PARIS : La recette du Chef Thomas Danigo !

MONSIEUR GEORGE, Carpaccio de poisson blanc aux légumes printaniers. 




DIGOIN : Les Canalous innovent pour proposer la plaisance en toute sécurité

La meilleure alternative d’escapade en France !

Les vacances 2020 s’annoncent tricolores. A l’heure à laquelle nous ne connaissons pas précisément l’évolution du déconfinement, les Canalous s’organisent pour proposer des offres adaptées à la situation exceptionnelle que nous traversons.

C’est certain, les français auront envie de profiter, de s’échapper, de se retrouver loin des foules, en toute sécurité. Redécouvrir les trésors du patrimoine national par les canaux s’annonce comme l’alternative idéale, alliant convivialité et pleine nature, dans un confort rassurant. Le tourisme fluvial aura le vent en poupe. A partir du 29 mai, les plaisanciers pourront larguer les amarres !

Concrètement, voici 8 bonnes raisons pour se décider :

1. Toutes les bases sont accessibles en voiture, loin du tourisme de masse

2. Le processus d’embarquement est dématérialisé

3. Les bateaux sont soumis au protocole sanitaire COVID-19 qui désinfecte en profondeur pour protéger les clients et le personnel

4. Les modèles de bateaux varient de 2 à 12 personnes, permettant de se réunir en petit comité ou en tribu

5. La location est ouverte à la journée

6. La base la plus proche dans un rayon de 100 km est facile à trouver grâce à l’outil mis en place : https://www.lescanalous.com/base-proche-de-chez-vous/

7. Le prix est attractif, sachant qu’un bateau est à la fois un mode de loisirs, de déplacement mais aussi d’hébergement.

8. La réservation de la location est remboursée en cas de COVID-19, une opération exceptionnelle est proposée avec un tarif attractif https://www.lescanalous.com/promotion/promotion-jusquau-2-juin/

Les Canalous sont soucieux du respect de l’environnement et ont développé un modèle de bateau électrique : LaPéniche S (silencieuse), dernière génération, que je vous propose de découvrir dans le dossier de presse, accompagné d’une sélection de photos, en cliquant sur ce lien.
Formule Premium, Classique ou Low cost, il y en a pour toutes les bourses.

Le plaisir de la navigation fluviale, sans permis !

Basés à Digoin, en Saône-et Loire, Les Canalous affichent 36 ans d’expériences. Aujourd’hui, c’est le premier constructeur-loueur de bateaux habitables en France, doté de près de 30 bases réparties sur l’hexagone. 100% made in France, la flotte des 300 bateaux, composée de gammes différentes de confort et de prix, est construite exclusivement par leurs soins, au cœur de la Bourgogne.




PARIS : La Brasserie Rosie dévoile sa recette du tartare de boeuf au jaune d’oeuf bio mariné !

Le Chef Denis Gamard de la Brasserie Rosie dévoile les secrets du meilleur tartare de Paris avec ketchup maison et frites dorées et croustillantes. A reproduire sans attendre !! 

Le tartare de bœuf

Ingrédients : 160gr de filet de bœuf – 10gr de câpres – 1/4 d’échalotes – 1 jaune d’œuf Bio mariné (recette ci-dessous) – 20gr de ketchup maison (recette ci-essous) – 10gr de cerfeuil – 10gr de ciboulette – 10gr de persil – Sel – Poivre du moulin

Processus : Ciseler le quart d’une échalote, les herbes et les câpres. Émincer le bœuf au couteau (si possible grand et lourd) assez finement. Mélanger ces ingrédients dans un bol à l’aide d’une fourchette, ajouter deux petites cuillères à soupe de ketchup maison. Assaisonner le tartare avec un peu de sel et de poivre. Dresser le tartare dans l’assiette en lui donnant une forme ronde et poser le jaune d’œuf mariné au-dessus. Accompagner la viande avec les frites allumettes et du ketchup pour les gourmands.

Les frites allumettes dorées et croustillantes

Ingrédients : 160gr de pommes de terre Agria – 1L d’huile de friture

Processus : Laver et éplucher les pommes de terre, tailler celles-ci en frites format allumettes (ou un peu plus épais en fonction des préférences). Rincer les frites dans de l’eau fraîche pour enlever l’excès d’amidon puis bien égoutter. Plonger les frites pour un premier bain dans une huile à 140°C (si on ne peut savoir la température avec exactitude, il faut faire en sorte que l’huile soit bien chaude), y blanchir les frites pendant 4 min environ. Sortir les frites pendant quelques minutes, puis les replonger dans un second bain à 180°C (donc augmenter le feu) pour leur donner la coloration souhaitée, c’est-à-dire bien dorée. Débarrasser puis assaisonner au sel fin et 3 tours de moulin à poivre. Régalez-vous !

Le ketchup maison

Ingrédients : 45gr de sucre blanc – 10gr de vinaigre balsamique – 10gr de vinaigre de Xérès – 250gr de tomates pelées concassées Bio – Quelques pincées de piment d’Espelette – 1gr de poivre de Madagascar moulu – 1gr de Cardamome – 1gr de clou de girofle – Quelques gouttes de Tabasco

Processus : Réunir tous les ingrédients dans une casserole et laisser mijoter à feu doux pendant 1h30 en mélangeant de temps à autre. Sortir la casserole du feu, enlever les clous de girofle et la cardamome puis mixer le mélange au mixeur plongeant jusqu’à obtenir une consistance lisse et homogène. Réserver au frais le ketchup et il est prêt à être servi.

Marinade du jaune d’œuf

Ingrédients : 30gr de vinaigre de riz – 30gr de sauce soja salé

Processus : Réunir le vinaigre et la sauce soja puis y mettre le jaune d’œuf tout en enlevant délicatement la chalaze (le petit filament blanc). Laisser mariner 20 minutes puis réserver le jaune hors de la marinade jusqu’à son utilisation.




AIX-EN-PROVENCE : DECONFINEMENT, Les forêts à nouveau accessibles

Dans son plan de déconfinement, le gouvernement a confirmé que les forêts étaient à nouveau accessibles à partir du 11 mai, sauf mesures particulières précisées par arrêtés communaux ou par les Préfets selon les départements.

Une bonne nouvelle, qui s’accompagne cependant de quelques mesures nécessaires à la protection de la nature.

Balade en forêt… sur la pointe des pieds !

La nature a profité d’un début de printemps rendu exceptionnellement calme en raison du confinement qui a limité les déplacements en forêt. La faune sauvage sera plus sensible au dérangement surtout en cette période particulière pour elle. En effet, le printemps rime avec la naissance des mammifères et la nidification des oiseaux. Avec le retour du public, l’effet de surprise pourrait remettre en cause couvées et naissances.

L’ONF conseille aux promeneurs de rester sur les chemins, et appelle à la vigilance en demandant aux promeneurs de garder leurs chiens à proximité ou sous leur contrôle direct.

Les chiens peuvent perturber et mettre en danger les animaux sauvages

En cette période de mises bas et de nidifications, cette année tout particulièrement, après huit semaines de quiétude, la faune va devoir réapprendre des réflexes de protection. Les chiens alors peuvent représenter un danger particulier car leur instinct animal peut les encourager à attaquer les animaux sauvages.

Prudence en voiture !

En temps normal, la vigilance est de mise lorsqu’on traverse une forêt en voiture. Aujourd’hui, il faudra redoubler d’attention pour éviter de percuter les animaux qui n’ont plus l’habitude du danger.
L’ONF incite les promeneurs qui viennent en forêt en voiture à stationner uniquement sur les parkings aménagés.
Les visiteurs locaux sont invités, s’ils le peuvent, à s’y rendre à pied ou à vélo, ou alors à faire preuve de curiosité, en dehors des sites les plus connus.

Adoptons les bons réflexes

En forêt : respectons la signalisation ; restons sur les chemins ou sentiers balisés ; remportons nos déchets ; laissons le bois mort au sol ; n’allumons ni feu, ni barbecue ; ne campons pas en forêt ou sur les aires d’accueil ; modérons nos cueillettes de fleurs et champignons ; partageons l’espace et respectons la quiétude des lieux ; gardons nos animaux de compagnie sous contrôle.

Avant d’y aller : avant d’enfiler bottes, chaussures ou baskets, consultons la météo pour préparer notre sortie forestière ; n’oublions pas d’emporter de l’eau, un petit en-cas et une carte de la forêt ; portons des vêtements longs, couvrant les jambes et les bras pour prévenir les piqures de tiques ; n’oublions pas que le réseau téléphonique ne passe pas partout en forêt.




DORDOGNE : La Maison des Jardins Sothys, une demeure ancestrale coupée du monde !

Entre Corrèze et Cantal, dans un village pittoresque des gorges de la Dordogne, la Maison Sothys de 240 m2, en pierre du Pays et à la toiture en lauze, est une demeure ancestrale de la famille Mas depuis plus de 150 ans.

Aux sources du luxe, cette maison comme coupée du monde extérieur, est idéale pour les amoureux de la nature et idyllique pour se réunir entre amis ou en famille. Un lieu propice à la sérénité et au ressourcement.
Offrant une capacité de 6 personnes, la Maison dispose d’une cour et d’un jardin ouverts sur le potager et la tisanerie des Jardins Sothys.

Que ce soit pour profiter d’une escapade sensorielle à la rosée du matin, d’une vue imprenable sur les Monts d’Auvergne ou d’un radieux coucher de soleil, la Maison des Jardins offre une intimité unique avec la nature.
Région jusqu’à présent peu connue, elle est longtemps restée à l’écart des destinations des voyageurs. Cet isolement et cet éloignement ont protégé son patrimoine souvent resté en l’état et riche de maisons typiques.

Les Jardins Sothys : s’abandonner à la rêverie

Au cœur d’un écrin végétal préservé et riche de sa diversité, terre d’origine de la famille Mas, Les Jardins Sothys valorisent le monde végétal ; ils sont la source d’inspiration et de création des produits cosmétiques Sothys.

La philosophie Sothys est vouée à la beauté, à la cosmétique et au bien-être.

A la fois jardins d’ambiances et ensemble de petits clos intimistes aux atmosphères variées, ils invitent à une évasion sensorielle, une expérience unique qui allie nature, beauté et culture. Très attaché à ses racines, Bernard Mas, l’un des fondateurs de la marque, a réalisé le rêve de toute une vie en créant un jardin d’exception à Auriac en Corrèze, au bord d’un lac entouré de paysages d’une pureté infinie. Un site remarquable, dédié à la beauté et à Sothys, où la nature se cultive comme un art de vivre. Développement durable, implication, authenticité : un engagement de chaque instant qui s’harmonise à merveille avec le respect de la marque pour l’homme et la nature. Ce n’est donc pas un hasard si l’idée de ce jardin a germé à cet endroit. Son créateur souhaitait surtout y faire naitre une atmosphère de beauté et d’harmonie, invitant le promeneur à de multiples découvertes sensorielles.

Le Restaurant

Tout simplement magique, le Restaurant se compose d’une impressionnante charpente, d’une immense baie vitrée par laquelle s’invite le lac, ainsi que d’une terrasse extérieure offrant un salon de thé des plus zen et apaisant.
Le Chef Jean-Michel Salcedo, a su marquer de son empreinte le Restaurant des Jardins Sothys en donnant une touche d’originalité au terroir corrézien, avec une cuisine parfumée et maitrisée, inspirée du potager.

En quelques chiffres : 90 espèces de plantes vivaces. 45 espèces de graminées. 65 espèces d’arbustes. 35 espèces d’arbres. 40 variétés de rosiers. 30 variétés de plantes aromatiques. 500 essences. 12 années de création. 4 hectares de Jardin.

Les Jardins Sothys 10 rue Bernard Mas, 19 220 Auriac Tel : 05 55 91 96 89 www.lesjardinssothys.fr

Aux alentours (entre 10 et 20 minutes) : Promenade en gabarre à Spontour. Les Fermes du Moyen-Âge à Saint-Julien-Aux-Bois (juste à côté d’Auriac). Les quais d’Argentat, descente en canoë/kayac. Le château de Rilhac Xaintrie

Un peu plus loin (de 20 minutes à une heure) : Salers, un des plus beaux villages de France. Puy Mary, volcan du Cantal (1783m), classé grand site de France depuis décembre 2012. Collonges La Rouge, plus beau village de France. Turenne, plus beau village de France. Sarran, Musée du Président Jacques Chirac . Clergoux, Château de Sédières. Ruines du château des Ventadours . Les Tours de Merle

A deux pas : L’équipe propose à ses clients des vols en montgolfière au départ d’Auriac, avec Frédéric Gourinel pour Corrèze Montgolfière.




SAINT-RAPHAEL : En attendant les vacances, Estérel Caravaning au cœur de la Nature !

Installé sur une quinzaine d’hectares, sur trois collines boisées et fleuries, Esterel Caravaning est au cœur du massif de l’Estérel.

Depuis la terrasse des mobil-homes, la nature et l’espace sont omniprésents.
Ici, les roches rouges volcaniques resplendissent au soleil sous un ciel bleu azur. Le vert des pins parasols et des chênes lièges contrastent avec le bleu de la Méditerranée. En hiver, les mimosas apportent une large touche jaune à ce tableau coloré. A l’Est du Var, le massif de l’Esterel offre l’un des plus beaux paysages de la Méditerranée, entre gorges, à pics et crêtes déchiquetées.

32 000 hectares, dont 16 000 de forêts domaniales, 400 km de routes (seulement 20 bitumées), sentiers et pistes balisés pour les randonnées pédestres, à VTT, à cheval… Classé Natura 2000 de par son patrimoine géologique et sa biodiversité remarquables, le site est un terrain de jeu et d’émerveillement sans fin.
De nombreux points de vue offrent des panoramas extraordinaires. Parmi les balades familiales, on affectionne particulièrement celle du Pic d’Aurèle qui offre une vue à 360° sur le massif, la baie de Saint-Raphaël, le cap d’Antibes et les Alpes du Sud. Sur une ancienne route forestière, à seulement quelques minutes d’Esterel Caravaning, les pics du massif dominent et surplombent la Corniche d’Or : la balade du Rocher de Saint-Barthélémy est accessible aux poussettes, trottinettes et personnes à mobilité réduite.

Mais la balade préférée de l’équipe reste celle du Mont-Vinaigre au lever du soleil. A 641 m d’altitude, le mont Vinaigre est le point culminant du massif de l’Estérel. Quelle vue ! L’Italie, les sommets du Mercantour, les baies de Cannes et Saint-Raphaël, les massifs de la Saint-Baume et de la Sainte-Victoire et les lendemains de mistral, la Corse dont les sommets se dessinent parfaitement à l’horizon. Magique !

Le massif de l’Estérel offre évidemment bien d’autres randonnées et d’occasions de s’émerveiller : le cap Roux, la grotte de la Sainte-Baume, le pic de l’Ours, le rocher Saint-Honorat, le Rastel d’Agay…




PARIS : DECONFINEMENT, Etude sur l’impact économique et le développement des usages du vélo

Fruit d’un travail collectif de plusieurs mois, l’étude «Impact économique et potentiel de développement des usages du vélo en France» dresse un état des lieux des différents usages du vélo en France, y compris les usages professionnels et de leurs trajectoires d’évolution à 5 ou 10 ans.

Réalisée par les cabinets Inddigo et Vertigo Lab à la demande de la Direction Générale des Entreprises, la Direction Générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer, l’Agence de la Transition Ecologique (ADEME) et la Fédération Française de Cyclisme, elle en mesure les effets économiques et analyse les bonnes pratiques internationales en matière de politique «vélo» afin d’éclairer les décideurs publics et privés dans leurs projets de développement des mobilités cyclables, mais également les industriels du cycle, ceux du sport et les professionnels du tourisme désireux de tirer le meilleur bénéfice du retour à la pratique du vélo. En effet, l’enjeu du développement de la pratique du vélo se pose d’autant plus à l’aune de la crise sanitaire sans précédent liée au Covid-19, qui nécessite la mise en place de mesures en vue de limiter au maximum l’engorgement des transports en commun afin d’y permettre la distanciation physique, geste barrière préconisé par les autorités sanitaires. Le recours des Français au vélo comme mode de déplacement apparaît comme l’une des solutions à promouvoir alors même que ces dix dernières années, la pratique du vélo dans ses dimensions urbaines, touristiques, sportives ou de loisirs a fortement évolué, portée à la fois par les évolutions sociétales, les importants efforts d’investissement des collectivités et la diffusion du vélo à assistance électrique (VAE). La modification des usages qui découlera de la crise sanitaire actuelle doit être une opportunité pour le développement de la pratique du vélo.

Une décennie marquée par des bouleversements dans la pratique du vélo 

Le retour du vélo dans le centre des grandes villes : +30 % de pratique régulière à Paris entre 2010 et 2018, +10 % en moyenne par an à Lyon, +50 % à Bordeaux entre 2015 et 2019 et une forte hausse de la pratique du vélo pour aller au travail ; Une croissance importante du marché du vélo en valeur : si le marché du vélo est en régression ces dix dernières années en volume, le développement phénoménal du VAE tire toutes les ventes vers le haut avec une hausse du chiffre d’affaires des ventes de vélo de +51% en 10 ans. Une hausse des fabrications françaises : le chiffre d’affaires du secteur de la fabrication de vélos et pièces détachées a augmenté de 57% en 10 ans passant de 344 à 539 M€. Une augmentation de 40% en 10 ans des investissements des collectivités dans les politiques cyclables, passant de 328 à 468 M€, tant en milieu urbain que sur les véloroutes et voies vertes. Une croissance très importante des retombées économiques du tourisme à vélo (+ 46% en 10 ans à 5,1 milliards d’euros par an), un tourisme à plus fortes retombées économiques et à faible impact environnemental. Le tourisme à vélo sportif connait également un essor spectaculaire. La France est aujourd’hui la 2nde destination du tourisme à vélo et talonne l’Allemagne.

Une situation qui laisse encore de larges marges d’amélioration

Le retard de la France en matière de pratique cycliste. Avec 5% de pratique quotidienne principale du vélo, la France est toujours loin derrière la moyenne européenne, l’Italie (13%), la Belgique (15%), l’Allemagne (19%), et très loin du Danemark (30%) ou des Pays-Bas (43%). Une fracture territoriale majeure de la pratique. Elle augmente fortement dans les centres des grandes villes (moins de 20% de la population) mais continue à baisser dans les banlieues et les communes de 2ème couronne. Elle a également fortement baissé dans les secteurs ruraux et les communes multipolarisées, là où il y a 25 ans la pratique du vélo était la plus forte. Pour autant, l’ensemble du territoire français présente un potentiel important avec des déplacements cible pour le vélo (1 à 7 km) qui représentent une majorité des déplacements des français : 54% dans le centre des grandes villes, 65% dans la périphérie des petites villes, et 50% dans la périphérie des grandes villes et dans les communes multipolarisées. Une baisse de la pratique des enfants et des jeunes, notamment des collégiens, qui représentaient encore dans les années 90 les principaux pratiquants. Le vélo a quasiment disparu des écoles primaires, remplacé par l’accompagnement en voiture. Le retour des jeunes à cette pratique devra être encouragé par une sécurisation des voies réservées aux cyclistes et du développement des possibilités de parking à vélo aux abords des établissements scolaires notamment. Une augmentation du déficit de la balance commerciale : La capacité production française est de 770 000 vélos/an pour un marché de près de trois millions d’unités. La balance commerciale du secteur est donc structurellement déficitaire et ce déficit s’accroît avec le développement du VAE.

Une accélération des usages du vélo en France à accompagner ?

Les efforts des collectivités portent leurs fruits : les collectivités qui investissent fortement dans le vélo obtiennent des résultats, le taux d’utilisateurs étant directement lié au linéaire d’aménagements cyclables par habitant. Les aménagements envisagés actuellement par les collectivités locales (grandes métropoles, région Île-de-France) en lien avec la crise sanitaire permettront d’accompagner une accélération des usages urbains. Sur ce point la coordination intercommunale est importante afin d’assurer une continuité des axes cyclistes pour les usagers. Un potentiel considérable de transfert modal : Sur les trajets courts, là où le vélo pourrait être plus efficace, la part modale de la voiture individuelle est prépondérante : 65% sur les trajets de 1 à 2 km, 73% sur ceux de 2 à 3,5 km et 78% sur ceux de 3,5 à 7 km. Un travail de développement de la multimodalité des plateformes de transport, notamment des gares qui doivent être équipées de parkings à vélo sécurisés, doit être poursuivi pour augmenter l’utilisation du vélo. Le VAE, un outil majeur pour réduire les fractures sociales et territoriales. Il s’est d’abord développé dans les communes périphériques et les communes multipolarisées, partout où la pratique du vélo est faible. Il touche des populations plus âgées, plus féminines, qui pratiquent peu le vélo. Il allonge fortement les portées moyennes de déplacement avec des distances domicile-travail qui passent de 4 à 8 km. Sa fréquence de pratique est beaucoup plus importante. Enfin, il induit majoritairement un report de la voiture vers le VAE pour les déplacements utilitaires. ? Le potentiel du tourisme à vélo en France est particulièrement élevé présentant une forte valeur ajoutée et à forte intensité en emplois non délocalisables. Des efforts d’investissement sont encore à réaliser sur le littoral Méditerranéen dans un contexte de très forte densité d’hébergement. Le tourisme à vélo sportif sur route et en VTT en zone de montagne a également montré son très fort impact et gagnerait à être mieux promu et valorisé. Le segment du tourisme à vélo urbain a également de beaux jours devant lui dans les villes françaises, et la relance du secteur touristique à l’été 2020 pourra notamment être l’occasion de développer ces pratiques.

Des retombées et des perspectives de retombées économiques importantes

En l’état actuel des pratiques, les retombées économiques directes des usages du vélo sont estimées à 8,2 milliards d’euros par an et à près de 80 000 emplois. En tenant compte des activités induites, des activités indirectes et des bénéfices en matière de santé, les retombées socioéconomiques du vélo pèsent aujourd’hui pour 29,5 milliards d’euros pour une part modale d’à peine 3%. L’atteinte de l’objectif du Plan Vélo et Mobilités Actives, soit 9% de part modale du vélo dans les déplacements du quotidien permettrait de doubler ces retombées. A l’horizon 2030, une part modale ambitieuse de 24% représenterait plus de 130 milliards d’euros de retombées socioéconomiques.

Le rapport complet de l’étude «Impact économique et potentiel de développement des usages du vélo en France», est accessible à l’adresse suivante https://www.entreprises.gouv.fr/etudes-et-statistiques/impacteconomique-et-potentiel-de-developpement-des-usages-du-velo-france

La Direction Générale des Entreprises, est une direction du ministère de l’Economie et des Finances. Sous l’autorité du ministre de l’Economie et des Finances, la DGE conçoit et met en œuvre les politiques en faveur de la compétitivité et de la croissance des entreprises. Son action est au cœur des chantiers du gouvernement pour le développement économique de notre pays. Elle porte des missions à la fois sectorielles (politique industrielle, régulation du numérique et déploiement des infrastructures, politiques de soutien à l’artisanat, au commerce, aux services et au tourisme), transverses (simplification règlementaire, politique d’innovation) et relatives à la transformation numérique de l’économie.

La Direction Générale des Transports, des Infrastructures et de la Mer est une Direction du ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. Elle prépare et met en œuvre la politique nationale des transports terrestres et maritimes. La DGITM s’inscrit dans la dynamique du développement durable et de la transition énergétique favorisant les modes et les usages les plus respectueux de l’environnement, dans leurs domaines de pertinence.

A l’ADEME – l’Agence de la transition écologique -, nous sommes résolument engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique et la dégradation des ressources. Sur tous les fronts, nous mobilisons les citoyens, les acteurs économiques et les territoires, leur donnons les moyens de progresser vers une société économe en ressources, plus sobre en carbone, plus juste et harmonieuse. Dans tous les domaines – énergie, air, économie circulaire, gaspillage alimentaire, déchets, sols… – nous conseillons, facilitons et aidons au financement de nombreux projets, de la recherche jusqu’au partage des solutions. A? tous les niveaux, nous mettons nos capacités d’expertise et de prospective au service des politiques publiques. L’ADEME est un établissement public sous la tutelle conjointe du ministère de la Transition écologique et solidaire et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Par délégation du Ministère des Sports, la Fédération Française de Cyclisme (2500 clubs et 113000 licenciés) a pour mission l’organisation, la promotion et le développement, sur tout le territoire français, du sport cycliste sous toutes ses formes. Elle réglemente et organise les évènements sportifs à l’issue desquels sont délivrés les titres nationaux et sélectionne les équipes nationales. Elle est également très active sur le programme national d’apprentissage du vélo «Savoir rouler à vélo».




PARIS : Le Chef David Gallienne (1* Michelin), se digitalise et vient chez vous !

Quand le rêve devient une réalité… Savourer une cuisine étoilée chez soi, c’est désormais possible.

C’est ce que propose en exclusivité le chef étoilé David Gallienne du restaurant Le Jardin des Plumes situé à Giverny. Même si le déconfinement est proche, les restaurants restent fermés jusqu’à nouvel ordre. Vous pensiez alors ne plus pouvoir régaler vos papilles grâce aux mets préparés par le Chef ? Ce n’est qu’un mauvais rêve… Depuis le 6 mai 2020, du jeudi au dimanche midi, le Chef David Gallienne vous propose de commander sur la e-boutique du Restaurant Le Jardin des Plumes l’un des menus élaboré et préparé par le chef et son équipe. Le retrait des commandes étoilées s’effectue dans l’espace de retrait directement au sein du restaurant à partir du vendredi 8 mai 2020. Ensuite, il nous vous reste plus qu’à vous laisser envoûter par l’émulsion des saveurs, confortablement installés chez vous.

«Face à cette crise économique et sanitaire qui a impacté si profondément les restaurateurs, je pense que c’est le moment de se réinventer pour sauver ses plumes… Aussi, à défaut de pouvoir venir se régaler au sein de notre restaurant, nous avons voulu passer outre la frustration en proposant une solution alternative: faire venir le chef à la maison. C’est l’occasion de renouer le dialogue avec nos clients et d’être à leurs côtés. Nous souhaitons ainsi créer un effet de surprise, faire plaisir, partager l’émotion et des moments de convivialité de manière différente, tout en continuant d’exister. Finalement, grâce au covid-19, nous apprenons à nous réinventer au jour le jour et c’est pour nous l’opportunité de partager notre cuisine grâce à des personnes extraordinaires que nous n’aurions peut être rencontrées en temps normal». Chef David Gallienne

Une cuisine étoilée comme si vous étiez au restaurant !

Pour éveiller vos sens, le Chef David Gallienne vous propose plusieurs menus exclusifs (hors boissons) composés de produits frais et locaux laissant libre cours à la créativité du Chef.

Pour toute demande d’interview, rencontre ou information / visuels sur Chef David Gallienne / Contact presse : Agence Anonym Paris A2 emilie@anonymagence.com ou 06.75.73.08.28

Menu petit jardin composé de produits frais : o Entrée Plat dessert : 35€

Menu Inspiration Top Chef : o Entrée Plat dessert : 45€

Menu jeune artiste o Plat dessert : 10€

Le Chef vous propose également des petits plaisirs tels que du fromage local «Le P’tit Brebis de Benjamin» issu de la Ferme de Cravant (78), ou encore un camembert aux truffes.

Pour prolonger l’expérience, en accompagnement, le chef vous propose des amuse-bouches ainsi qu’une sélection de vins blanc, rouge et champagnes. Un chef à la maison L’expérience ne s’arrête pas là. Pour toujours plus d’émotion et de proximité, le Chef David Gallienne investi votre cuisine pour une prestation sur mesure. En effet, le temps d’un déjeuner ou d’un dîner le chef vous prépare un repas étoilé (entrée plat et dessert) pour 4 à 9 personnes directement chez vous (formule à partir 150€/personne dans un rayon de 30km autour de Giverny. Au delà, frais de déplacement supplémentaires). Plus d’informations sur : www.jardindesplumes.shop-and-go.fr




PARIS : Nouvelle rubrique culturelle sur Instagram, par Amelia ROUCEL

Culture & Chill avec Amelia Roucel, la nouvelle rubrique «Culture» sous format IGTV née pendant le confinement. Amélia Roucel présente ses coups de cœur Culture : cinéma, séries, livres de bien-être comme de fiction lors d’une rubrique de moins de 5 min.

Amélia souhaite en premier lieu partager ses intérêts culturels pendant ce temps à la maison.

Quand l’annonce du rallongement du confinement jusqu’à mi-mai retentit, Amelia Roucel décide de sauter le pas. Elle lance une nouvelle rubrique hebdomadaire nommée CULTURE & CHILL Avec Amélia, en format IGTV sur son Instagram du même nom @AmeliaRoucel. Elle désire partager avec sa communauté sa passion pour le Cinéma, et plus encore. La culture est d’autant plus importante pendant ces moments difficiles.

Depuis son enfance et études à Los Angeles, en Sciences Politique et théâtre, Amélia multiplie les expériences sur les plateaux en tant que comédienne. Après quelques formations courtes dans l’audiovisuel et le journalisme, elle souhaite aujourd’hui partager ses goûts et ses avis, toujours avec simplicité. Sa passion pour les histoires, en les incarnant ou les racontant, l’anime. Les premiers épisodes sont dédiés aux séries et films disponibles sur les plateformes telles que Netflix, OCS et Canal Plus afin de proposer des idées de divertissement pendant ce confinement. Amélia aborde également la littérature : avec des ouvrages dédiés au bien-être puis des épisodes abordant des pièces de théâtres ou romans – au gré de ses lectures et envies.

Si le septième art n’a cessé d’évoluer, il en est de même de ses amoureux. L’idée de cette rubrique est née d’un désir de partage et solidarité. Elle ne se veut pas dédiée à un cercle restreint d’initiés. Les mots «Cinéphilie» ou «Culture» parfois effraient néanmoins Culture & Chill s’adresse à tous les curieux : c’est un rendez-vous joyeux et sans snobisme. Un rendez-vous pour découvrir de nouveaux thèmes, de nouvelles histoires.
Au programme : Du Lauréat à Marriage story, 10% à Succession, de Vladimir Nabokov à Eckhart Tolle – mais sans spoilers !
Quand elle le pourra, la rubrique se développera aux films à l’affiche comme aux expositions en cours.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur IGTV : https://www.instagram.com/ameliaroucel/channel/?hl=fr




PARIS : Liberté de naviguer, le Premier ministre sera-t-il au rendez-vous?

Le Premier Ministre s’exprimera aujourd’hui à 16h.

Depuis plusieurs semaines, la Fédération des Industries Nautiques (FIN) a fait valoir auprès des autorités publiques ses attentes immédiates.

En premier lieu, celle pour les plaisanciers de retrouver leur liberté de naviguer dès l’amorce du déconfinement. La FIN a toujours prôné le parallélisme entre la liberté de circuler sur terre et sur l’eau, dans la limite des 100 kilomètres. Cette position a été défendue devant l’autorité interministérielle en charge du déconfinement. La FIN a par ailleurs plaidé pour la réouverture, à la même date, des locations de bateaux, sous des conditions sanitaires strictes.

S’agissant des pratiques sportives individuelles, la FIN a fait valoir, en lien avec plusieurs fédérations membres de la Confédération du Nautisme et de la Plaisance, qu’un compromis soit trouvé entre la demande légitime exprimée par les élus et les pratiquants, et les mesures visant à éviter une nouvelle vague virale. Elle a appelé à la définition de points d’accès à l’eau par arrêtés municipaux, de façon à libérer une pratique sportive individuelle aquatique responsable.

La FIN a, en dernier lieu, mené un travail pour établir un cadre sanitaire pour l’ensemble des métiers qui composent sa fédération. Il est prêt et tous les acteurs sont opérationnels pour reprendre dès le 11 mai. La FIN a conscience de la complexité que requiert l’équilibre entre les mesures de reprise de l’activité et celles de protection sanitaire. Elle en appelle à la responsabilité de tous, entreprises comme pratiquants. Le respect des mesures par celles et ceux qui retrouveront l’accès à l’eau dès le 11 mai aura des incidences sur la levée des restrictions début juin.

Au-delà de la reprise d’activité, la FIN prépare, en lien avec plusieurs ministères, le soutien à plus long terme des entreprises de la filière, afin de limiter les impacts de cette crise sur la saison estivale et au-delà. Certains acteurs, comme ceux de la location ou de la grande plaisance, méritent une très forte attention. La FIN a fait valoir leurs attentes notamment auprès des ministères en charge du tourisme. Elle remercie d’ailleurs l’ensemble de ses interlocuteurs ministériels pour la qualité de leur écoute. Résolument optimiste, la FIN espère désormais que le Premier Ministre sera au rendez-vous de la reprise du secteur nautique.