendra dans la Creuse.

IMG 9776

Le ministre inaugurera deux parcs aquatiques, à Aubusson et à La Souterraine.
Il se rendra également à Guéret, ville entrante dans la nouvelle géographie prioritaire, où il échangera avec des membres du conseil citoyen et des acteurs du contrat de ville.
Il se rendra ensuite à la Quincaillerie Numérique. Il visitera les différents ateliers : FabLab, initiation à l’informatique, création de caméra intelligente… Il rencontrera également deux jeunes qui y effectuent un service civique.

PROGRAMME

AUBUSSON

15h05 Inauguration du parc Aquasud – Dévoilement de la plaque
15h40 Visite de l’espace Bien-être
Adresse : Allée Jean-Marie Couturier – 23200 – AUBUSSON

GUERET

16h30 Echange avec les membres du conseil citoyen
17h00 Table ronde avec les partenaires et acteurs du contrat de ville
17h30 Fin de la table ronde
Adresse : Esplanade François Mitterrand – 23000 – GUERET
17h35 Visite de la Quincaillerie Numérique
Point presse
Adresse : 6 rue Maurice Rollinat – 23000 – Guéret

LA SOUTERRAINE

18h30 Inauguration du centre aqualudique
Adresse : Boulevard du 8 mai 1945 – 23300 – LA SOUTERRAINE

19h00 Allocutions

SOURCE /
MINISTERE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS




PARIS / Déplacement à LIMOGES de Patrick KANNER le 11 mars 2016

PARIS / Le ministre se rendra au centre régionale d’information jeunesse.

IMG 9793

Ce vendredi 11 mars, Patrick KANNER, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, se rendra à Limoges (87).

Le ministre se rendra au centre régionale d’information jeunesse où il rencontrera des jeunes participant à une journée de mobilisation sur le service civique. Cette journée, organisée avec la ligue de l’enseignement, a pour objectif de construire leur future mission de service civique. Les jeunes construisent ainsi leur mission sur mesure, tandis que le CRIJ et la Direction régionale jeunesse, sports et cohésion sociale, s’associent ensuite pour trouver une structure d’accueil adéquate à la demande des jeunes.
Sa visite se poursuivra par le nouveau complexe sportif du Val de l’Aurence, où il assistera à des entraînements de taekwondo et de l’équipe professionnelle de handball.
Le ministre se rendra ensuite à l’Espace Mas Jambost. Ce nouvel équipement socioculturel a été réalisé dans le cadre du programme national de renouvellement urbain. Il y rencontrera des associations qui interviennent également dans 9 quartiers prioritaires de la ville.
Le ministre conclura cette visite par la signature de la charte  » Entreprises et quartiers  » avec 10 entreprises partenaires : ERDF, EDF, Engie, La Poste, Legrand, Orange, Randstad, Schneider, Solig, SNCF.
La Charte  » Entreprises et quartiers  » vise à impliquer les entreprises dans des actions en faveur des habitants des quartiers populaires sur des thématiques comme l’accès aux qualifications et à l’emploi, l’orientation et l’accompagnement scolaires, l’accès aux services de proximité ou encore le développement d’activités économiques. Depuis son lancement en 2013, plus de 450 entreprises, dont 60 grands groupes nationaux, sont aujourd’hui engagés dans la démarche nationale et ses dynamiques locales.

PROGRAMME
09h20 Visite du CRIJ
Présentation des missions du CRIJ
Rencontre avec des jeunes participant à une action de mobilisation sur le service civique
Carré Jourdan, 13, cours Jourdan, 87000 Limoges
10h15 Visite du nouveau complexe sportif du Val de l’Aurence
Entraînement de jeunes au taekwondo dans le dojo consacré aux arts
Entraînement du centre de formation de l’équipe professionnelle de handball de Limoges
Rencontre avec l’association  » Esprit Sport Limousin  » – témoignages et échanges avec des jeunes sur les dispositifs SESAME
3, allée du Maréchal Franchet d’Esperey, 87100 Limoges

11h05 Visite de l’espace Mas Jambost
Visite des espaces avec 2 associations : Chapeau Magique et Singuliers associés
Echanges
11, rue maréchal Franchet- d’Esperey, 87100 Limoges

12h10 Signature de la Charte  » Entreprises et quartiers  »
Allocution du Ministre
Point presse informel

Ce vendredi 11 mars, Patrick KANNER, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, se rendra à Limoges (87).

IMG 9793

Le ministre se rendra au centre régionale d’information jeunesse où il rencontrera des jeunes participant à une journée de mobilisation sur le service civique. Cette journée, organisée avec la ligue de l’enseignement, a pour objectif de construire leur future mission de service civique. Les jeunes construisent ainsi leur mission sur mesure, tandis que le CRIJ et la Direction régionale jeunesse, sports et cohésion sociale, s’associent ensuite pour trouver une structure d’accueil adéquate à la demande des jeunes.
Sa visite se poursuivra par le nouveau complexe sportif du Val de l’Aurence, où il assistera à des entraînements de taekwondo et de l’équipe professionnelle de handball.
Le ministre se rendra ensuite à l’Espace Mas Jambost. Ce nouvel équipement socioculturel a été réalisé dans le cadre du programme national de renouvellement urbain. Il y rencontrera des associations qui interviennent également dans 9 quartiers prioritaires de la ville.
Le ministre conclura cette visite par la signature de la charte  » Entreprises et quartiers  » avec 10 entreprises partenaires : ERDF, EDF, Engie, La Poste, Legrand, Orange, Randstad, Schneider, Solig, SNCF.
La Charte  » Entreprises et quartiers  » vise à impliquer les entreprises dans des actions en faveur des habitants des quartiers populaires sur des thématiques comme l’accès aux qualifications et à l’emploi, l’orientation et l’accompagnement scolaires, l’accès aux services de proximité ou encore le développement d’activités économiques. Depuis son lancement en 2013, plus de 450 entreprises, dont 60 grands groupes nationaux, sont aujourd’hui engagés dans la démarche nationale et ses dynamiques locales.

PROGRAMME
09h20 Visite du CRIJ
Présentation des missions du CRIJ
Rencontre avec des jeunes participant à une action de mobilisation sur le service civique
Carré Jourdan, 13, cours Jourdan, 87000 Limoges
10h15 Visite du nouveau complexe sportif du Val de l’Aurence
Entraînement de jeunes au taekwondo dans le dojo consacré aux arts
Entraînement du centre de formation de l’équipe professionnelle de handball de Limoges
Rencontre avec l’association  » Esprit Sport Limousin  » – témoignages et échanges avec des jeunes sur les dispositifs SESAME
3, allée du Maréchal Franchet d’Esperey, 87100 Limoges

11h05 Visite de l’espace Mas Jambost
Visite des espaces avec 2 associations : Chapeau Magique et Singuliers associés
Echanges
11, rue maréchal Franchet- d’Esperey, 87100 Limoges

12h10 Signature de la Charte  » Entreprises et quartiers  »
Allocution du Ministre
Point presse informel




PARIS / Le Thermalisme et le Burn out

PARIS / Stress, fatigue, démotivation, surmenage intense, épuisement professionnel, … le burn out préoccupe.

Le Thermalisme et le Burn out

Véritable maladie de société, le burn out s’impose de plus en plus fréquemment dans la vie et le vocabulaire de chacun.
Selon une étude publiée par le cabinet de prévention des risques Technologia, il toucherait environ 3,2 millions de personnes actives en France. Ses symptômes et ses conséquences deviennent d’ailleurs de plus en plus l’objet de recherches dans le secteur médical.
Est-ce grave docteur ?

Agir avant qu’il ne soit trop tard

Face à ce constat sociétal, parmi les réponses possibles à apporter au consommateur en termes de prévention,  » l’Officiel du Thermalisme 2016  » a choisi de pointer 4 établissements français qui proposent des cures thermales spécialement dédiées : Le Boulou (Pyrénées-Orientales), Saujon (Charente-Maritime), Ussat-Les-Bains (Ariège), Vichy (Auvergne).

Quatre adresses où la priorité est donnée aux modalités préventives et thérapeutiques en concentrant leur mission sur la démarche de prévention du burn out.

L’Officiel du Thermalisme

Annuaire didactique et pratique, l’Officiel du Thermalisme recense toutes les stations thermales françaises et livre un panorama complet du thermalisme médical.
Véritable vade-mecum du curiste et du médecin, il décrit de façon exhaustive les 12 orientations thérapeutiques, l’état des études scientifiques et l’actualité des stations.

www.officiel-thermalisme.com
Éditeur : Palindrome Edition
Format A5 – 260 pages
Prix – 16 euros
Points de vente: réseau FNAC, Amazon et librairies indépendantes.




PARIS / Préparation du Conseil agriculture du 14 mars 2016

PARIS / La France et l’Allemagne s’entendent sur des positions communes afin de permettre à l’agriculture européenne de sortir de la crise.

intro-presse-agence-2016

Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Porte-parole du Gouvernement s’est rendu à Berlin ce mardi 8 mars pour s’entretenir avec son homologue allemand, Christian SCHMIDT. A l’occasion de cette rencontre, les ministres ont partagé le constat que la crise que traversent en particulier les secteurs porcin et laitier est à la fois profonde, durable et européenne. Ils appellent donc la Commission à proposer en urgence et à l’échelle européenne des mesures de soutien à l’agriculture, à l’occasion du Conseil agriculture du 14 mars prochain.
A l’issue de cet entretien, la France et l’Allemagne ont convenu d’adresser à la Commission européenne un texte commun dans lequel elles demandent notamment :

– l’organisation par le Commissaire HOGAN d’une table-ronde réunissant les opérateurs représentatifs du secteur laitier au niveau européen pour appeler à la stabilisation de la production,

– le renforcement des mesures de marché, et en particulier l’adaptation du stockage privé pour le porc et l’augmentation du plafond européen d’intervention pour la poudre de lait, actuellement de 109000 tonnes,

– la mise en place de mesures volontaires de limitation de la production, accessibles aux agriculteurs et entreprises laitières, et complétées par un soutien financier de l’Union européenne, afin de permettre une remontée efficace des prix par la gestion temporaire des volumes,

– l’augmentation du plafond des aides de minimis (montant d’aide qui peut être versé par les Etats membres à leurs agriculteurs en dehors des dispositifs prévus par la PAC) de 15 000 à 30 000 euros (montant sur 3 ans), ainsi que l’augmentation du plafond national, afin de permettre aux Etats de soutenir leurs agriculteurs dans un cadre juridique sécurisé,

– le soutien de l’exportation des produits agricoles européens grâce à un dispositif d’aides à la promotion simplifié et à la mise en place d’un mécanisme de crédit export efficace et cohérent avec les instruments nationaux. Il est également essentiel que tout soit mis en œuvre pour lever au plus vite les barrières non-tarifaires à l’exportation, en donnant notamment priorité à la levée rapide de l’embargo sanitaire russe sur le porc.

Stéphane LE FOLL a indiqué à son homologue allemand qu’il se rendrait dans la semaine à Ljubljana (Slovénie), Varsovie (Pologne) ainsi qu’à La Haye (Pays-Bas), où il rencontrera le Président du Conseil agriculture, afin de faire part à ses homologues de la position conjointe défendue par le France et l’Allemagne et de les inviter à lui apporter leur soutien.

SOURCE /
Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt
Hôtel de Villeroy – 78 bis, rue de Varenne – 75007 PARIS
www.agriculture.gouv.fr
@Min_Agriculture




PARIS / Des mini-incubateurs d’entreprises aident les étudiants à se lancer

PARIS / Pour relever le challenge, pour concilier métier et passion, pour contrer le chômage, les Français sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à l’entrepreneuriat.

Des mini-incubateurs d'entreprises aident les étudiants à se lancer

Parce qu’il connaît les freins et surtout les clés de la réussite entrepreneuriale, le jeune serial entrepreneur de 24 ans, Clément Lafargue a lancé fin 2014 la start-up Meet&Start. Premier facilitateur d’entrepreneuriat français, la start-up Meet&Start offre à travers un concept inédit et résolument moderne, toute la palette d’outils nécessaires pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale, avec ou sans idées, avec ou sans financements.

La start-up Meet&Start crée des mini-incubateurs pour permettre à tous d’entreprendre

Premier facilitateur d’entrepreneuriat français, la start-up Meet&Start offre à travers un concept inédit et résolument moderne, toute la palette d’outils nécessaires pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale, avec ou sans idées, avec ou sans financements.
Durant le premier trimestre de 2016, Meet&Start s’engage pour aller encore plus loin dans son soutien à l’entrepreneuriat. La start-up propose en effet aux écoles de commerces et aux universités de la région Ile-De-France de mettre en place gratuitement, au sein de leur établissement, des mini-incubateurs pour aider leurs étudiants à créer leur société ou à structurer leur projet.
Opération mini-incubateurs au coeur des écoles de commerce et universités d’Ile de France avec Meet&Start !
Pour relever le challenge, pour concilier métier et passion, pour contrer le chômage, les Français sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à l’entrepreneuriat. Dans le cadre d’un sondage paru jeudi 28 janvier 2016 par l’institut OpinionWay, 37 % des personnes interrogées ont répondu positivement à la question : « Auriez-vous envie de créer une entreprise, d’en reprendre une ou de vous mettre à votre compte ? » et 34 % d’entre elles comptent concrétiser leur projet dans les deux ans à venir.
Et les étudiants en rêvent aussi ! Le 25 janvier dernier, une étude Ipsos, menée auprès de plus de 2 000 étudiants des écoles de commerce et d’ingénieurs membres, révèle que près d’un étudiant sur quatre (23%) rêve de créer sa propre entreprise, un rêve partagé par 35% des anciens élèves de ces écoles.
Parce qu’il a fait ce même rêve, parce qu’il connaît les freins et surtout les clés de la réussite entrepreneuriale, le jeune serial entrepreneur de 24 ans, Clément Lafargue a lancé fin 2014 la start-up Meet&Start.
Son concept unique permet aux porteurs de projets, créateurs ou chefs d’entreprise en quête de développement de trouver l’associé idéal et de bénéficier d’offres et de services exclusifs grâce à un réseau de partenaires.
Particulièrement sensible à la création d’entreprise des jeunes, Clément Lafargue qui intervient déjà régulièrement en écoles et universités pour la fondation « 100.000 entrepreneurs », a décidé d’aller encore plus loin en lançant les mini-incubateurs Meet&Start.

Soutenir les étudiants entrepreneurs

Durant le premier trimestre 2016, Meet&Start propose à des écoles de commerce et des universités de la région Ile-De-France un dispositif de mini-incubation au coeur de leur établissement. Totalement gratuits, ces mini incubateurs ont pour objectif d’aider les étudiants en fin d’études ou à mi-parcours (à partir de la deuxième année) à lancer leur société ou à en préparer les bases.
Pour chaque établissement qui aura soumis des projets d’étudiants souhaitant lancer leur société d’ici moins de 2 ans, Meet&Start sélectionnera jusqu’à 3 dossiers et 3 élèves maximum par dossier.

Clément Lafargue, dirigeant de Meet&Start, souligne,
A travers cette initiative, nous souhaitons permettre aux écoles et universités, sans que cela leur coûte un centime, de donner une chance à leurs élèves de créer ou de s’orienter vers la création d’une start-up, en étant accompagnés et soutenus par des experts en entrepreneuriat. C’est une opportunité pour les étudiants, mais aussi pour l’établissement qui peut ainsi participer à créer en son sein une success-story !
Durant 2 à 4 mois selon les projets et les établissements, Clément Lafargue interviendra deux heures par semaine pour appuyer personnellement les étudiants sur des problématiques concrètes de leur projet. Loin des cours théoriques, ces sessions de brainstorming ciblé permettront au cas par cas de répondre à leurs questions et de lever les freins : quelles astuces pour créer sa société, comment monétiser une idée, à qui s’adresser pour de l’aide, comment mieux orienter son produit, à qui vendre et à combien, etc.

Clément Lafargue poursuit,
Le but est que les étudiants puissent valider la fiabilité de leur projet de création d’entreprise, vérifier que les bases sont assez solides, estimer le délai nécessaire à sa concrétisation, etc., en bref, qu’ils soient orientés dans la bonne direction dès le départ, et si besoin, qu’ils puissent bénéficier du réseau Meet&Start, de ses services et partenaires.

A propos de Meet&Start

Premier facilitateur d’entrepreneuriat français, Meet&Start permet à tous les créateurs d’entreprise de trouver des associés, des financements et des accompagnements concrets pour l’ensemble de ses démarches.
En s’appuyant sur le réseautage et la force de l’écosystème, la plateforme rassemble :
– des futurs entrepreneurs, qui ont soit un projet, des fonds, des compétences, ou une force de travail à fournir ;
– des créateurs d’entreprise aguerris qui souhaitent profiter du tremplin et des avantages offerts dans tout ce qui peut être utile à la vie d’une entreprise ;
– des partenaires, banques, comptables, agences de communication, incubateurs, etc., qui s’engagent à offrir des offres exclusives et des services à tarifs préférentiels pour contribuer à la réussite entrepreneuriale.

Clément Lafargue confie,
Meet&Start s’est donné pour mission de rassembler toute la palette nécessaire pour entreprendre : le Meet, l’Idea, l’Investment et le Start. Toute personne peut s’inscrire sans autre chose que sa motivation entrepreneuriale et peut trouver un associé, un projet, des fonds et des partenaires.

A propos de Clément Lafargue

Passionné d’entrepreneuriat depuis le plus jeune âge, Clément Lafargue lance en 2007, alors qu’il est encore lycéen, le jeu en ligne Fatal-destiny.com, rassemblant à sa belle époque jusqu’à 60.000 joueurs. Son baccalauréat en poche, il quitte Genève pour Paris et suit des études de droit durant lesquelles il crée en 2009 une SARL de vente de cigarettes électroniques. Le secteur n’a pas encore explosé et Clément Lafargue décide deux ans plus tard de
se concentrer sur ses études. « J’aurais dû persévérer et continuer à développer la société, vu que le secteur explosa finalement », ponctue-t-il…
Mais son goût pour l’entrepreneuriat le rattrape très vite et dès l’année suivante, il s’intéresse aux problématiques d’associations et intègre l’incubateur de la CCIP.
« A la recherche d’une idée novatrice pour rouvrir une entreprise, je me suis aperçu que nombre de personnes ne souhaitaient pas revendre une idée d’entreprise pensant pouvoir la développer un jour. En m’intéressant de plus près aux raisons qui les en empêchaient, j’ai découvert que le manque de fonds et surtout la solitude étaient les principaux freins. J’ai également réalisé que beaucoup de personnes ne possédaient pas forcément d’idées mais rêvaient de devenir entrepreneur ».
Ainsi naît l’idée de Meet&Start… Un véritable tremplin entrepreneurial pour quiconque rêve de se lancer dans la création d’entreprise !

Pour en savoir plus
http://www.meetandstart.com




PARIS / Mobilisation générale contre la loi travail et pour le droit à un avenir, le 9 mars 2016

PARIS / A Paris, rendez-vous à République à partir de 14h.

A Paris, rendez-vous à République à partir de 14h 3

Contre la loi « licenciements » et pour un droit à l’avenir

A Paris, rendez-vous à République à partir de 14h 1

Mais aussi dans toute la France (carte ici), et en ligne pour celles et ceux qui ne sont pas disponibles avec la manifestation virtuelle.
Et bien sur cette pétition à plus d’un million de signatures.
« On vaut mieux que ça ! » disent les Youtubers et ils ont raison. Ils et elles ont raison sur le contenu de cette loi que l’on devrait appeler loi « licenciements » ou loi « travailler plus pour gagner moins » (éléments d’analyse sur http://loitravail.lol/).
Qui peut croire que c’est en travaillant toujours plus pour autant ou moins que l’on fera reculer le chômage ?

Ils et elles ont raison sur l’approche : ce projet de loi, c’est la vision désincarnée du travail à son paroxysme. Faut-il être loin du terrain pour imaginer de faciliter la suppression des jours de congés en cas de décès d’un proche ou de décompter les temps d’astreinte des temps de repos ?

A Paris, rendez-vous à République à partir de 14h 2

On est dans la lignée de l’analyse du chômage comme une simple courbe qu’il s’agirait d’inverser (et puisqu’on parle de courbes, en voici qui relativisent les « miracles » dont on nous parle, ici l’analyse de Guillaume Duval) plutôt que comme une réalité humaine et sociale bien concrète. De même pour le travail, et son code, vus comme des concepts déshumanisés, alors que l’on touche au statut social, aux choix de vie ou aux souffrances de la précarité, à la vie de famille, aux loisirs, à l’émancipation… comme j’ai essayé de le développer sur ce débat sur Europe 1, ou comme l’explique Diana Filippova chez Ce soir ou Jamais;

Ils et elles ont raison aussi plus largement : on vaut mieux que cette manière de « réformer ».
Des recettes tout droit sorties du MEDEF, aucune négociation et même la menace d’un passage en force à l’Assemblée… et ceux qui s’y opposent seraient forcément « absurdes ».

Non pas qu’il ne faille pas réformer et se satisfaire de la situation faite à la jeunesse et aux plus précaires. C’est le sens de la tribune publiée par Génération-Précaire.
Nous avons avec les écologistes multiplié les propositions sur le revenu de base (lire l’excellente proposition de mise en place pas à pas sur le site du Mouvement Français pour un Revenu de Base), enfin débattu au Sénat grâce aux écolos, sur la réduction de temps de travail, sur la réorientation des aides aux entreprises et l’instauration de conditions environnementales : aider l’épicier du coin plutôt qu’Auchan et ses temps partiels contraints, l’agriculteur bio plutôt que le céréalier dopé aux subventions et aux pesticides, aider les libraires plutôt qu’Amazon…

C’est le sens de mon intervention chez On est pas couché samedi soir : oui notre société est bloquée et oui il faut la déverrouiller pour faire advenir un meilleur avenir.

Mais cela ne pourra se faire avec ce personnel politique incapable d’envisager autre chose que ce qui foire depuis quarante ans, que ce soit en matière de développement économique comme d’aménagement du territoire (cf ce projet périmé d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, lire ce bel article un peu daté mais moins que le projet  » Notre-Dame-des-Landes : un projet de 1967 pour répondre aux défis de notre temps « ), d’agriculture, d’énergie ou autres.

Alors à nous de bousculer un peu ce monde.

A Paris, rendez-vous à République à partir de 14h 4

D’autant que ça fonctionne : ci-dessous quelques exemples d’initiatives qui donnent la patate et contribuent à bousculer ce vieux monde :

– le succès de la mobilisation à Notre-Dame-des-Landes, plus de 60.000 personnes rassemblées pour dire non. Et l’Europe qui pourrait bloquer les travaux.

– nouvelle mobilisation de Notre Affaire à tous, cette fois ci pour contester l’assouplissement des normes du nucléaire.

-premier sauvetage en mer de SOS Méditerranée, une idée qui semblait folle née en juillet dernier pour affréter un bateau et sauver des migrants perdus en mer : 74 personnes sauvées lors de la première patrouille, chaque euro donné permet de prolonger les sorties en mer : http://www.sosmediterranee.fr/

– mais aussi le documentaire  » Demain « , autofinancé, succès en salle et Césarisé qui présente les initiatives qui défrichent le monde à venir.

A Paris, rendez-vous à République à partir de 14h 5

Bousculer ce monde, c’est finalement ce qu’ont fait les initiatrices et initiateurs de la pétition contre la loi travail ou de l’appel à manifester le 9 mars.
C’est le sens de cet appel que j’ai lancé sur France 2 à s’engager contre la résignation ambiante et à inventer demain.
C’est aussi évidemment le sens de ce travail sur la réinvention d’EELV. Nous avons démarré le 5 mars avec une belle journée d’échanges : présentation ici par Léa ou ici par moi-même. Le compte-rendu et la suite arrivent, la bienvenue à celles et ceux qui le souhaitent : ici pour recevoir les informations et participer.
A très vite.
Julien




PARIS / SECURITE : Gaël PERDRIAU et François REBSAMEN vont co-présider la commission sécurité de l’association des élus urbains

PARIS / Gaël PERDRIAU, maire de Saint-Étienne et président de Saint-Étienne Métropole, et François REBSAMEN, maire de Dijon et président du Grand Dijon, viennent d’être nommés, au sein de l’Association France urbaine*, présidée par Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, président de Toulouse Métropole, co-présidents de la commission sécurité.

FRANCE URBAINE

Un domaine qui fait partie des préoccupations premières des Français.

Si la sécurité relève d’abord de la compétence de l’Etat, les maires, en lien direct avec leurs concitoyens, agissent aussi sur leur territoire, pour lutter contre l’insécurité, les incivilités et favoriser le maintien de l’ordre, la tranquillité et la salubrité publiques.
Au sein de cette commission seront abordés tous les sujets liés à cette problématique tels que l’évolution des missions de la police municipale, l’armement, la vidéo-protection, les arrêtés, la mise en place de Travaux d’intérêt général, ou encore la coordination avec les services de police nationale, la lutte contre les addictions, sans oublier la prévention de la délinquance et de la radicalisation.

L’objectif étant d’améliorer encore davantage les outils mis à la disposition des élus locaux pour lutter plus efficacement contre l’insécurité.

Gaël Perdriau et François Rebsamen précisent : La sécurité est certes la première des libertés mais elle est aussi la première des solidarités. Les Français ont tous droit au même niveau de sécurité. Il s’agit d’une condition indispensable du vivre ensemble. Le respect des lois de la République s’inscrit parmi les premières obligations légales d’un maire.

* France urbaine née de la fusion de l’Association des Maires de Grandes Villes de France et de l’Association des Communautés Urbaines de France, regroupe les élus des métropoles, des grandes communautés et des villes centres ou périphériques.




PARIS / Des indicateurs positifs pour la 8ème année du programme Entreprendre en Banlieue par Planet ADAM

PARIS / Avec un taux de chômage largement supérieur par rapport au reste du pays, les habitants des quartiers prioritaires sont davantage exposés à la précarité.

Des indicateurs positifs pour la 8ème année du programme Entreprendre en Banlieue par Planet ADAM

Créer son entreprise et donc son propre emploi devient alors une alternative de plus en plus envisagée : si le nombre de création d’entreprises en France stagne depuis quelques années, le taux de création dans les banlieues est presque deux fois plus élevé que la moyenne nationale !

CRÉER SON PROPRE EMPLOI POUR ENRAYER LE CHÔMAGE

Véritables viviers de talents, les banlieues françaises ne sont pourtant pas un terreau fertile à l’entrepreneuriat : stigmatisation mais aussi méconnaissance des démarches, ambitions bridées, prêts bancaires refusés… Les habitants de ces quartiers populaires doivent faire face à davantage d’embûches qu’ailleurs en France. Créée en 2006, Planet ADAM est présent au cœur même de ces quartiers sensibles pour ne pas laisser ces ambitions en germe. Le but est de permettre aux porteurs de projets de  » créer leur entreprise et vivre leur avenir « , à l’image du leitmotiv de l’association.

 » Le chômage est certes deux fois plus élevé dans les QPPV, mais l’énergie aussi ! «  explique Sylvaine Falque, vice-présidente de Planet ADAM.  » La rénovation des quartiers ne doit pas se limiter à celle de l’habitat. Les quartiers abritent des personnes en situation précaire et/ou marginalisées, et également de nombreux talents entrepreneuriaux qui, s’ils sont bien accompagnés, créent non seulement leur propre emploi mais aussi d’autres postes et contribuent ainsi à l’essor de leurs quartiers. « 

DES ACTIONS CONCRETES POUR DES RESULTATS PROBANTS

Planet ADAM compte actuellement 28 lieux d’accueil dont 15 antennes dédiées et 13 permanences. Réparties sur tout le territoire français, elles sont situées en plein cœur des quartiers pour créer un lien de proximité solide avec les personnes accompagnées.
En 2015, Planet ADAM s’est doté de 7 nouvelles permanences (IDF, PACA et Rhône-Alpes) et a organisé plus de 445 événements de sensibilisation tournés vers l’échange et la rencontre. Ces démarches ont permis de fédérer des talents autour d’une ambition commune : créer son propre emploi pour lutter contre le chômage et les inégalités.

Pensés pour toucher la plus large audience possible, ces événements ont réussi en 2015 à susciter intérêts et vocations :
9111 habitants ont été approchés, et 3 173 personnes ont été accueillies pour rencontrer les conseillers de Planet ADAM
1 750 personnes ont été accompagnées pour créer leur activité

En 2015, 606 entreprises ont vu le jour, soit 3010 créations depuis la fondation de l’association en 2006. Par ricochet, la création de ces entreprises a généré l’année dernière 722 emplois (3 555 depuis 2006). C’est autant d’opportunités de contribuer à la santé de l’emploi en France et plus particulièrement en banlieues !

DES PROJETS VIABLES QUI S’ENRACINENT DANS LE TEMPS

L’accompagnement proposé par Planet ADAM ne s’arrête pas une fois l’activité en marche. Présents de la genèse de l’entreprise à ses premiers pas, les conseillers suivent les projets à toutes les étapes d’élaboration et au-delà. Ils assurent un suivi post-création appliqué, rendant compte de la viabilité de l’entreprise sur plusieurs années ainsi que de l’évolution professionnelle et personnelle des porteurs de projets :

68% des projets dépassent les 3 premières années d’existence
87% des personnes réussissent leur insertion professionnelle
76% des créateurs d’entreprises quittent les minimas sociaux après avoir bénéficié du soutien de Planet ADAM

Ces indicateurs encourageants font partie des raisons pour lesquelles 99% des personnes accompagnées recommandent Planet ADAM.

L’EMPLOI DES FEMMES AU CŒUR DU PROGRAMME

Le programme  » Entreprendre en Banlieue  » apporte un soin particulier à accompagner les publics les plus marginalisés. Dans les zones urbaines sensibles près d’une femme sur deux n’est plus sur le marché du travail. Ni en recherche d’emploi, ni en activité, elles sont trop souvent dans une situation professionnelle précaire et occupent statistiquement deux à trois fois plus de contrats à temps partiel que les hommes. Face à cette réalité, Planet ADAM encourage toutes les vocations. L’association s’engage pour conjuguer l’entreprenariat au féminin à travers des campagnes de sensibilisation, des événements dédiés (comme le forum Elle Entreprend à Marseille) et un accompagnement individualisé des porteurs de projet.

Naïma Bouabsa, Créatrice de la laverie automatique  » Chez Nana « 

 » A force de volonté et grâce au soutien de personnes compétentes, ma laverie a finalement vu le jour. Si le chemin à été long et parfois difficile, aujourd’hui je suis très fière du résultat ! « 
Après divers emplois et suite à une longue période de chômage Naïma Bouabsa a décidé de créer son propre emploi en fondant une laverie automatique à destination des habitants de son quartier. Pour ce faire, elle a été amenée à créer un business plan, une étude de marché, créer un statut, chercher un local… Autant d’étapes pour lesquels les conseillers de Planet ADAM ont accompagné la porteuse de projet.

Inaugurée en 2015, la laverie  » Chez Nana  » ouvre 7/7jours de 7h a 21h. Elle compte cinq machines de 7kg, une machine de 16kg, deux sèche-linges, une centrale de paiement et un distributeur de lessive. A terme, une machine à coudre et une machine à café seront installées.




PARIS / 5euros.com dessine la nouvelle économie du microservice en FRANCE

PARIS / « Chacun a le pouvoir de vendre ses compétences et de donner une existence économique à ses talents, tout en respectant la réglementation de référence. »

Le site 5euros

Le microservice, nouvelle forme d’économie basée sur l’achat et la vente de services dématérialisés à prix fixe, se lance officiellement en France (après une version « test ») avec 5euros.com.
Le principe du site est très simple : il s’agit de mettre en relation des particuliers qui ont besoin d’un microservice avec d’autres particuliers qui possèdent les bonnes compétences et le temps nécessaire pour le réaliser.

5euros, pionnier d’une nouvelle tendance : le microservice
« Notre but est de simplifier la vie de tous. Qui n’a jamais rêvé d’accéder simplement à une compétence pour mettre en forme son CV, réaliser un logo ou embellir ses photos ? 5euros.com est né du constat qu’il n’est pas toujours évident de savoir à qui s’adresser pour un service, coup de pouce ou une idée de cadeau insolite. Mettre sa compétence, son talent, au service de chacun et la monétiser à prix fixe devrait être à la portée de n’importe qui », explique Guillaume Passaglia, le co-fondateur de 5euros.com.

La définition du microservice selon 5euros : mise à disposition de services rapides et simples, à prix fixe, reposant sur des compétences personnelles. Il s’inspire de la tendance du jobbing (service offline).
La plateforme 5euros permet ainsi à tout un chacun de vendre ses compétences ou de tester un service facilement, en ligne (allant de la création de logo à la correction d’un texte en anglais par exemple).
L’ambition de 5euros est claire : prouver que le microservice est accessible à tout le monde en proposant une nouvelle manière de vendre et d’acheter une petite prestation.

« Et si chacun d’entre nous pouvait proposer et monétiser l’une de ses compétences ? La vocation du site n’est en aucun cas d’empiéter sur les services proposés par les professionnels mais de proposer des réalisations rapides, simples, et à prix fixe, allant de coups de pouces  » utiles « , comme booster l’audience de son site web, à la possibilité plus  » originale  » de créer une vidéo pour demander son/sa bien-aimé(e) en mariage. Le site compte déjà près de 6 000 microservices, tous plus utiles ou ludiques les uns que les autres. La forte croissance de la communauté 5euros et les premiers retours utilisateurs très positifs nous confortent dans l’idée que ce nouveau marché a toute sa place en France et va connaitre un réel engouement. Cette tendance n’en est qu’à ses débuts », conclut Guillaume Passaglia.

Un catalogue riche et sécurisé

Le site 5euros assure un environnement sain – les microservices sont validés et revus – et sécurisé – tiers de confiance – pour permettre la vente et l’achat de microservices en ligne.
Le catalogue de microservices est riche et varié pour répondre à tous les publics et à tous les besoins : qu’il s’agisse d’aide pour la rédaction de documents, de créations graphiques, coups de pouce informatiques, de services d’ordre marketing ou encore de services insolites, le site devient vite un allié indispensable au quotidien. Aucun problème de livraison, 5euros est 100 % en ligne : lorsque la commande du client est prête, selon le délai préalablement fixé, elle est livrée directement sur le site.
La plateforme s’adresse aux particuliers recherchant des idées de bons plans, de cadeaux dématérialisés et décalés ou encore aux jeunes créateurs d’entreprise ou auto-entrepreneurs voulant tester des solutions ou demander des conseils informatiques.

Comment ça marche ?
1. On choisit le service dont on a besoin.
2. On passe sa commande au vendeur en quelques clics.
3. On la reçoit en 24h ou plus, puis on note le service.
5 bonnes raisons de rejoindre 5euros.com
1. SERVICE : Rendre un service
2. TALENT : Monétiser son talent / sa compétence
3. IDEES : Trouver des bonnes idées
4. EXHAUSTIVITE : + 6 000 microservices à 5 € livrés en 24h ou plus
5. SECURITE : Environnement sain et sécurisé (PayPal, MangoPay)




PARIS / Rencontre avec des hauts fonctionnaires en charge de l’égalité des droits

PARIS / Mme Annick GIRARDIN, ministre de la Fonction Publique, a reçu aujourd’hui des hauts fonctionnaires en charge de l’égalité des droits à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes.

intro-presse-agence-2016

 

Ces hauts fonctionnaires sont chargés de veiller dans les ministères à la prise en compte de l’égalité entre les femmes et les hommes dans les politiques publiques et dans la fonction publique.

La promotion de l’égalité est au cœur des valeurs et des missions de la fonction publique. Depuis 2012, le gouvernement s’est engagé, dans un objectif d’exemplarité des employeurs publics, et dans le cadre d’un dialogue social nourri, dans un programme d’actions en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, notamment dans la haute fonction publique.

Même si 60% des postes de hauts fonctionnaires sont encore occupés par des hommes et que des inégalités persistent, tant dans le déroulement des parcours professionnels qu’en matière de rémunérations, des progrès significatifs ont été atteints depuis trois ans. En 2014, comme en 2013, 33 % de femmes ont été primo-nommées à des emplois de cadre supérieur ou dirigeant de l’ensemble de la fonction publique contre 27 % en 2012. En 2015, les primo-nominations de femmes pour les emplois à la décision du gouvernement et aux emplois interministériels de direction atteignent 33%.

Cette rencontre a été l’occasion de mesurer ces évolutions et d’évoquer les progrès qu’il reste à accomplir.

La ministre de la Fonction Publique fera prochainement, avec les organisations syndicales un bilan de l’application du protocole d’accord relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique. Cet accord avait recueilli, le 8 mars 2013, les signatures de l’ensemble des organisations syndicales et des employeurs publics.

SOURCE /
ANNICK GIRARDIN
MINISTRE DE LA FONCTION PUBLIQUE