TOULON : VIGILANCE JAUNE pour VENT VIOLENT et VAGUES SUBMERSION

TOULON : Vigilance Vagues-Submersion de niveau jaune pour le département du Var, les Alpes Maritimes et la Corse du samedi 21 janvier 2017 à 16 heures (H légales) au dimanche 22 janvier 2017 à 6 heures.

14 JUILLET AU LAVANDOU 5

Samedi, un système méditerranéen actif se met en place. Le vent d’est à nord-est se renforce le long du littoral du Var et des Alpes Maritimes et engendre de fortes vagues. Le littoral de ces départements est concerné par le phénomène vagues-submersion. Le long de la côte, des déferlements peuvent engendrer des submersions localisées sur les parties exposées ou habituellement vulnérables du littoral.
Le vent d’est à nord-est souffle assez fort sur les côtes varoises et en en Corse. Il se renforce en fin d’après-midi avec des rafales dépassant les 100 km/h.

Le Préfet du Var appelle à la vigilance et conseille d’éviter :

– les activités nautiques et de faire preuve de prudence à proximité des cours d’eau
– les activités sous chapiteau et structure légère

Conséquences possibles :

* Des coupures d’électricité et de téléphone peuvent affecter les réseaux de distribution pendant des durées relativement importantes.
* Les toitures et les cheminées peuvent être endommagées.
* Des branches d’arbre risquent de se rompre. Les véhicules peuvent être déportés.
* La circulation routière peut être perturbée, en particulier sur le réseau secondaire en zone forestière.
* Quelques dégâts peuvent affecter les réseaux de distribution d’électricité et de téléphone.

Conseils de Comportement :

* Limitez vos déplacements. Limitez votre vitesse sur route et autoroute, en particulier si vous conduisez un véhicule ou attelage sensible aux effets du vent.
* Ne vous promenez pas en forêt et sur le littoral.
* En ville, soyez vigilants face aux chutes possibles d’objets divers.
* N’intervenez pas sur les toitures et ne touchez en aucun cas à des fils électriques tombés au sol.
* Rangez ou fixez les objets sensibles aux effets du vent ou susceptibles d’être endommagés.
* Installez impérativement les groupes électrogènes à l’extérieur des bâtiments.

* Installez impérativement les groupes électrogènes à l’extérieur des bâtiments.

SOURCE /

SERVICE INTERMINISTERIEL DE DEFENSE ET DE PROTECTION CIVILES




PARIS : 13e édition des États généraux du droit de la famille et du patrimoine – Jeudi 26 et vendredi 27 janvier 2017

PARIS : Mobilisation autour du divorce par consentement mutuel.

logopresseagence-001-02

Pascal Eydoux, président du Conseil national des barreaux vous convie aux 13e États généraux du droit de la famille et du patrimoine les jeudi 26 et vendredi 27 janvier prochains. A l’occasion de son discours et de celui de Jean-Jacques URVOAS, garde des Sceaux, jeudi 26 janvier à 9h30, Pascal EYDOUX rappellera le rôle des avocats, et celui formel et limité des notaires selon les termes de la loi du 1er janvier 2017. Le président du CNB appellera les avocats du Barreau de la famille à se mobiliser et informer les clients que seuls les avocats sont habilités à les conseiller et les accompagner dans le divorce par consentement mutuel sans juge de manière libre et éclairée.

13e ÉDITION ÉTATS GÉNÉRAUX DU DROIT DE LA FAMILLE ET DU PATRIMOINE
LES AVOCATS MOBILISÉS AUTOUR DU DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL SANS JUGE
Maison de la Chimie
28 bis rue Saint Dominique
75007 Paris
Métro : Invalides

Discours : jeudi 26 janvier à 9h30
Conférence sur le divorce par consentement mutuel : jeudi 26 janvier à 10h15

A propos du Conseil national des barreaux

LOGO CNB 1

Le Conseil National des Barreaux, établissement d’utilité publique doté de la personnalité morale, est l’institution nationale qui représente l’ensemble des avocats exerçant en France, chaque avocat restant par ailleurs individuellement inscrit auprès d’un des 164 barreaux locaux. Il a reçu de la loi des missions très spécifiques et son fonctionnement est régi par les dispositions de la loi et du décret complétés par un règlement intérieur.

Twitter Suivez l’actualité du CNB sur Twitter




PARIS : France Digitale entre en campagne pour 2017 – Cérémonie des voeux le 25 janvier 2017

PARIS : France Digitale, l’association des startups et des investisseurs du numérique présente ses vœux 2017 autour de la traditionnelle Galette des Rois.

logopresseagence-001-02

2016 aura marqué le retour des Pigeons, 2017 marquera l’envol de France Digitale dans la campagne présidentielle !
À cette occasion, Jean-David Chamboredon et Olivier Mathiot dévoileront la  » roadmap  » pour peser en 2017. Sera également rendue publique la date du prochain France Digitale Day, qui reste l’événement incontournable de la rentrée de septembre pour les startups et les investisseurs. Une heure avant le débat d’entre-deux-tours des Primaires de la Gauche, France Digitale présentera également un sondage exclusif réalisé par IFOP en partenariat avec FIDUCIAL sur le thème du travail, de la gauche et des startups.

France Digitale entre en campagne pour 2017 – Cérémonie des vœux
25 janvier 2017 à partir de 18h au Village BlabBlaCar, 6 rue Menars 75002 Paris

France Digitale entre en campagne pour 2017

Informations pratiques
Mercredi 25 janvier 2017,
A partir de 18h
Village BlaBlaCar, 6 rue Ménars, 75002 Paris




PARIS : Signature de conventions de coordinations entre les polices municipales et les forces de l’ordre, à Nancy

PARIS : Discours de M. Bruno Le Roux, Ministre de l’Intérieur ce jour, pour la signature de conventions de coordinations entre les polices municipales et les forces de l’ordre, à Nancy.

IMG 4861


Discours de M. Bruno Le Roux,
ministre de l’Intérieur,
Signature de conventions de coordinations entre les polices municipales et les forces de l’ordre.
Nancy – vendredi 20 janvier 2017

Je suis particulièrement heureux d’être là aujourd’hui et de signer, au nom de l’Etat, ces conventions de coordinations entre les polices municipales et les forces de l’ordre.
C’est une occasion, qui m’est ainsi donnée d’illustrer la dimension partenariale de la sécurité, dimension à laquelle je suis particulièrement attaché.
Cela fait longtemps, très longtemps maintenant que, non seulement je suis convaincu, mais que je plaide et agit pour le développement des approches partenariales en matière, non seulement de prévention de la délinquance mais aussi de tranquillité et de sécurité publiques.
C’est pour moi essentiel.
Je sais et nous savons tous ici que la sécurité résulte d’une co-production entre partenaires locaux, dans laquelle s’inscrivent l’Etat qui a une responsabilité et des missions qui lui appartiennent en propre et qu’il ne peut en aucune manière déléguer, et les collectivités locales.
Et donc, vous comprendrez que pour moi, ces conventions de coordination son particulièrement importantes, précisément parce qu’elles actent et organisent ces partenariats locaux de sécurité, même si ceux-ci ne s’y réduisent pas.
Mais avant d’évoquer ces conventions qui nous unissent aujourd’hui, je voudrais rappeler rapidement le contexte dans lequel nous nous situons. Non pas que l’enjeu de ces conventions s’y réduisent mais je crois que leur opérationnalité peut prendre dans ce cadre davantage de relief et peut-être même d’adhésion et de sens.
Notre pays – vous le savez – fait face à un niveau élevé de menace terroriste. En 2016, nos services de renseignement ont permis de déjouer dix-sept tentatives d’attentats. La menace djihadiste terroriste reste lourde et prégnante dans l’activité de
nos services, d’autant plus lourde et prégnante que cette menace est de nature fortement endogène aujourd’hui et peut prendre des formes diverses, qu’il nous appartient d’anticiper et de neutraliser.
Par ailleurs, notre pays – vous le savez – vit sous le régime de l’Etat d’urgence que le parlement, à ma demande et au nom du gouvernement, a prorogé le 19 décembre dernier jusqu’au 15 juillet prochain.
Dans le même temps, notre pays s’est mis à plusieurs reprises, en situation d’accueillir avec succès de grands rendez-vous internationaux, en garantissant un niveau de sécurité élevé. Je pense en particulier à la Cop 21 et à l’Euro 2016, qui ont pu se dérouler sans incident majeur et remarquable.
Dans le même temps toujours, la sécurité quotidienne des Français n’a en aucune manière et à aucun moment été négligée. Au contraire même, nous y avons consacré les effectifs et les moyens nécessaires et nous avons même tout au long de ces années maintenu un effort inédit de reconstruction de nos forces de sécurité, qui se traduit aujourd’hui par des effectifs supplémentaires, des matériels de protection et un armement rénovés et modernisés ainsi que par un parc automobile renouvelé.
L’état de la délinquance pour 2016 publié hier par le service statistique du ministère laisse d’ailleurs apparaitre un niveau de délinquance contenu, voir même en baisse pour un certain nombre de faits délictueux. Soit des résultats plus qu’acceptables dans le contexte qui est le nôtre et croyez bien que je n’ai aucune envie, ni disposition pour faire dire aux chiffres ce qu’ils ne pourraient pas dire d’euxmêmes.
Je vous renvoie en cette matière au rapport aride mais riche d’Interstats et je pense qu’à sa lecture vous serez conduit à porter la même appréciation.
Vous le voyez, Mesdames, Messieurs – et je sais que je n’ai pas besoin de développer davantage – notre pays vit avec une mobilisation forte, avec une mobilisation constante et une mobilisation intense de ses forces de sécurité. Je pense aux policiers nationaux. Je pense aux gendarmes. Je pense aux soldats engagés dans l’opération Sentinelle. Je pense aux personnels de la sécurité civile. A qui d’ailleurs, je veux rendre hommage ici à Nancy, comme je le fais partout où je me rends et à qui je veux assurer la reconnaissance de la Nation toute entière.

POLICE MUNICIPALE


Nous savons tous pouvoir compter sur eux et c’est – je crois – pour beaucoup de nos compatriotes, rassurant.
Mais ces résultats et cette mobilisation ne seraient pas le mêmes si l’action de nos services ne s’inséraient pas, pour une part de leur mission et pour une part seulement, dans une chaîne de production de sécurité comportant d’autres acteurs que les forces de l’Etat.
Au sein de cette chaîne de sécurité, la sécurité privée notamment trouve sa place – à l’entrée des magasins, des salles de concerts, des stades par exemple – et les polices municipales trouvent également la leur, ce qui les conduit à remplir pleinement leur part de la co-production de sécurité et de tranquillité publique
Dans ce cadre, les conventions de coordination entre les polices municipales et les forces de sécurité de l’Etat constituent véritablement la pierre angulaire des partenariats opérationnels qui sont nécessaires pour rendre plus efficace la contribution de chacun. Je sais qu’ici, à Nancy, en Meurthe-et-Moselle un travail important d’élaboration et de négociation a été conduit pour ces textes et je veux en remercier les services préfectoraux et l’ensemble des intervenants. Un travail, qui peut paraitre sourcilleux mais qui est avant tout rigoureux a été conduit qui permet aujourd’hui de poser un cadre opérationnel clair et efficient.
Il s’agit à travers ce cadre conventionnel de définir précisément les obligations réciproques et de chercher la bonne complémentarité entre les forces locales et nationales.
Ces conventions – vous le savez – sont obligatoires dès lors que le service de police municipale compte au moins cinq emplois. Elles sont par ailleurs une condition nécessaire à l’armement des municipaux et à leur travail de nuit entre 23 heures et 6 heures du matin. Elles doivent permettre de mettre en œuvre une coopération opérationnelle dans le domaine du partage de l’information, de la vidéo-protection, de la communication opérationnelle et également de la formation des policiers municipaux.
Je ne reviendrais pas sur le détail des conventions.
Je veux simplement brosser rapidement l’actualité réglementaire relative aux polices municipales.
La fin d’année 2016 a vu la parution de deux décrets importants, qui traduisent certaines aspirations de la profession :
– Celui du 28 novembre 2016 qui élargit la gamme d’arme de catégorie B dont peuvent disposer les policiers municipaux et qui offre la possibilité pour plusieurs communes contiguës desservies par un ou plusieurs réseaux de transports publics de voyageurs d’organiser l’intervention de leurs polices municipales sur l’ensemble du ou des réseaux. Et d’autres dispositions.
– Celui du 23 décembre 2016 qui permet aux policiers municipaux, à titre expérimental pour une durée de deux ans, de procéder, au moyen de caméras individuelles, à un enregistrement audiovisuel de leurs interventions. Il s’agitde prévenir les incidents et d’apaiser les tensions pouvant survenir lors d’interventions.
Plusieurs textes paraîtront dans le courant du premier semestre de cette année, qui rappelleront les missions et l’emploi des agents de surveillance de la voie publique.
Sachez également – la mesure est très attendue par la profession – que l’accès direct aux fichiers SIV et SNPC, rendu possible par la loi du 22 mars 2016, dite loi Savary, fait l’objet d’un décret en cours de rédaction.
Je veux également rapidement là encore, avant de conclure, dire que dans le cadre de l’examen du projet de loi dit de sécurité publique que je défendrai à partir de la semaine prochaine au Sénat, certains parlementaires souhaitent étendre certaines dispositions actuellement réservées aux gendarmes et aux policiers nationaux aux policiers municipaux.
Le débat aura lieu. J’ai été suffisamment longtemps parlementaire pour être respectueux des échanges qui peuvent se développer dans les hémicycles.
Simplement, sachez que je plaide d’autant plus pour le partenariat et la coordination entre les polices municipales et la police nationale que je suis persuadé que personne n’a intérêt à un mélange des genres et des missions et à confusion des cadres et des responsabilités.
La doctrine d’emploi de la police et de la gendarmerie nationales est homogène en tout lieu du territoire national. Ce n’est pas le cas des polices municipales, qui sont soumises elles au cadre de mission définie à la fois par la loi mais aussi par les assemblées élues, qui apprécient leurs interventions en fonction des contextes locaux.
Gardons cette richesse et cette diversité dans l’emploi des polices municipales.
Gardons la capacité pour les maires et les élus de définir l’emploi de leurs policiers municipaux. Gardons la possibilité pour les maires de définir la part d’intervention qui leur appartient.
Mesdames, Messieurs, j’ai évoqué rapidement le contexte dans lequel nous nous situons. Je vous ai fait part de ma conviction concernant la complémentarité de l’action des services de polices municipales et des services de police nationale.
Je voudrais dire un mot encore.
Notre pays – et je conclurai – a, je crois, d’une certaine manière, changé d’époque avec les attentats que nous avons connus. La sécurité est à nouveau la préoccupation première de nos compatriotes et c’est pleinement légitime. Elus locaux ou responsables nationaux, nous savons bien et les uns et les autres, qu’il nous faut consacrer à la sécurité de nos compatriotes tous les efforts nécessaires ainsi que les budgets et les effectifs les plus pertinents. Sans tomber dans le tout sécuritaire, sans sacrifier les libertés publiques, nous aurons aujourd’hui plus qu’hier et pour longtemps, à davantage investir dans la sécurité de nos compatriotes. C’est mon devoir de ministre de l’Intérieur de veiller à ce que cet effort soit poursuivi, pendant tout le temps de ma responsabilité mais c’est également la responsabilité des élus locaux d’apporter leur contribution à l’effort national de sécurité et de protection de nos concitoyens. Je sais que vous en êtes tous conscients.
Je sais que nos coopérations sont fructueuses au bénéfice de nos compatriotes.
Vive la République et vive la France

SOURCE /

Cabinet de M. Bruno LE ROUX,
Ministre de l’Intérieur
Place Beauvau
75008 PARIS
Tél : 01.49.27.38.53




NICE : ATTENTAT de NICE – Deuxième Comité pour la Mémoire des victimes du 14 juillet 2016 et leurs familles

NICE : Décisions prises lors du deuxième Comité pour la Mémoire des victimes du 14 juillet 2016 et leurs familles : Promenade des Anglais, mémoire et espérance.

ATTENTAT A NICE 1

Le 14 juillet 2016, jour de notre fête nationale, un terrible attentat a causé la mort de 86 personnes, en a blessé des centaines, a traumatisé une ville entière.
Au regard du grand nombre de victimes et de l’émotion suscitée par l’atrocité de cet attentat à Nice, en France et à travers le monde, la Ville de Nice entend réaliser une œuvre mémorielle et préparer une journée de commémoration le 14 juillet 2017.
Le Conseil Municipal, réuni le 13 octobre 2016, a approuvé la mise en place d’un Comité pour la Mémoire des victimes du 14 juillet 2016 et le suivi de leurs familles : Promenade des anglais, mémoire et espérance.

Aujourd’hui a eu lieu la deuxième réunion du Comité :

Il a été décidé, à la demande des familles :

Que le mémorial, envisagé dans un premier temps sur la Colline du Château, serait installé sur la Promenade des Anglais. Il intègrera la liste nominative de toutes les victimes, avec leur âge et leur nationalité.
Les objets et documents déposés en mémoire des victimes sur le lieu de recueillement au Kiosque à Musique, seront transférés dans une salle dédiée au sein du service des archives Nice Côte d’Azur (à Saint-Laurent du Var à préciser ?).
Une chaîne humaine se mettra en place pour déposer ces marques de témoignages dans les véhicules qui les achemineront jusqu’à la salle d’archive. Les modalités de l’organisation de cette chaîne humaine seront communiquées prochainement.
Une fois le transfert effectué, un travail d’étude, de recensement et d’inventaire sera réalisé afin d’envisager leur valorisation.
Il a notamment été évoqué la constitution d’une équipe sociale au sein du CCAS mobilisée dans l’accompagnement sociale des victimes, chargée, en lien avec les associations Montjoye, FENVAC, Promenade des Anges et AFVT, de l’instruction des dossiers, des liens avec les partenaires institutionnels et du versement du fonds de soutien du CCAS qui s’élève à 681.343 €.
Cette commission, qui s’est réunie à ce jour 7 fois, a examiné 148 dossiers et attribué 82.300 €.

INFORMATIONS GENERALES SUR LE COMITE

Les missions de ce comité sont : le suivi et l’accompagnement social, médical et psychologique des victimes, la préparation d’une journée de commémoration que la ville organisera le 14 juillet 2017 : lieu, temps fort, choix de l’œuvre mémorielle, la réflexion concernant un hommage tout particulier aux enfants victimes de cette barbarie et la programmation des évènements intermédiaires.

Ce comité, co-présidé par le Maire de Nice et le Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, est constitué par :

· des représentants des familles de victimes et des associations des familles de victimes : La Fédération Nationale des Victimes d’Attentat et d’Accidents Collectifs (FENVAC), l’Association Française des Victimes du Terrorisme, l’Association Promenade des Anges, l’Association Montjoye, trois représentants de victimes n’appartenant à aucune des associations, des personnalités qualifiées : le Président du conseil communal consultatif, une personnalité du monde universitaire et une personnalité du monde de la culture.

· Des élus du Conseil municipal.

· Des personnes compétentes de l’administration, en particulier issues des Directions Générales Adjointe Routes et Circulation, Culture et Patrimoine, Santé et Action Sociale, Proximité, sécurité et Vie des quartiers.

Ce comité se réunira autant de fois que nécessaire pour donner son avis sur les missions qui lui sont confiées.




PARIS : Sept jeunes mis en examen pour tentatives de meurtres dans l’affaire des policiers attaqués

PARIS : Viry-Châtillon – Agression du samedi 8 octobre 2016.

POLICE 1

Sept jeunes mis en examen pour tentatives de meurtres dans l’affaire des policiers attaqués à Viry-Châtillon

L’attaque avait déclenché un mouvement de colère des forces de l’ordre. Sept hommes ont été mis en examen vendredi 20 janvier dans le cadre de l’enquête sur l’agression de policiers à Viry-Châtillon (Essonne) en octobre. Ces sept suspects sont poursuivis pour tentatives de meurtres sur personnes dépositaires de l’autorité publique commises en bande organisée. Ils ont été placés en détention, selon le communiqué du procureur d’Evry.

Bruno LE ROUX, ministre de l’Intérieur, félicite les enquêteurs dont le travail rigoureux a permis ce jour, au terme d’une enquête longue et minutieuse, de déférer 7 personnes devant les magistrats instructeurs et leur mise en examen pour tentatives de meurtres sur personne dépositaire de l’autorité publique commises en bande organisée, un mandat de dépôt étant requis à l’encontre de chacun d’eux par le Procureur de la République.
Ses pensées vont aussi aux policiers très gravement blessés qui verront dans ce résultat un réconfort indispensable à leur rétablissement. Bruno LE ROUX, ministre de l’Intérieur renouvelle à leur égard, comme à l’ensemble des policiers et gendarmes, l’expression de son soutien et de toute sa sympathie.




PARIS : Agenda prévisionnel de Stéphane LE FOLL du Mardi 24 au Jeudi 26 janvier 2017

PARIS : Agenda prévisionnel de Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Porte-parole du Gouvernement.

STEPHANE LE FOLL 1

Du Mardi 24 au Jeudi 26 janvier 2017

Mardi 24 janvier

09h30 Questions orales sans débat
Sénat

10h15 Conférence de presse de lancement de la 54ème édition du Salon International de l’Agriculture 2017 (SIA)
21-25, Rue Balzac – Paris 8ème

12h00 Remise des prix des concours « Fermes d’Avenir » et « Arbres d’avenir », en présence de Maxime DE ROSTOLAN, président de l’association Fermes d’Avenir
Ministère de l’Agriculture de l’Agroalimentaire et de la Forêt

15h00 Questions d’actualité
Assemblée nationale

18h00 Cérémonie des vœux aux Parlementaires et à la presse
Ministère de l’Agriculture de l’Agroalimentaire et de la Forêt

Mercredi 25 janvier

10h00 Conseil des Ministres et point presse
Palais de l’Elysée

15h00 Questions d’actualité
Assemblée nationale

18h00 Vœux du Premier Ministre aux Parlementaires
Matignon

19h00 Invité du Grand Oral à Sciences Po
27, rue Saint Guillaume – Paris 7ème

Jeudi 26 janvier

10h15 Entretien avec Jérémy DECERLE, Président de Jeunes Agriculteurs
Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt

15h00 Question au Gouvernement
Sénat

17h00 Conférence de presse sur le lancement d’une charte “100% Pommes de France”, label mis en place dans le cadre d’une démarche “origine France” s’appliquant aux jus de pomme
Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt

SOURCE /

Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt
Hôtel de Villeroy – 78, rue de Varenne – 75007 PARIS
www.agriculture.gouv.fr/ www.alimentation.gouv.fr




PARIS : Forbes France publie le top 26 des jeunes français les plus influents

PARIS : La JNJD rappelle combien il est essentiel de valoriser l’esprit d’entreprise et d’innovation de notre jeunesse !

logopresseagence-001-02

Ils sont entrepreneurs, artistes ou sportifs… Ils n’ont pas encore soufflé leurs 30 bougies et pourtant ils insufflent déjà, chacun à leur manière, une dynamique de renouveau pour notre pays.
Par leur esprit d’innovation mais aussi leur capacité à s’affranchir de tous les codes pré établis, ils incarnent l’avenir de notre société. La JNDJ tient ici à rappeler combien il est essentiel de savoir valoriser, célébrer cette nouvelle génération.
Parmi ces 26 jeunes français présentés par Forbes, Paul Morlet, 26 ans. Il est le fondateur de LUNETTES POUR TOUS, dont la promesse est simple : fournir une paire de lunettes sur prescription en 10 minutes, et à 10 euros !
Paul s’est associé à la JNDJ en 2016 en venant témoigner de son parcours lors de la matinée inaugurale de la journée. Lui-même issu d’une filière Bac Professionnel, il s’est exprimé face à un public de lycéens pour lutter contre les clichés associés à cette filière trop souvent dévalorisée.

Top Forbes des Frenchies de -30 ans les plus influents

Par son parcours, son exemplarité, Paul a su transmettre un véritable élan de confiance en soi et en l’avenir.
C’est justement pour valoriser et révéler le talent et l’énergie de notre jeunesse que la JNDJ impulse cette année encore un élan national pour briser le plafond de verre entre les jeunes et le monde du travail.

LE 23 MARS PROCHAIN, partout en France, entreprises et enseignants se mobiliseront pour permettre aux jeunes de s’ouvrir au monde du travail, à travers des ateliers, des débats, des visites d’entreprise et des  » speed dating  » professionnels.

FIL ROUGE NATIONAL 2017 : PRENDRE SA PLACE
Retrouvez l’ensemble des initiatives sur :
www.jndj.org
La présentation vidéo de la JNDJ : http://jndj.org/clip-jndj-2017/
Le spot TV 2017 : http://jndj.org/jndj-en-images/nouveau-spot-tv/




PARIS : Pour le PARTI de GAUCHE – « Solidarité avec l’interne Sabrina Ali Benali »

PARIS : Le Parti de Gauche tient à exprimer toute sa solidarité avec l’interne en médecine, Sabrina Ali Benali, qui par ses vidéos a interpellé la Ministre de la santé Marisol Touraine sur le manque de moyens dans les hôpitaux.

logopresseagence-001-02

« Nous dénonçons l’attitude de Martin Hirsch, Directeur de l’AP-HP, qui, plutôt que de répondre aux problèmes soulevés sur le fond, s’est permis de dénigrer l’interne laissant planer un doute sur l’honnêteté de ses témoignages.
Suite aux déclarations de Martin Hirsch, Patrick Cohen a déclaré ce jeudi matin sur France Inter que Sabrina Ali Benali ne travaillait pas à l’AP-HP et a donc prétendu qu’elle avait trompé France Inter.
Sabrina Ali Benali, comme elle l’explique dans ses vidéos, travaille actuellement dans un service d’urgence d’un hôpital conventionné avec l’AP-HP. Et elle est bien interne des hôpitaux de Paris.
Nous demandons, après cette calomnie, que Patrick Cohen rétablisse la vérité.
Les professionnels agissant comme Sabrina Ali Benali, sont des lanceurs d’alerte, dont les interpellations vont bien au delà de leur convictions ou appartenances politiques. Ils doivent être encouragés et protégés et non subir de tels dénigrements. Le Parti de Gauche tient également à saluer l’alerte des onze médecins urgentistes du centre hospitalier Victor-Jousselin de Dreux qui ont présenté une démission collective pour dénoncer leurs conditions de travail, le manque de lits, de personnels et l’afflux de patients. L’urgence aux urgences est de répondre aux problèmes de sous effectifs pour garantir l’accès de toutes et tous aux soins ! Que la Ministre et le directeur de l’AP-HP écoutent enfin les professionnels de la santé et répondent à leurs alertes !

Bravo aux urgentistes qui par vidéo ont exprimé ce matin leur soutien à Sabrina Ali Benali » !

http://lepartidegauche.us14.list-manage1.com/track/click?u=f9aa809d7f981e899cc0d3875&id=85a779792d&e=1e15eb560c




PARIS : Inauguration de l’hôtel de police de l’agglomération de LONGWY

PARIS : Discours de Bruno Le Roux, Ministre de l’Intérieur ce jour, à l’occasion de l’inauguration de l’hôtel de police de l’agglomération de Longwy.

POLICE 1

Je suis particulièrement heureux d’être là aujourd’hui et je le suis à plus d’un titre.
D’abord parce que je me trouve aux côtés de deux amis : Christian, nous n’avons pas attendu d’être est l’un et l’autre au gouvernement pour travailler ensemble et nous apprécier et je te remercie pour ton intervention et les mots que tu viens de prononcer et Jean-Marc, avec qui j’ai siégé sur les bancs de l’Assemblée nationale jusqu’à ces dernières semaines et qui s’est révélé très vite, dès son arrivée au Palais Bourbon, un parlementaire décidé et tenace et très soucieux précisément de la sécurité du pays et à qui j’adresse également
mes remerciements pour les propos qu’il vient de tenir.
La deuxième raison, qui me rend particulièrement heureux d’être là, est que la mission qui m’est proposée n’est pas la plus désagréable puisqu’il s’agit d’inaugurer à vos côtés ce bel hôtel de police, ici à Mont-Saint-Martin, construit – m’a-t-on dit- sur une ancienne friche commerciale et qui remplace le vieil et vétuste commissariat de Longwy.
Inaugurer un bâtiment, constitue toujours une occasion de rendre compte d’une politique. Les élus locaux, que vous êtes, Mesdames, Messieurs, le savez bien qui vivez au rythme des projets et qui, quand une nouvelle école est prête à accueillir des élèves, quand une crèche ouvre, quand un gymnase sort de terre, quand un EPAD ouvre ses portes, brossez la politique que vous entendez conduire, dans le domaine de l’Education, celui de la petite enfance, du sport ou bien encore de l’accompagnement des personnes âgées.
Je pourrais en faire de même, à la place qui est la mienne, concernant ce nouvel équipement au service de l’agglomération de Longwy, dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui. Il est le fruit d’un partenariat entre l’Etat les collectivités locales et je remercie les élus et Monsieur le maire pour leur engagement au service de ce projet. Mais il est vrai qu’il témoigne également en lui-même de l’effort inédit de reconstruction des forces de sécurité que nous avons réalisé depuis le début de ce quinquennat.

Monsieur le secrétaire d’Etat au Budget peut même vous en donner le détail. Il le connait et il y a consenti volontiers dans l’exercice de sa responsabilité, au cours de la préparation de chaque loi de finances. Nous avons, depuis 2012, année budgétaire après année budgétaire, consacré les moyens nécessaires pour :

– Renforcer les effectifs de police et de gendarmerie : nous disposons désormais de 9 000 fonctionnaires supplémentaires par rapport à la période précédente
– Rénover et moderniser les matériels : les véhicules, les armes, les matériels de protection. A travers le plan Bac, puis le plan sécurité publique, c’est plus de 260 millions d’euros qui auront été consacrés ces derniers mois au renouvellement du matériel
– Re-doter une politique d’investissement digne de ce nom, qui nous permet précisément de procéder à la rénovation de notre parc immobilier.
– Nous avons fait de la sécurité une priorité nationale en actes et dans les faits.
– Et cela peut se vérifier chaque jour, en Meurthe et Moselle comme dans beaucoup d’autres départements, à Longwy comme dans d’autres villes de la même strate, pour employer un terme de statisticien.

Mais cet hôtel de police témoigne également d’autre chose, de quelque chose de moins concret, de moins tangible, de moins palpable mais pour autant d’éminemment important. D’essentiel même dans ses temps troublés, où trop de nos concitoyens ont le sentiment que les repères collectifs s’effacent, où notre manière de vivre ensemble semble « s’effilocher », où les valeurs qui nous unissent et devraient nous rassembler, semblent perdre de leur densité.
Ce bâtiment est tout simplement un signe du respect – c’est en tout cas comme cela que je le perçois et que j’ai envie de le dire.
Une triple marque de respect d’ailleurs : de l’Etat vis-à-vis des territoires, de l’Etat vis-à-vis de nos concitoyens, qui sont les usagers du service public de la sécurité et enfin de l’Etat vis-à-vis des fonctionnaires de police eux-mêmes.
Respect vis-à-vis des territoires d’abord.
Pour les habitants, qu’ils y aient à faire ou pas d’ailleurs, un commissariat représente un pôle de stabilité, un point de repère, un élément de leur paysage urbain. Il est aussi aux yeux de tous, l’incarnation de l’Etat, et le symbole concret de son engagement au service de la sécurité et de la protection de chacun. Il est également le signe d’une vitalité territoriale. L’investissement de la puissance publique accompagne et se faisant, nourrit l’essor retrouvé d’un territoire. C’est un marqueur de développement et de considération. Je suis très attaché à la présence physique, concrète de l’Etat dans l’exercice de ses missions régaliennes.

Mon prédécesseur le disait avant moi et son prédécesseur le disait également :

le ministère de l’Intérieur n’est pas seulement le ministère de la sécurité, il est aussi celui de l’armature territoriale de l’Etat, constituée de notre réseaux de préfectures et de sous-préfecture, du réseau des maisons de services publics mais également des commissariats et groupement de gendarmerie. Dans l’exercice de ces missions, l’Etat intervient avec le souci de la proximité et de l’accompagnement des territoires. L’Etat, permettez-moi l’expression, cela se voit et cela se perçoit.
Respect vis-à-vis de nos concitoyens. Les Français, où qu’ils vivent, ont tous droit au même niveau de sécurité. Garantir leur sécurité et leur bien-être, pour leur permettre de vivre en toute quiétude, est – comme vous le savez – une de nos priorités.
Je commentais hier les chiffres de la délinquance, qui sont globalement à la baisse en ce qui concerne les principaux indicateurs – c’est le cas également dans le département concernant les cambriolages et les vols avec violence – et j’ai rappelé à cette occasion l’orientation qui est celle du gouvernement.
La menace terroriste à laquelle nous faisons face depuis plus de dix-huit mois ne nous conduit en aucune manière à délaisser la sécurité publique et la lutte contre la petite et moyenne délinquance. La mobilisation de nos forces de
sécurité est totale, elle est constante, elle est intense et pour maitriser et contenir la menace terroriste et pour assurer la protection due à chacun. Un nouvel hôtel de police est ainsi la marque de l’égalité de traitement des citoyens, qui ont le droit au même niveau de service, quel que soit le contexte dans lequel notre pays est plongé.
Et enfin, respect vis-à-vis des fonctionnaires de police eux-mêmes.
Je profite de l’occasion qui m’est donnée pour saluer une nouvelle fois l’engagement des fonctionnaires de police. Je veux les remercier ici à Longwy comme je le fais partout où je vais et les assurer de la reconnaissance de la Nation.

On peut juger la chose comme étant triste et désolante ou au contraire s’en féliciter et essayer de maintenir la permanence de ce sentiment – c’est ce que je souhaite faire en tant que ministre de l’Intérieur – mais le fait est que les Français ont semblé redécouvrir unanimement leurs forces de sécurité au moment des attentats que la France a eu à subir.
Du cœur de la douleur et du chagrin dans lequel ils étaient plongés, ils se sont rendus compte de l’excellence républicaine, du professionnalisme et du dévouement de ces femmes et des ces hommes qui assurent leur protection au péril de leur propre vie – policiers, gendarmes, personnels de la sécurité civile notamment. Ils ont compris qu’ils pouvaient pleinement compter sur eux. Et ils ont eu envie de le témoigner.
Ma responsabilité en tant que ministre de l’Intérieur et celle du gouvernement est de tout faire pour que cette reconnaissance et ce respect dû aux forces de sécurité passent également par des conditions de travail améliorées, modernisées ainsi que par de nouvelles protections dans l’exercice de leurs missions.
Ce bâtiment fonctionnel et aux normes constitue à n’en pas douter, un cadre de travail plus performant et plus agréable.
L’effort que j’ai mentionné au début de mon propos sur la modernisation des matériels mis à la disposition des fonctionnaires de police – je n’en ferai pas le détail ici, des boucliers balistiques souples, des cagoules, des gilets porte plaques balistiques pour les véhicules ainsi que des véhicules nouveaux… s’inscrit également dans ce double mouvement de reconnaissance et de respect.

Il en est de même pour le projet de loi dit de sécurité publique que j’ai l’honneur de défendre, d’abord au Sénat la semaine prochaine et ensuite devant l’Assemblée nationale et qui contient des dispositions pour mieux protéger les policiers et gendarmes et renforcer le respect qui leur est dû.
Mesdames et Messieurs, je conclus, je ne veux pas être long.
Je souhaite une bonne installation à l’ensemble des fonctionnaires dans ce bel Hôtel de police. Je remercie à nouveau l’ensemble des élus et collectivités
locales qui ont permis à ce projet d’aboutir. Et je veux vous redire la volonté farouche du gouvernement à faire de la sécurité, chaque jour de chaque semaine de chaque mois qui une de nos priorités intangibles.
Vive la police nationale !
Vive la République
Et vive la France

SOURCE /

Cabinet de M. Bruno LE ROUX,
Ministre de l’Intérieur
Place Beauvau
75008 PARIS
Tél : 01.49.27.38.53