NICE : Mon été aux jardins, jusqu’au 29 août 2020

Dans le cadre de « Mon été à Nice » dans les jardins de la Ville de Nice (port du masque obligatoire).

nice mars 5

Dans le cadre de  » Mon été à Nice « , la Ville de Nice programme diverses animations pour petits et grands dans ses jardins tout au long du mois d’août. Après le premier rendez-vous au Parc du Ray autour d’ateliers créatifs, de danse, bar à senteurs & quizz et d’une chasse au trésor,  » Mon été aux jardins  » se poursuit les 9, 16, 23 et 29 août prochains pour de nombreuses animations à vivre en famille ! Au programme :

Dimanche 9 août – Jardin Albert 1er

17h : Le Théâtre de l’Eau vive présente  » Les fables « 
Spectacle Jeune Public
Un Corbeau sur un arbre perché, un renard alléché, un loup, un agneau, et tant d’autres animaux pour seulement deux comédiens qui virevoltent dans un univers drôle, imagé et interactif. Les enfants et leurs parents redécouvrent les fables en s’amusant. Ces Fables écrites il y a cinq siècles enchantent encore et toujours par leur modernité.

17h – 21h : Animations et ateliers  » en se rapprochant de la nature « 
Tout public
Musique d’ambiance par Steve Villa Masson et présence du glacier Néron qui proposera des glaces aux saveurs de produits de saison

Leila Drici : initiation au dessin sur le thème de la bassecour (pour les 3/5 ans – maximum 15 participants par roulement)
Initiation à l’aquarelle pour les plus grands sur le thème des perroquets (maximum 15 participants par roulement)
Rachèle Rivière, céramiste plasticienne : ateliers initiation à la sculpture en argile à partir de végétaux du jardin public (à partir de 6 ans – maximum 8 participants par roulement)
Jasmine Taibbe : atelier  » Rose Recyclée  » pour les enfants (maximum 10 participants par roulement)
Camille Chrétien : ateliers illustrés  » Ma p’tite nature en POP UP « , atelier créatif en famille (à partir de 2 ans) ou en solo (à partir de 6 ans) (maximum 10 participants par roulement)
Lpo : stand de sensibilisation pour la protection des oiseaux et de la nature
Action contre la faim : jeu de l’oie, sensibilisation autour de la permaculture
La Nouvelle herboristerie : stand de sensibilisation autour des eaux florales et dégustation
Instant yoga par Muriel Attali (30 ans d’expérience) : initiation et sensibilisation aux bienfaits du yoga pour le mental et le corps

Dimanche 16 août – Castel des deux Rois

10h – 16h : Ateliers créatifs, ateliers art du cirque, chasse au trésor
Possibilité de restauration sur place
En partenariat avec les associations du quartier

Dimanche 23 août – Parc Carol de Roumanie

10h – 16h : Ateliers créatifs, démonstrations artistiques, espace de jeux champêtres (chamboule tout, courses en sac, mikados géants, croquet, pêche aux canards, lancée d’anneaux…)
Possibilité de restauration sur place
En partenariat avec les associations du quartier

Samedi 29 août – Jardin des Arènes de Cimiez et Jardin du Monastère de Cimiez

Dans le cadre d’À l’ombre de Matisse

16h30 : Spectacle  » Le Petit Chaperon voit rouge « 
Jardin des Arènes de Cimiez
En effet, chaque fois qu’il est raconté aux enfants, chaque fois, lui qui connait l’histoire, sait sa fin prochaine. Aujourd’hui, c’en est assez ! Le Petit Chaperon est devenu grand : il voit piment, coq et coquelicot. Il est décidé à renverser le cours des choses et à retourner le conte contre les empêcheurs de vivre en ronde. Il va s’adresser au loup, le moquer et se jouer de lui. Lui parler enfin comme personne ne lui a jamais parlé. Tant et si bien que le loup deviendra végétarien.

17h – 20h : Je visite Nice en dessinant avec l’artiste Sylvie T.
Jardin du Monastère de Cimiez
Deux groupes de 15 personnes
Inscription et renseignements : 06 82 29 90 07 – atelier@sylvie-t.com
Création d’une planche botanique sur la richesse et la variété des plantes et arbres du jardin du Monastère. Dessin en perspective du lieu : le Monastère, le paysage vers la mer, le jardin…

18h – 20h30 : Ballade poétique – Spectacle déambulatoire de la Compagnie Humaine
Jardin des Arènes de Cimiez
Spectacle tout public – Départ toutes les 5 minutes par groupe de 15 spectateurs
Réservation obligatoire : 04 89 03 95 34 – 07 60 68 19 33 – barbara@compagniehumaine.com
S’emparant de la déclaration du poète islandais Sjón  » J’ai vu l’univers ! Il est fait de poèmes ! « , le chorégraphe Éric Oberdorff et les artistes de la Compagnie Humaine nous invitent à une promenade découverte à la tombée du jour. Par petits groupes, les spectateurs cheminent à la rencontre, au détour du chemin, de danseurs, comédiens, musiciens, circassiens, qui chacun, dans un temps suspendu, distille son poème, son ode au jour, à la nuit, à la nature et à la vie.




MONTPELLIER : Vendre et acheter son matériel de pêche d’occasion en toute sécurité

En France, on compte 1 528 452 pêcheurs, ce qui fait de la pêche de loisir la deuxième Fédération derrière le football !

Vendre et acheter son matériel de pêche d'occasion en toute sécurité

Si l’on ajoute les pêcheurs qui pratiquent en mer et ceux qui pêchent sur le secteur privé, on compte près de 2,5 millions de pêcheurs en France ! La pêche, c’est plus de 2 milliards d’€ d’impact économique : plus que le golf à titre de comparaison. Lancée en avril 2019, la plateforme Circle Fishers permet à tous les amoureux de la pêche de vendre et d’acheter en toute sécurité leur matériel d’occasion auprès d’autres passionnés. Circle Fishers est une plateforme de vente et d’achat de matériel de pêche d’occasion entre particuliers. Le site permet aux pêcheurs de trouver facilement ce qu’ils cherchent et les vendeurs ont plus de chances de vendre rapidement ce dont ils ne se servent plus. Lancée en Avril 2019, Circle Fishers compte plus de 3 500 pêcheurs passionnés inscrits dans toute la France.

Un constat = une idée

La plateforme est née d’un constat simple : les pêcheurs français renouvellent de plus en plus souvent leur matériel et se retrouvent avec quantité de cannes, leurres, moulinets et accessoires en tout genre qu’ils n’utilisent pas forcément.
Ils sont également de plus en plus nombreux à revendre une partie de leur équipement et à se tourner vers le marché de l’occasion pour faire des économies tout en continuant à se faire plaisir. Jusqu’à présent, pour vendre et acheter du matériel de pêche de seconde main, les pêcheurs se tournaient vers des plateformes généralistes de petites annonces, comme Le Bon Coin ou Facebook avec tous les risques que cela comporte.

Un paiement intégré et le suivi des colis

Sur Circle Fishers, le principe est simple : grâce au paiement intégré et au suivi des envois, le vendeur est payé lorsque l’acheteur reçoit le colis et ce dernier ne peut effectuer une commande que s’il est solvable ; aucun risque d’arnaque d’un côté comme de l’autre. En outre, le service proposé par la marketplace est complètement gratuit pour les vendeurs. Pour se rémunérer et assurer un service de qualité aux utilisateurs, Circle Fishers applique une commission de 9% du prix de vente sur l’acheteur, soit 90 centimes pour un achat de 10€.

À l’origine de Circle Fishers : Karim Sanogho

Karim Sanogho, 34 ans, est le fondateur de Circle Fishers. Passionné de pêche depuis son enfance, il vit à Montpellier. Avant de lancer le projet Circle Fishers, il a travaillé plusieurs années pour une société d’informatique en gardant toujours l’espoir de pouvoir vivre de sa passion.

Il explique : « Je ne pêche pas tous les jours mais travailler sur le projet Circle Fishers me passionne presque autant que d’aller au bord de l’eau le week-end. »

L’idée de créer Circle Fishers lui vient en 2018, année durant laquelle il redécouvre la pêche à la mouche.

Le fondateur de Circle Fishers explique :« J’avais un budget assez limité mais je souhaitais tout de même me faire plaisir avec du beau matériel (…) Je me suis vite rendu compte que la seule possibilité d’acheter une canne à mouche et un moulinet de qualité sans me ruiner c’était de me tourner vers l’occasion. Plusieurs solutions existaient comme Le Bon Coin et Facebook mais je craignais d’envoyer mon paiement sans avoir de garantie concernant l’état du matériel. »

C’est ainsi que lui est venue l’idée de créer une plateforme permettant de pouvoir acheter et vendre du matériel de pêche d’occasion de manière sécurisée, un peu comme Vinted le fait avec les vêtements.

Encourager une pêche moderne et accessible à tous

L’objectif de Circle Fishers est de permettre à tous les pêcheurs passionnés de vendre et d’acheter dans les meilleures conditions et en toute sécurité leur équipement d’occasion. Pour les vendeurs, l’argent récolté leur permet de renouveler leur matériel alors que les acheteurs pourront se faire plaisir avec des articles souvent haut de gamme sans dépenser des fortunes. Un leurre japonais pour la truite ou pour le brochet est par exemple proposé deux fois moins cher sur le site par rapport au prix du neuf.

Limiter l’impact environnemental de la pêche

L’un des autres buts de Circle Fishers est de limiter l’impact environnemental de la pêche. En effet, utiliser des articles d’occasion plutôt que des produits neufs limite l’utilisation et la production de matériaux polluants et donc l’empreinte carbone du matériel.

Karim Sanogho explique : « Je souhaite que Circle Fishers change l’image que peut avoir la pêche en France, qu’elle puisse faciliter le développement d’une pêche moderne respectueuse de environnement, qu’elle permette à des personnes de pouvoir s’initier à ce fabuleux loisir avec du matériel de qualité sans se ruiner et que l’on puisse sensibiliser les jeunes pêcheurs aux bienfaits de l’économie circulaire. C’est curieux à dire mais d’une certaine manière je souhaite que ce projet permette à terme de protéger davantage le milieu aquatique et les poissons. »

Circle Fishers : quels objectifs pour la suite ?

À l’heure actuelle, Circle Fishers est disponible en France mais le projet est de tester la plateforme ailleurs en Europe. En 2020, l’objectif est d’atteindre le nombre de 6 000 personnes inscrites et d’améliorer techniquement la plateforme. De nouvelles fonctionnalités verront le jour et les utilisateurs auront la possibilité de vendre et d’acheter du matériel pour la navigation. Il y a fort à parier qu’une application voit également le jour.

En effet, Karim Sanogho explique :« De plus en plus de personnes nous demandent une application et j’espère pouvoir commencer à travailler sur son développement d’ici la fin d’année. »

Enfin, si deux stagiaires font actuellement partie de l’équipe, le fondateur espère pouvoir recruter une personne à plein temps d’ici l’an prochain.

À propos de Circle Fishers

Lancée en avril 2019, la plateforme Circle Fishers permet à tous les amoureux de la pêche de vendre et d’acheter en toute sécurité leur matériel d’occasion auprès d’autres passionnés. Fruit de 25 années d’une passion dévorante pour la pêche, la nature et les poissons, la jeune startup a intégré en mars 2019 l’incubateur d’entreprises IONIS 361 à Montpellier afin de tester dans les meilleures conditions la viabilité du projet et de se développer. Plus de 2 000 annonces ont déjà été postées et le nombre d’utilisateurs augmente jour après jour. Le fondateur du site, Karim Sanogho, est un pêcheur passionné depuis son enfance et anciennement salarié d’une société d’informatique.

Pour en savoir plus
Site Internet : https://www.circlefishers.com/
Facebook : https://www.facebook.com/circlefishers/
Instagram : https://www.instagram.com/circlefishers/




AVIGNON : ¡ Viva Villa ! le 24 octobre 2020 à la Collection Lambert

La date de début du festival ¡ Viva Villa ! a été modifiée : initialement prévue le 9 octobre 2020, l’ouverture de la cinquième édition du festival se tiendra le 24 octobre 2020 à la Collection Lambert en Avignon.

Le festival des résidences d’artistes sera lancé pendant la Semaine d’art en Avignon, comme un clin d’œil à la première édition du Festival d’Avignon qui, à l’automne 1947, réunissait arts visuels et spectacle vivant et marquait le début d’une aventure en faveur de la création contemporaine.

Dans un esprit fédérateur et convivial, ¡ Viva Villa ! affirme sa présence et son engagement avec les acteurs culturels du territoire et propose au public une programmation pluridisciplinaire du 24 octobre 2020 au 10 janvier 2021 : exposition réunissant plus de cinquante créateurs, cycles de projections, concerts, programme de spectacle vivant, tables-rondes professionnelles…

L’occasion de présenter à Avignon les travaux les plus récents d’artistes présents également cet été à Paris.

Que ce soit Sammy Baloji en photographie, en ce moment au Musée du quai Branly (dans l’exposition À toi appartient le regard ), Anne Le Troter ou Native Maqari & Simon Rouby, tous 3 programmés à La Villette pour la Plaine d’artistes (exposition Les moyens du bord, avec le Centre Pompidou), François Olislaeger pour la BD qui a réalisé en live une fresque au Musée Picasso (dans le cadre de l’exposition Picasso et la bande dessinée), ou encore Justin Weiler dont l’exposition Operire #5 s’est finie en début d’été à la Galerie Paris-Beijing. Ce ne sont là que quelques exemples …

51 artistes et 21 disciplines, autant d’occasion de découvrir un artiste, un projet, ou – se rapprochant plus de l’essence même du festival – de réfléchir sur la notion d’artiste en résidence dans cette période où notre mobilité propre est questionnée, et où la question de la protection de l’artiste se pose plus que jamais.

POUR EN SAVOIR PLUS 




SEYNES-LES-ALPES : 98ème Concours Mulassier, une tradition ancestrale

Seyne-les-Alpes perpétue une tradition française ancestrale des Alpes-de-Haute-Provence : l’élevage du mulet.

Animal fort et robuste, il est issu d’un croisement entre une jument et un âne.

Son élevage, bien spécifique à la vallée, a fortement marqué l’économie locale tout au long du XXe siècle, plus particulièrement entre les deux guerres où pas moins de 800 mules naissaient chaque année ici. L’élevage mulassier s’est adapté avec la modernisation de l’agriculture, trouvant notamment des débouchées dans l’exportation : on vient de toute l’Europe pour acheter les mules de Seyne-les-Alpes !

Le concours mulassier de Seyne-les-Alpes est le dernier événement du genre et se tient à la Maison du Mulet, le deuxième samedi d’août, depuis près de 100 ans. Il perdure le patrimoine culturel de Seyne et plus largement du territoire des Alpes de Haute-Provence.

98ÈME ÉDITION DU CONCOURS MULASSIER / SAMEDI 8 AOÛT

Événement incontournable de la vie seynoise et du tourisme local. À l’époque, le concours était l’occasion pour les éleveurs de montrer la qualité de leur élevage. Aujourd’hui, il reste le rendez-vous au cours duquel les éleveurs peuvent montrer et comparer leurs animaux (concours en différentes catégories), parler de leur métier et de leur passion.

L’HISTOIRE

La première édition eut lieu le 15 août 1923 !

A l’époque, le concours était l’occasion pour les éleveurs de montrer la qualité de leur élevage. C’était un évènement important pour l’économie locale puisqu’il donnait lieu à des ventes et à la distribution de primes de la part de l’État. Il s’inscrivait alors dans ce grand mouvement de modernisation agricole destiné à renforcer la puissance agricole de la France et ses régions rurales. Aujourd’hui, l’impact du concours est plus modeste mais reste le rendez-vous où les éleveurs peuvent montrer et comparer leurs animaux, parler de leur métier et passion. Ils reçoivent toujours des primes des Haras Nationaux d’une part, du Syndicat Hippique et Mulassier d’autre part.

C’est la concrétisation d’une année de travail.

Mais cette rencontre possède aujourd’hui une nouvelle dimension qui est celle de la sauvegarde d’un patrimoine historique original pour la région de Seyne. Elle est la preuve que cette activité continue à faire partie de la vie locale, même si elle n’est plus aujourd’hui le moteur de l’économie.

Le concours est un moment festif pour les habitants comme pour les visiteurs.

C’est un spectacle en lui-même, une opportunité de voir les animaux qui l’été sont dans les alpages et l’hiver à l’écurie, et le prétexte à une grande célébration, dans le village, avec défilé de chars, bal, feu d’artifice, fête foraine. L’année de sa création, le concours rassemblait plus d’une centaine d’animaux. Il n’était alors ouvert qu’aux juments suitées d’un muleton et se déroulait sur la Place d’Armes. Aujourd’hui il est ouvert à d’autres catégories et compte environ une trentaine d’équidés.

À partir de 9h30 :

Présentation des animaux au jury : jeunes animaux, jeunes mules, juments reproductrices…

Démonstration d’utilisation des mulets

Sont présentés au jury :

les jeunes animaux de 1, 2 et 3 ans qui ne sont pas encore mis à la reproduction : ânesses et pouliches (jeunes juments), ainsi qu’éventuellement des mâles entiers (étalons) qui doivent être approuvés pour devenir des reproducteurs (ânes et chevaux de race pure)

les jeunes mules de 1, 2 et 3 ans

les juments reproductrices, en général entre 3 et 20 ans, qui sont accompagnées de leur poulain ou muleton (poulinières suitées) ou sans produit de l’année mais saillies, éventuellement des ânesses, rarement des étalons reproducteurs

Le jury s’intéresse à leur conformation, ou encore modèle. Celui-ci doit correspondre à l’idéal d’un studbook (cas des races pures) ainsi qu’aux objectifs particuliers à la production mulassière. Les allures des animaux sont également observées. On s’intéresse également au poulain ou au muleton qui accompagne la jument. Chaque animal obtient ainsi une note qui donne une idée de son adéquation avec les objectifs de sélection déterminés à différents niveaux. Les premiers de chaque épreuve sont les reproducteurs les plus intéressants.

LA MAISON DU MULET :

À LA DÉCOUVERTE DE DU MULET TOUT L’ÉTÉ

Une ancienne ferme du XIXème siècle accueille la Maison du Mulet au hameau du Haut Chardavon à Seyne-les-Alpes. Cette ferme est dédiée au Mulet et à l’histoire de son élevage dans le Pays de Seyne. Une exposition permanente témoigne de l’importance de cet élevage, de son commerce et de sa contribution à la prospérité du Pays de Seyne jusqu’au milieu du 20ème siècle.

En été, les animaux de la famille du mulet (ânes et juments) pâturent dans nos parcs. Vous pourrez les observer lors de démonstrations de travail pendant les journées d’animation. Leur utilisation toujours d’actualité pour les promenades en calèche, le débardage, le maraîchage, labour, attelage, ou l’aide au portage en randonnée, entre autres.

Le patrimoine rural bâti de la Maison du mulet est typique d’une exploitation agricole traditionnelle montagnarde importante dans ces années-là. Il présente entre autres, au rez-de-cour de l’ancienne habitation, un four à pain, toujours utilisé, et sa salle de travail pavée, des réserves à grains et des caves voûtées. Le seuil de cette maison surmonté d’une ruche-placard s’ouvre sur une cour entièrement pavée d’une calade colorée.

Les enfants pourront découvrir les animaux de la basse-cour de cette ferme et cajoler quelques ânes ou mules à leur taille.

Chaque jeudi jusqu’au 27 août de 10 heures à 18 heures à la Maison du Mulet.

SITE




NICE : A la Chèvre d’Or, Julien DUGOURD, chef pâtissier

Le pâtissier Julien Dugourd est l’une des signatures sucrées les plus incontournables de la French Riviera.

Passionné par le travail du fruit, ses créations sont à la fois visuelles et délicates. Ayant à coeur de fédérer sa brigade, il opère avec une grande minutie un travail de transmission auprès de ses coéquipiers afin de porter avec une force non démentie, La Chèvre d’Or jusqu’aux sommets des arts sucrés.

Un cuisiner devenu pâtissier

Cuisinier de formation, Julien Dugourd fait ses premières armes chez Marc Veyrat à Annecy avant de se diriger vers la pâtisserie. Il travaille alors avec Jean-Georges Klein à L’Arnsbourg où il fait la rencontre d’Arnaud Faye. Il rejoint par la suite Alain Ducasse à l’Hôtel de Paris à Monaco, puis Christophe Michalak au Plaza Athénée. Après ses expériences auprès des plus grands chefs, c’est en 2010 qu’il intègre l’équipe de La Chèvre d’Or.

Créations fruitées

Distingué par le Guide Michelin en 2019 dans la sélection Passion Dessert, Julien Dugourd se plaît à créer des pâtisseries en accord avec les saisons, comme en résonnance avec le paysage qui l’entoure. Cette saison, c’est autour de la mirabelle et de l’abricot que le Chef puise son inspiration. A la Chèvre d’Or, il imagine la Tartelette mûre, vanille et citron vert, et revisite le Palmier chocolat et menthe. Des créations souvent rehaussées d’un sorbet rafraîchissant dont il a le secret.




VALLOUISE : En août, si vous optiez pour des courts séjours dans le Parc national des Écrins ?

Le Parc national des Écrins et ses 750 km de sentiers offre aux vacanciers la possibilité de découvrir l’itinérance en court séjour.

Entre nouveau parcours, randonnée en famille ou ascension de son premier 3000 m, ces itinéraires, d’une durée de trois jours, sont l’occasion de faire un break et découvrir la montagne sous un autre angle. À vos chaussures de rando, c’est parti pour un voyage à travers les vallées du massif des Écrins.

#1. NOUVEAUTÉ ÉTÉ 2020 : LE TOUR DU PAYS DES ÉCRINS (05)

Cette nouvelle itinérance emmène les vacanciers à la découverte de vallées de caractères surplombées de sommets mythiques des Écrins. Entre Vallouise et Durance, le randonneur s’imprègne en douceur de l’histoire de ce territoire de montagne tout en découvrant, aux détours des chemins, des paysages et sommets emblématiques des Écrins. Durant trois jours, grands et moins grands évoluent entre villages au patrimoine riche, alpages et hameaux. Trois jours riches en histoire et en paysages d’une porte d’entrée majeure des Écrins avec toujours au loin les cimes des sommets enneigés.

Le parcours

1er jour : Vallouise petite bourgade à l’architecture traditionnelle est le point de départ de l’itinérance. Elle compte en ces lieux l’une des sept maisons du Parc. Après une visite, direction la station de Puy Saint Vincent. En traversant plusieurs hameaux, les randonneurs atteignent le col de la Pousterle offrant un panorama exceptionnel sur le Pelvoux et le glacier Blanc. Cette journée se finie par une descente vers la Durance en direction de l’Argentière-La-Bessée, une petite ville au riche passé industriel.

2ème jour : direction le hameau d’alpage de Bouchier en traversant le village des Vigneaux qui permet aux itinérants de profiter de vues superbes sur le Queyras et le Briançonnais. Le soir, le moment est venu de profiter de la pureté du ciel et de l’absence de pollutions lumineuses pour regarder les étoiles soit à l’œil nu soit à l’aide de l’observatoire.

3ème jour : cette itinérance touche à sa fin, retour vers Vallouise en empruntant le chemin en balcon au-dessus de la Gyronde qui longe le massif de Montbrison et ses célèbres Dentelles. Pour clore ce cours-séjour, les randonneurs profitent d’une vue somptueuse sur les vallées glaciaires d’Ailefroide, le glacier Blanc ainsi que Puy Saint Vincent et la Pousterle.

Infos : http://www.grand-tour-ecrins.fr/a-pied/tour-du-pays-des-ecrins-en-3-jours/

Plus de temps sur le territoire ? Cette itinérance existe également sur des formats plus longs :

6 jours : http://www.grand-tour-ecrins.fr/a-pied/tour-du-pays-des-ecrins-en-6-jours/

7 jours : http://www.grand-tour-ecrins.fr/a-pied/tour-du-pays-des-ecrins-en-7-jours/

#2. MA PREMIÈRE ITINÉRANCE EN FAMILLE : LE TOUR DU COMBEYNOT (05)

Cette itinérance de trois jours est idéale pour les familles qui souhaitent associer la diversité naturelle des milieux avec l’aspect culturel du territoire durant leur séjour. Rien de mieux que d’observer un tel contraste entre les paysages briançonnais sur une courte durée ! L’eau, omniprésente, contribue à cette diversité paysagère. Elle se contemple sous la forme la plus cristallisée avec le glacier de la Roche Faurio, à la plus mouvante avec les cours d’eau de la Romanche et de la Guisane. En outre, les éléments architecturaux ponctuent la randonnée de manière à plonger le marcheur dans l’histoire des hameaux du Monêtier.

Le parcours

1er jour : le tour commence au parking du col du Lautaret et rejoint rapidement le sentier des Crevasses permettant aux familles de randonner au-dessus de la vallée de la Romanche à flanc de montagne jusqu’aux refuges de l’Alpe de Villar d’Arène.

2ème jour : au départ des refuges de l’Alpe de Villar d’Arène, les randonneurs remontent et traversent plusieurs cours d’eau avant d’arriver au col d’Arsine qui permet d’accéder aux lacs des glaciers du même nom – idéal pour se rafraîchir. Le parcours bascule dans la vallée de la Guisane en direction du village du Casset.

3ème jour : pour ce dernier jour, un chemin ancestral longe la Guisane en passant par divers hameaux notamment le Lauzet à partir duquel l’itinéraire emprunte le GR®50 jusqu’au col du Lautaret.

Infos : http://www.grand-tour-ecrins.fr/a-pied/tour-du-combeynot-en-3-jours/

#3. MON PREMIER 3000 M : LE TOUR DE LA GRAVE AU PLATEAU D’EMPARIS PAR LE PIC DU MAS DE LA GRAVE (05)

Prêt pour tenter l’ascension du Pic du Mas de la Grave ? Cette excursion est l’occasion de gravir son premier 3000 m tout en découvrant le Plateau d’Emparis, véritable belvédère sur les Écrins. Tout au long de l’itinérance, parsemée de traversées de petits villages & hameaux et dominée par les sommets majestueux des Écrins, la beauté et l’émerveillement suivent les pas des randonneurs. Vue à 360° depuis l’imposant Pic du Mas de la Grave, montée vertigineuse, le Plateau d’Emparis et ses lacs enchantent. Pastoralisme, nature et haute montagne raviront autant les contemplatifs que les férus de patrimoine montagnard.

Le parcours

1er jour : ce séjour commence par une première étape qui invite les randonneurs à flâner de villages en hameaux, à traverser le Vallon de la Buffe et ses alpages prisés lors des transhumances. En fin de journée, direction le refuge du Pic du Mas de la Grave.

2ème jour : randonneurs chevronnés, c’est parti pour l’ascension du Pic du Mas de La Grave, perché à 3020 m d’altitude. Une fois au sommet place à une vue à 360° ! La descente se fait en direction des refuges du Fay et des Mouterres pour la nuit.

3ème jour : cette dernière étape rejoint le célèbre GR®54 avant de prendre de la hauteur pour contempler le plateau d’Emparis et ses deux lacs emblématiques – le lac Lerié & le lac Noir. Ici se révèlent les hauts sommets du massif comme les glaciers des Écrins et la Meije. Ces trois jours d’itinérance se clôturent par la traversée du Chazelet et les Fréaux qui signent le retour à la civilisation par la vallée de la Romanche.

Infos : http://www.grand-tour-ecrins.fr/a-pied/tour-de-la-grave-au-plateau-demparis-par-le-pic-du-mas-de-la-grave/




L’ARGENTIERE-LA-BESSEE : CAMPING-CAR PARK ouvre une nouvelle aire

La municipalité de L’ARGENTIERE-LA-BESSEE (Hautes-Alpes) et CAMPING-CAR PARK, 1er réseau européen d’aires d’étape et de services pour les camping-caristes, annoncent l’ouverture d’une nouvelle aire sur le territoire de l’Argentière-la-Bessée (Hautes Alpes).

L’inauguration de cette nouvelle aire se tiendra le 8 août à 16h en présence du secrétaire d’État en charge de la ruralité : Joël Giraud.

Une aire à la porte du parc national des Ecrins

L’aire de l’Argentière-la-Bessée, d’une capacité de 22 places, s’adresse aux camping-caristes sportifs et amoureux de la montagne. Située à une trentaine de kilomètres de la frontière italienne, l’Argentière-la-Bessée est une porte d’entrée du parc des Ecrins et offre aux touristes de multiples opportunités de sports de nature et d’eau vive. Les sports d’hiver s’offrent également à eux, l’aire se situant au pied du domaine skiable de Puy Saint Vincent, relié par navettes. L’Argentière-la-Bessée, lieu d’installation de la nouvelle aire CAMPING-CAR PARK « La municipalité de l’Argentière-la-Bessée est heureuse d’accueillir cette nouvelle infrastructure qui va dynamiser le tourisme en camping-car sur notre commune. Les camping-caristes trouveront sur cette aire tous les équipements nécessaires à leur séjour : propreté et sécurité, assistance client, accès à l’eau potable et possibilité de vidanger leurs eaux usées, wifi… Et bien sûr la municipalité de l’Argentière-la-Bessée et l’ensemble des commerces et services de la commune leur feront le meilleur
accueil », déclare Patrick Vigne, maire de l’Argentière-la-Bessée.

Un enjeu économique pour les collectivités locales

L’ouverture d’une nouvelle aire représente un enjeu économique pour les communes. En effet, un couple de camping-caristes dépense en moyenne 52 euros par jour : 40 euros pour les acteurs économiques locaux et 12 euros pour l’hébergement. Sur la partie consacrée à l’hébergement, CAMPING-CAR PARK reverse environ les deux tiers à la commune qui accueille l’aire de stationnement. Afin d’inciter les clients camping-caristes à séjourner plus longtemps sur les destinations et à consommer local, CAMPING-CAR PARK a développé des partenariats avec des acteurs économiques du territoire. Sur présentation de sa carte PASS’ETAPES, le camping-cariste
bénéficie d’avantages ou de réductions dans les établissements partenaires. En contrepartie, CAMPING-CAR PARK s’engage à rendre visible les partenaires sur ses supports de communication (site internet, réseaux sociaux, newsletters).

Un réseau fort de son maillage territorial

Cette aire complète le maillage territorial de CAMPING-CAR PARK, qui dispose déjà de plus de 200 aires de services ou d’étapes en France, accessibles 24h/24. « L’ouverture de cette nouvelle aire CAMPING-CAR PARK est une étape importante dans la poursuite
de notre maillage territorial et la diversification de notre offre. Nous souhaitons laisser la possibilité aux camping-caristes de choisir entre la mer, la campagne, la montagne ou encore les abords d’une grande ville, et même de préparer un circuit les conduisant dans ces divers environnements. Ce large catalogue de destinations est particulièrement important dans un contexte sanitaire et économique qui incite, plus que jamais, nos clients à rester en France et à privilégier une destination de vacances de proximité », déclare Laurent Morice, co-fondateur de CAMPING-CAR PARK. 500.000 camping-caristes en France CAMPING-CAR PARK s’adresse aux 500.000 camping-caristes français et 1,8 million de campingcaristes européens qui peuvent trouver toutes les aires sur la nouvelle appli CAMPING-CAR PARK lancée début juin. Avec 27 millions de nuitées par an, le marché de l’hébergement des camping-cars représente 35% du marché de l’hôtellerie de plein air. Ce marché bénéficie directement et indirectement à l’économie française à hauteur de 1,4 milliard d’euros.

A propos de CAMPING-CAR PARK :

CAMPING-CAR PARK est le 1er réseau européen d’aires d’étape et d’aires de services pour camping-cars. Fondé en 2011 par deux experts du développement touristique des territoires, le réseau dénombre plus de 200 aires en Europe. On y accueille les camping-caristes au plus près des centres d’intérêt (centre-ville, plages, commerces…) en proposant un accès à tous les services en toute sécurité, 24|7 toute l’année. Habilement positionnées sur les grands pôles d’attractivité touristique, les aires ont déjà été visitées par près de la moitié des 500 000 véhicules de loisirs immatriculés en France. Forte d’une croissance constante depuis sa création et véritable vecteur de développement des territoires, la société annonce déjà l’ouverture de plusieurs dizaines d’aires supplémentaires en 2020.




LA CROIX-VALMER : Sur l’agenda des animations estivales…

Les principaux rendez-vous des animations estivales à La Croix-Valmer !

Mercredi 5 août 21h30, Forum Constantin
Cinéma en plein air « La Chèvre »
Entrée libre avec masques et distanciation

Jeudi 6 août
8h, départs plage de Gigaro et Vergeron, arrivée au Débarquement
Traversée à la nage
Inscriptions au service des sports : 04 98 11 48 87 – service.sports@lacroixvalmer.fr
16h, rue Louis Martin
Marché artisanal nocturne « Plein V’arts »
19h30, Plage du Débarquement
Gonflables / Close-up / Magie
Gratuit

Lundi 10 août, 19h30, Place de la Fontaine et Forum René Rinaudo
Ambiance musicale
Gratuit

Mercredi 12 août, 21h, Forum Constantin
Soirée « Et les Michel chantaient… »
Gratuit – places limitées

Jeudi 13 août, 19h30, plage du Débarquement
Gonflables / Jongleur, échassier…
Gratuit

Samedi 15 août, 9h, Square du Souvenir
Cérémonies du Débarquement de Provence

Jusqu’au 30 septembre
Exposition estivale « À la recherche des métiers de nos aïeux »
Mardi et vendredi de 17h à 19h

Mercredi, jeudi et dimanche de 10h30 à 12h30

Informations : Mairie 04 94 55 13 13 et Office de tourisme 04 94 55 12 12




PARIS : « Couleurs du monde » et « Mémoires partagées », à l’Institut du Monde Arabe

Du 15 septembre au 20 décembre l’IMA présente deux nouvelles expositions : Couleurs du monde, collection du Musée d’art moderne et contemporain de la Palestine et Mémoires partagées, photos et vidéos de la donation Lemand.

Deux accrochages exceptionnels des «Collections vivantes» de l’IMA.

Couleurs du monde, est le nouvel accrochage de la collection du futur Musée national d’art moderne et contemporain de la Palestine, qui sera présenté à l’IMA à partir du 15 septembre.
C’est Elias Sanbar, ambassadeur de la Palestine auprès de l’Unesco, qui est a? l’initiative du projet. Jack Lang, Président de l’IMA, s’est engagé auprès de lui en signant un partenariat visant à la création d’un Musée d’art moderne et contemporain en Palestine. L’Institut du monde arabe abrite depuis 2016 cette collection de « solidarité ». Concevoir un tel Musée, c’est inscrire les Palestiniens dans le monde et donner au monde un accès à la Palestine.

Mémoires partagées, est le nouvel accrochage de la Donation Claude et France Lemand. En 2018, les collectionneurs Claude et France Lemand ont fait une donation exceptionnelle de plus de 1 500 œuvres d’art moderne et contemporain au musée de l’IMA. Véritable collection vivante, elle fait l’objet de multiples accrochages et a notamment permis au musée de l’IMA de devenir le plus important musée d’art du monde arabe d’Europe

Musée d’art moderne et contemporain de la Palestine, Donation Claude et France Lemand.

Couleurs du monde et Mémoires partagées : deux nouveaux accrochages exceptionnels des « Collections vivantes » de l’Institut du monde arabe

Du 15 septembre au 20 décembre 2020




DIJON : Fête des voisins solidaires, le 18 septembre

La ville de Dijon participe à la « Fête des voisins solidaires » qui se déroulera le vendredi 18 septembre prochain dans le cadre de la traditionnelle « Fête des voisins ».

Organisée depuis plus de 20 ans en France, cette démarche citoyenne et solidaire qui vise à favoriser le mieux vivre ensemble a dû adapter l’édition 2020 à la crise sanitaire liée à la covid19. Après une « Fête des voisins aux balcons et aux fenêtres » au printemps dernier où chacun a été invité à imaginer un moment convivial, ce second temps festif célèbrera l’élan de générosité et de solidarité né entre voisins pendant le confinement.

Ainsi, tout en appliquant les gestes barrières, retrouvez vos voisins autour d’un apéritif, un buffet, dans une maison, un appartement, un jardin, un hall ou dans la rue.

Cette année encore, la ville de Dijon apporte son soutien à cet évènement fédérateur et mettra à disposition – au gré de vos réservations et dans la limite de ses possibilités – tables, bancs et chaises, t-shirts, ballons, affiches, flyers…
À noter qu’en raison du niveau « sécurité renforcée – risque attentat », la « posture Vigipirate » est à prendre en compte pour les organisateurs. Ces consignes sont téléchargeables sur le site www.dijon.fr.

Modalités de réservation :
La fiche d’inscription est téléchargeable sur le site www.dijon.fr et est à retourner dûment complétée et signée au plus tard le 16 août (date à respecter obligatoirement), par mail à meclerget@ville-dijon.fr ou par courrier à la direction de l’action culturelle et des publics – Mairie de Dijon – CS 73310 – 21033 Dijon Cedex.

Attention :
Le matériel de communication (t-shirts, ballons, affiches, flyers, nappes et gobelets…) n’est pas livré par les services de la ville. Il est à retirer les 26 et 28 août prochains, de 8h à 16h30 dans chaque structure de quartier correspondant à votre adresse (voir fiche d’inscription).

Le matériel type tables (2 m), bancs et chaises n’est pas livré par les services de la ville. Il sera à retirer entre le 16 et le 18 septembre, de 8h à 11h15 et de 14h à 16h30 au service Manifestations – 8 avenue de Dallas – Dijon. Il est fourni en fonction du stock disponible. Le retour de ce matériel devra avoir lieu le 22 septembre (mêmes horaires).

Renseignements auprès de la direction de l’action culturelle et des publics
Tél. : 03 80 74 59 09 ou 03 80 74 59 84 et sur www.dijon.fr