MARSEILLE : Marine PUSTORINO, Maire des 4e et 5e arrondissements, demande la mise sous protection de la Mairie de secteur

Marine PUSTORINO Maire des 4e et 5e arrondissements demande la mise sous protection de la Mairie de secteur le temps de la campagne électorale.

Marseille 6

Nous publions le courrier qu’elle adresse en ce sens au Maire de Marseille Jean-Claude GAUDIN et à l’Adjointe à la Sécurité Caroline POZMENTIER.

Courrier de Marine Pustorino à Jean-Claude Gaudin et Caroline Pozmentier




MARSEILLE : Plan d’actions pour le port de MARSEILLE-FOS, les annonces de Renaud MUSELIER

Aujourd’hui, Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président de Régions de France, a présenté, aux côtés de Jean-Marc FORNERI, Président du Conseil de Surveillance du Grand Port Maritime de Marseille, d’Hervé MARTEL, Président du Directoire du GPMM et Jean-Claude SARREMEJEANNE, Président de l’Union Maritime Fluviale, et des représentants des acteurs de la place portuaire, le Plan d’actions pour le Port Marseille-Fos.

Franck PENNANT 2

En début d’année, le Grand Port Maritime de Marseille a subi durant plusieurs semaines un mouvement de blocage et de grève. Cette action syndicale nationale a malheureusement provoqué des dommages irréparables sur le plan économique et social pour les entreprises de la place portuaire. C’est cet événement qui a poussé la Région à s’unir avec les entreprises de la place portuaire afin de les accompagner dans cette période difficile. Renaud MUSELIER, a annoncé le déblocage d’une enveloppe de 3 millions d’euros, complément du dispositif  » Région Sud Défensif « .
De leur côté, le GPMM, l’Union Maritime Fluviale, et la place portuaire ont annoncé le déploiement d’un pacte d’engagement. Ce dispositif sans précédent est le symbole d’une cohésion portuaire unique en France et constitue un signal fort de l’engagement du Port de Marseille-Fos pour retrouver rapidement la dynamique qui est la sienne depuis 10 ans.

Discours de Renaud MUSELIER
Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur,
Président de Régions de France
ANNONCE DU PLAN D’ACTIONS POUR LE PORT DE MARSEILLE-FOS
Marseille
Vendredi 21 février 2020

Je suis très heureux d’accueillir à l’Hôtel de Région la totalité du monde portuaire.
Nous vivons un moment historique pour le Port de Marseille-Fos.
Je crois que nous en avons tous conscience, et c’est pour cela que nous sommes tous réunis.
Les conflits sociaux ne sont pas totalement terminés, mais nous pouvons tous mesurer les conséquences qu’ils ont déjà laissés.
En effet, on compte plus de 260 millions d’euros de perte immédiate pour l’ensemble des entreprises du territoire qui ont subi le blocage du Port. Et au-delà de ce chiffre impressionnant, ce sont 10 années d’effort collectif pour la crédibilité et la réputation du port qui sont en péril.
10 années à affirmer partout que Marseille est aussi fiable que les ports du Nord,
10 années de combat collectif pour attirer à Marseille des clients rassurés et des investisseurs en confiance !
Nous ne pouvions pas laisser ces efforts partir en fumée.
Cher Jean-Marc FORNERI, cher Hervé MARTEL, cher Jean-Claude SARREMEJANE,
Votre présence aujourd’hui est la preuve que nous allons nous battre ensemble.
Nous avons préparé la riposte côte à côte et c’est comme ça que nous la présentons aujourd’hui.

Nos trois institutions sont unies pour apporter cette réponse politique, chacune à sa place et dans ses compétences :

– La Région Sud, cheffe de file en matière économique, et première collectivité représentée au sein du Conseil de surveillance du Port avec 2 sièges permanents.
– Le Grand Port Maritime de Marseille, autorité portuaire d’Etat
– L’Union Maritime et Fluviale, qui représente l’ensemble des entreprises et des acteurs de la place portuaire dont beaucoup sont autour de nous aujourd’hui.

Là aussi, c’est une grande fierté pour chacune et chacun.
Merci à Jean-Philippe SALDUCCI, Président du pilotage,
Mon cher Jean-Philippe, tu étais à la tête de l’Union Maritime et Fluviale avant que Jean-Claude ne te succède pour la Région, tu es un interlocuteur fiable et important et ta présence compte.
Merci à Franck ROSSI, Président du lamanage,
Cher Franck, nous travaillons déjà ensemble il y a cinq ans à protéger le statut des professions portuaires à Bruxelles ! Nous avions réussi ensemble à trouver des mécanismes de protection, malgré la pression des Nordiques qui voulaient tout libéraliser. Je suis très heureux et très fier de vous avoir de nouveau à mes côtés dans ce dispositif important.
Merci à tous les représentants des acteurs portuaires qui sont présents aujourd’hui à nos côtés.
Nous sommes ensemble !
Et la réponse aux enjeux que nous affrontons est stratégique et coordonnée.
Nous l’avons bâtie de façon coodonnée, en étant à l’écoute de vos besoins et de vos attentes.

Franck PENNANT 1

Elle permet :

– d’un côté, d’apporter notre soutien aux entreprises portuaires directement touchées
– de l’autre côté, afficher une baisse des tarifs immédiate du Port qui permettra de conserver et attirer les clients.

La collectivité que j’ai l’honneur de présider joue son rôle pour être à vos côtés.
Ce conflit historique aurait pu aboutir à un immense gâchis pour toute la place portuaire.
Mais ensemble, nous avons construit un plan d’actions !
Nous travaillons ensemble d’arrache-pied, avec ma majorité et avec toutes vos équipes, depuis le 6 février dernier, pour aboutir au meilleur résultat possible.
Nous avons décidé d’allouer trois millions d’euros de budget supplémentaires à notre outil « Région Sud Défensif » pour mettre en place ce dispositif exceptionnel en faveur des entreprises portuaires.
Déjà 13 dossiers ont été instruits en un temps record pour un montant total de 2 millions d’euros qui pourront être votés dès la Commission permanente du 6 mars, soit un mois seulement après la première annonce !
Cette entente politique et technique entre la Région et l’ensemble du monde portuaire nous permet d’aboutir à ces résultats. Elle doit se poursuivre.

Tout au long du conflit, vous m’avez trouvé à vos côtés :

Le 18 janvier, j’étais le seul acteur politique à appeler à un déblocage du Port alors que la décision était déjà catastrophique :
Avec Philippe KORCIA, Président de l’Union patronale, avec Jean-Luc CHAUVIN, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille Provence, et avec Roland GOMEZ, Président de la Chambre régionale, nous avons tiré la sonnette d’alarme.
En pleine campagne des municipales à Marseille, pas une voix ne s’était élevée contre les impacts du conflit.
Sur le conflit corse, je suis intervenu avec Gilles SIMEONI, le 29 janvier auprès du Gouvernement pour obtenir les garanties que demandaient les personnels navigants : elles sont arrivées en 24 heures et la grève a été suspendue début février.
Nous n’avons pas tout réglé, mais vous avez toujours pu compter sur mon soutien politique et financier.
Ce que nous annonçons aujourd’hui n’en est que la confirmation.
Au-delà de son leadership sur le volet économique, la loi NOTRe consacre aussi le rôle des Régions en matière de développement portuaire.
La Région est depuis 2015 aux côtés du Grand Port Maritime de Marseille dans tous ses grands projets de développement. Elle y trouve toute sa place en tant que financeur bien sûr, avec 26 millions d’euros de projets d’infrastructure soutenus par la Région depuis le début de la mandature. Mais la Région est aussi un acteur majeur de sa gouvernance.
Cher Hervé MARTEL, c’est avec l’accord de la Région qu’Elisabeth BORNE vous a confié, l’année dernière, les commandes du Port de Marseille.
Nous avons fixé ensemble une feuille de route ambitieuse qui conditionnait mon accord pour votre nomination. Presque un an plus tard, nous nous retrouvons ensemble pour affronter une crise historique. Cela vient confirmer le rapport particulier qui doit exister entre une Région et ses ports, quelle que soit leur autorité de tutelle.
Je veux d’ailleurs saluer la présence aujourd’hui de Jérôme GIRAUD, Directeur du Port de Toulon, port avec lequel nous avons d’excellentes relations de travail également.
L’exercice de cette compétence portuaire concerne aussi l’ensemble des ports de plaisance, et je veux saluer la présence aujourd’hui de Marc-Emmanuel QUIROUARD, Président de l’Union régionale des ports de plaisance.
Notre Région compte 147 ports de plaisance et de pêche avec 60 000 places dans la Région.
Nous dénombrons 500 millions d’euros de retombées chaque année grâce à eux et 3,5 millions de touristes attirés.
124 de ces ports se sont déjà inscrits dans notre dispositif « Ports propres » avec 28 millions d’euros de financements à la clef.
Nous accompagnons aussi une politique globale en faveur de l’éolien flottant.
Nous avons également un projet de zone de mouillage écologique sur le site du Parc national de Port-Cros.
Enfin, nous consacrons une Opération d’Intérêt Régional dédiée à l’économie de la mer, sous l’égide de mon Vice-Président Philippe VITEL.
Vous l’avez compris, le monde maritime et portuaire peut compter sur la Région.
Ensemble, ici même en septembre dernier, nous avons bâti «Escales Zéro Fumée»
C’est finalement le meilleur symbole de l’alliance que nous confirmons aujourd’hui.
En septembre dernier, nous annoncions déjà ensemble une enveloppe de 31 millions d’euros pour connecter à quai les navires de Marseille, Toulon et Nice.
Avec une ambition claire : arriver en 2025 au Zéro fumée en escales pour nos trois grandes villes portuaires.
C’est une attente citoyenne essentielle. Et tous les efforts que nous pourrons faire pour la relance économique du Port ne peuvent pas être des obstacles à la poursuite de cette stratégie.
Cette dynamique s’inscrit dans notre Plan climat Régional « une COP d’avance », pour lequel nous engageons 30 % du budget en 2020 !
Et cette dynamique n’a pas de prix. Je refuse que des conflits sociaux nationaux puissent aboutir à de grands coups de frein politiques et financiers dans des dossiers de santé publique d’une telle importance.
La Région maintient donc l’ensemble de ses financements dans ce dossier :
– 14 millions d’euros pour la place marseillaise : en 2023, 100 % des car-ferries seront connectés à quai, et en 2025 ce seront les navires de croisière
– 11 millions d’euros pour le Port de Toulon, avec un 100 % connexion dès 2022 !
– et 6 millions d’euros pour le Port de Nice, où nous brancherons à horizon 2023 les navires de moyenne croisière et de grande plaisance.

Au-delà de ce rappel nécessaire, pour qu’il n’y ait aucune ambiguïté :

– Nous arrivons à travailler sur tous les dossiers avec le monde portuaire.
– Et parce que nous travaillons en bonne intelligence, dans le respect des compétences de chacun, nous aboutissons à des résultats concrets et utiles.

Utiles pour la santé de nos concitoyens,
Utiles pour l’activité économique de nos entreprises,
Utiles pour assurer des emplois aux jeunes et moins jeunes de toute notre région.
Mais sans cette forte relation que vous incarnez en étant tous présents aujourd’hui,
Nous ne serions pas aussi efficaces.
Maintenant, pour tout le port de Marseille, va venir le temps de la reconquête !
Vous allez continuer de vous battre pour faire de ce grand port de Méditerranée un modèle de compétitivité et de respect de l’environnement,
Avec le soutien inconditionnel et total de votre Région !
Et cela commence par ce Pacte que vous allez nous présenter, cher Jean-Marc, cher Hervé, cher Jean-Claude :
Il vous permettra de garder des clients qui seraient partis, voire d’en attirer des nouveaux.
C’est un défi de très court terme, mais qui aura des répercussions pour les 20 années à venir !




MARSEILLE : Renaud MUSELIER présente le Plan d’actions pour le Port de Marseille-Fos

En réponse au mouvement social national qui a affecté les activités du Port de Marseille-Fos depuis plus de deux mois, la Région Sud et les professionnels de la place portuaire, avec le soutien du Grand Port Maritime de Marseille (GPMM) et de l’Union Maritime et Fluviale de Marseille-Fos (UMF), déploient deux dispositifs d’urgence complémentaires : un Plan d’Investissement Régional et un Pacte d’Engagement Marseille-Fos.

RENAUD MUSELIER 12

D’un montant supérieur à 5 millions d’euros, le déploiement des mesures de soutien prévues dans ces deux dispositifs exceptionnels doivent permettre de relancer immédiatement l’activité du Port Marseille-Fos et de préserver la compétitivité portuaire sur le transport de marchandises diverses sur lignes régulières internationales.

Un impact cumulé de 200 millions d’euros pour les activités portuaires

Le mouvement social national débuté le 5 décembre 2019 a considérablement freiné l’activité du Port Marseille-Fos, qui était sur une dynamique de croissance annuelle de +7% sur le conteneur, et qui termine tout de même l’année à +4%.
Au total, l’impact financier pour le Port Maritime de Marseille Fos et pour les professionnels de la place portuaire s’élève à plus de 200 millions d’euros. Le mouvement de recul observé sur l’ensemble des filières portuaires en Décembre 2019 s’est accentué en Janvier 2020. L’activité conteneur a ainsi connu une baisse de -21% à l’import et de -29% à l’export au 31 janvier 2020, soit un total de pertes cumulées de 25% sur la période par rapport à l’année précédente. Le constat baissier est similaire pour les activités de lamanage, pilotage, les compagnies et agents maritimes, les armateurs, les croisiéristes ou encore la réparation navale. C’est cette situation économique alarmante qui a mené à une réflexion conjointe de la part de la Région Sud, du GPMM, de l’UMF et des professionnels de la place portuaire, qui ont ensemble décidé de mettre en place un plan d’actions pour le Port Marseille-Fos.

Ce Plan d’actions sera bâti autour de deux axes cohérents et distincts :

. Un plan de relance régional incarné par un soutien financier accordé aux entreprises de la place portuaire. Cette aide exceptionnelle s’inscrit dans le Dispositif «Région Sud Défensif», initié par la Région dans le cadre du Fonds d’Investissement pour les Entreprises de la Région (FIER).
. Une stratégie portuaire commerciale autour du pacte d’engagement, porté par le Grand Port Maritime de Marseille, l’Union Maritime Fluviale et l’ensemble des acteurs de la place portuaire

Un Plan de relance régional pour soutenir les acteurs de la place portuaire

«La Région ne pouvait pas rester indifférente à la situation rencontrée par les entreprises de la place portuaire de Marseille-Fos. Le Port est le poumon économique de notre territoire, et c’est la compétence de la Région de lui venir en aide pour affronter cette crise. Ensemble, avec l’autorité portuaire du GPMM et avec l’Union Maritime et Fluviale, nous avons construit ce Plan d’actions qui permettra à chacune des entreprises touchées de relever la tête et retrouver confiance en l’avenir» indique Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président de Régions de France.

Une aide exceptionnelle : «Le Fonds d’urgence de la Région Sud»

Le 6 février dernier, Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président de Régions de France, a annoncé en marge du Salon Euromaritime à Marseille, que la Région débloquerait un Fonds à hauteur de 3 millions d’euros maximum, pour venir en soutien de la place portuaire, afin de les aider à maintenir un équilibre financier, qui avait été mis en danger par les blocages du début d’année. A ce jour, cette enveloppe est prévue pour être répartie entre au moins 13 entreprises de la place portuaire. En effet, ces entreprises sont cruciales en ce qu’elles permettent d’assurer au quotidien l’activité portuaire, sur laquelle repose tout un écosystème économique régional. Aujourd’hui force est de constater que les mouvements sociaux de ce début d’année ont eu un réel impact sur leur activité. C’est dans cet esprit que la Région a choisi de les accompagner spécifiquement pour affronter cette période de crise.
Ces entreprises pourront bénéficier d’une aide financière accordée par la Région Sud. Cette aide exceptionnelle s’inscrit dans le Dispositif «Région Sud Défensif», initié par la Région dans le cadre du Fonds d’Investissement pour les Entreprises de la Région (FIER).
Depuis sa création en 2017, le FIER a permis de simplifier l’accès aux financements pour les entreprises du territoire et de créer des dispositifs d’aides plus ouverts à tous les types d’entreprise. Ces objectifs ont été fixés autour d’une perspective commune : Gagner la bataille de l’emploi. C’est pour cela que la Région a choisi d’accompagner les dirigeants tout au long de la vie de l’entreprise, aussi bien dans les temps forts que dans les moments les plus difficiles.

Le Dispositif «Région Sud Défensif»

Ce dispositif est l’un des treize outils opérationnels du FIER et a pour vocation l’accompagnement des entreprises rencontrant des difficultés conjoncturelles ou exceptionnelles dans une logique de préservation des entreprises, des emplois et dans une logique d’équilibre économique des territoires de la Région. Ces difficultés peuvent être d’ordre varié : catastrophes naturelles, crises économiques et financières brutales, mutations économiques et sociales, …
Cette intervention régionale peut prendre la forme d’une subvention allant au maximum jusqu’à 200 000€, soit d’une avance remboursable jusqu’à 350 000 euros. En 2019, le Dispositif « Région Sud Défensif » a été activé 10 fois pour un montant total engagé de 1 598 000 euros.

Un Pacte d’Engagement Marseille-Fos pour préserver la compétitivité portuaire

Ce mouvement social national extra-portuaire a largement affecté les activités pendant les mois de décembre 2019 et janvier 2020 sur un marché du transport de marchandises diverses extrêmement concurrentiel en Europe.
Un pacte financé par les professionnels de la place portuaire, avec le soutien du port
Conscients de la nécessité d’agir urgemment pour soutenir la compétitivité du port Marseille-Fos, les professionnels de la place portuaire, soutenus par le Grand Port Maritime de Marseille (GPMM) et de l’Union Maritime et Fluviale de Marseille-Fos (UMF), déploient un Pacte d’Engagement. Ce dispositif exceptionnel, financé par la communauté portuaire en dépit de pertes financières substantielles ces deux derniers mois, a pour objectif de maintenir la confiance des clients du Port et de relancer l’activité sur le transport de marchandises divers en ligne régulière.

“Ce Pacte d’Engagement Marseille-Fos symbolise la profonde solidarité qui lie l’ensemble des métiers de la place portuaire et qui fait sa singularité dans l’Hexagone. Cette cohésion portuaire a permis à Marseille-Fos de devenir en dix ans le premier port de France et un des premiers ports d’Europe. Elle nous offre aujourd’hui la possibilité de sortir rapidement de cette période difficile. Il s’agit d’un moment fondateur de notre histoire commune”, affirme Jean-Claude Sarremejeanne, Président de l’UMF.

Viser une relance immédiate des filières les plus concurrentielles

Le Pacte d’Engagement Marseille-Fos s’appuie sur deux mesure fortes et concrètes à courte échéance : . Une remise commerciale couvrant l’altération de l’activité économique et du service rendu pendant la période du 5 décembre au 25 janvier, pour les frais de stationnements durant les 13 jours de grèves sur les marchandises diverses à l’import comme à l’export, sous forme d’avoirs accordés par les manutentionnaires ; . Une remise jusqu’à 30% pendant 3 mois sur les frais portuaires sera consentie par les services portuaires sur les lignes régulières internationales traitant les marchandises diverses. Portée par le pilotage, le remorquage, le lamanage et le Port pour la partie droits de port, elle s’appliquera aux armateurs qui confirmeront leur confiance au Port de Marseille Fos.
Le port et tous les acteurs de la place portuaire maintiennent par ailleurs les dispositifs attractifs de soutien aux projets de développement permettant d’offrir aux porteurs de projets, industriels, logisticiens, chargeurs et armements, des conditions d’accueil exceptionnelles. Concernant les lignes maritimes par exemple, ces aides pourront, sur les droits de port et sur les différents services portuaires, atteindre 50%. Le détail de ces mesures est à retrouver sur le site dédié www.pacte-marseillefos.fr

“Ces mesures d’urgence immédiates et sans précédent sont destinées à retrouver rapidement la dynamique portuaire sur des marchés très concurrentiels et à remercier nos clients de la confiance accordée à la place de Marseille Fos. Collectivement, nous entamerons un travail de réflexion profond sur l’ensemble des filières touchées dans les prochaines semaines”, précise Hervé Martel, Président du GPMM.

Consolider l’excellence technologique et écologique de Marseille-Fos

Le GPMM et l’UMF lanceront ainsi dans les prochaines semaine un programme de rencontres de l’ensemble des clients du port à travers la France, dont l’objectif sera de présenter les grands chantiers qui doivent permettre de consolider cet écosystème innovant, technologique et écologique qu’est Marseille-Fos. Les inscriptions sont d’ores et déjà ouvertes sur le site www.pacte-marseillefos.fr
Ces dix dernières années, l’écosystème portuaire de Marseille a su se mobiliser pour être à la pointe de l’innovation et de la compétitivité sur ses différents métiers. Depuis la dernière réforme portuaire, les efforts conjoints de l’ensemble des acteurs de la place portuaire ont débouché sur une croissance soutenue du port de Marseille-Fos, qui a confirmé en 2019 sa place de leader en France. Ce Pacte d’Engagement est à la hauteur de la confiance que leurs clients leur accordent et renforce encore la solidarité des acteurs portuaires. Elle marque une nouvelle page de l’histoire du port Marseille-Fos.
En 2019, le Port de Marseille Fos, 1er port de France, avec un trafic global de près de 79 MT, conserve un volume à l’équilibre.

L’activité conteneurs poursuit, pour la 8ème année consécutive, sa croissance avec une hausse de + 4 % (en EVP).

. La majorité des filières qui portent la diversification des activités affichent de très bons résultats, notamment le conventionnel (+ 4 %), les voitures (+ 1 %) et le GNL (+ 5 %).
. Plus de 3 millions de voyageurs (+ 5 %) ont transité par nos installations. Marseille confirme sa place de 1er port de croisières de France avec plus de 1,8 M de croisiéristes, pour une progression de 8 % sur l’année écoulée.
. Port multimodal et connecté au monde, l’activité de Marseille Fos se traduit par 7 500 escales/an et génère près de 41 500 emplois directs et indirects dans les Bouches-du-Rhône.

Une démarche soutenue par Via Marseille Fos, le Club de la Croisière Marseille Provence, l’Union Pour les Entreprises 13 et la CCI Aix Marseille Provence.




MARSEILLE : Bilan de la consommation gaz en 2019 en Région SUD

À l’occasion de la conférence de presse annuelle, Georges Seimandi, délégué territorial Rhône-Méditerranée de GRTgaz, présente le bilan 2019 et les ambitions 2020 de GRTgaz en région Sud.

GRTgaz

Le jeudi 5 mars 2020 à 11h à la CCI Marseille Provence (Palais de la Bourse, 9 La Canebière – 13001 Marseille).




MARSEILLE : Randstad crée une formation sur-mesure, pour former des électriciens bancheurs

Pour répondre aux difficultés de recrutement des entreprises locales.

Marseille 4

67% des entreprises du bassin de Marseille ont du mal à recruter des électriciens du bâtiment*,
Randstad a conçu une formation sur mesure d’électriciens bancheurs de 3 mois,
7 stagiaires sont embauchés en CDI par la société SMD Provence à Miramas, les autres en CDI intérimaire.

Dans la région de Marseille, les entreprises du BTP font face à des difficultés récurrente pour recruter des d’électricien bancheur. La pénurie de profils est telle que 67% des entreprises locales du secteur affirment avoir du mal à embaucher des électriciens du bâtiment. A la demande de ses clients, l’agence Randstad de Marseille a créé une formation sur-mesure d’électricien-bancheurs. Elle a sélectionné Access Formation pour mettre en œuvre ce cycle d’une durée de 3 mois. Il a permis de former 9 candidats demandeurs d’emploi, identifiés avec l’appui de Pôle Emploi. Dès le 2 mars, tous débuteront leur première mission en CDI et en CDI Intérimaire au sein des entreprises locales. Sept d’entre eux seront accueillis au sein de l’entreprise d’électricité générale SMD Provence, située à Miramas.

« Nous le constatons tous les jours, la pénurie de compétences s’aggrave et les entreprises locales n’arrivent plus à recruter les compétences dont elles ont besoin. Ces compétences sont parfois très spécifiques et il arrive qu’aucune formation n’existe pour y répondre. En tant que partenaire de proximité de nos entreprises clientes, nous avons une connaissance fine de leurs besoins. Nous pouvons nous appuyer sur notre service formation, souple et réactif, qui dispose de toute l’ingénierie pédagogique pour créer de toutes pièces des formations qualifiantes, parfaitement adaptées. Même si le chômage baisse, il reste à un niveau élevé. Ces formations sont une formidable opportunité pour les demandeurs d’emploi de pouvoir se réorienter et se former à des métiers porteurs », explique Florence Glenat, consultante de l’agence Randstad, à l’initiative de la formation d’électricien-bancheur.

Chaque année, Randstad et son service formation conçoivent près de 4 000 cycles de formation sur mesure pour le compte de leurs clients, dont près de 200 dans les Bouches-du-Rhône. Les profils d’électriciens bancheurs sont rares. Ce métier, très spécifique au secteur du BTP, nécessite des compétences à la frontière de l’électricité et de la maçonnerie. Il n’existe pas de formation spécifiquement dédiée à ce métier dans le secteur de Marseille, alors même que la demande est forte. L’entreprise SMD Provence, basée Miramas a fait appel à Randstad pour monter un cycle de formation dédié à ses besoins. Il s’agit du premier cycle de formation d’électricien-bancheurs que pilote Randstad dans le bassin de Marseille. Il s’inspire des cinq formations montées dans le Var sur cette qualification. L’agence s’est associée à Pôle Emploi pour recruter ses stagiaires, tous demandeurs d’emploi, et a fait appel à l’organisme Access Formation pour former et certifier dix électriciens bancheurs, au cœur du territoire.

La formation, sous forme de P.O.E.C (Préparation Opérationnelle à l’Emploi Collective), a été pensée par le service formation de Randstad pour répondre aux spécificités des entreprises locales. Elle a accueilli durant 3 mois, neuf stagiaires de tous horizons professionnels, sélectionnés selon leurs compétences comportementales et leur appétence pour le secteur du BTP. Tous ont été formés par alternance au sein de l’entreprise SMD Provence.

*Etude Besoins en Main d’œuvre (BMO), Pôle Emploi, 2019.

A propos du Groupe Randstad France

Le groupe Randstad France fait partie du groupe Randstad, leader mondial sur le marché des ressources humaines, fondé aux Pays-Bas en 1960. En France, il se place parmi les leaders en matière de services en ressources humaines avec, en 2019, un chiffre d’affaires de 3,7 milliards d’euros. En 2019, le groupe (13 600 collaborateurs-trices, dont 4 000 au titre d’AUSY et 5 600 CDI Intérimaires) aura délégué en moyenne 75 000 salariés intérimaires chaque semaine et recruté 28 000 professionnels en CDI/CDD, en s’appuyant sur son réseau national et local de 900 agences et bureaux.
Cinq des filiales du groupe Randstad France (Randstad, Randstad Inhouse, Expectra, Appel Médical et JBM) sont certifiées Top Employer.
Retrouvez-nous sur :

www.grouperandstad.fr @GroupRandstadFR

http://resources.grouperandstad.fr @resources_FR




MARSEILLE : MUNICIPALES 2020 – Bruno GILLES (SE) a déposé en Préfecture l’intégraltié de ses listes « Ensemble Pour Marseille »

Bruno Gilles, candidat (Sans Etiquette) à la mairie de Marseille les 15 et 22 mars prochains, et l’ensemble des têtes de listes, ont déposé aujourd’hui en Préfecture les 303 noms qui composeront les listes « Ensemble pour Marseille avec Bruno Gilles », pour les 8 secteurs de la ville.

Depotlistes

René Baccino pour le 1-7, Lisette Narducci pour le 2-3, Bruno Gilles et Marine Pustorino pour le 4-5, Ludovic Perney pour le 6-8, Nathalie Simon pour le 9-10, Robert Assante pour le 11-12, Josepha Colin pour le 13-14 et Jean-Marc Corteggiani pour le 15-16 : toutes et tous sont engagés pour changer Marseille et ouvrir une nouvelle page pour les Marseillaises et les Marseillais.

« Le dépôt des listes est un moment important, presque solennel dans une campagne. La totalité de l’équipe investie à mes côtés est prête pour engager cette nouvelle gouvernance pour les habitants de notre ville. Je serai ce Maire à plein temps que les Marseillaises et Marseillais attendent », a exprimé Bruno Gilles.

Bruno GILLES
Sénateur des Bouches-du-Rhône
Maire Honoraire des 4ème et 5ème Arrts de Marseille
Candidat aux élections municipales Marseille 2020

Site participatif : www.ensemblepourmarseille.fr

Réseaux sociaux :
Facebook :
https://www.facebook.com/BrunoGilles2020/?ref=bookmarks
Twitter : https://twitter.com/brunogilles13
Instagram : https://www.instagram.com/brunogilles13/?hl=fr
Site internet :
https://ensemblepourmarseille.fr




MARSEILLE : MUNICIPALES 2020 – « Quelles politiques d’inclusion pour Marseille ? » par Yvon BERLAND, jeudi 20 février 2020

Yvon Berland et ses équipes participent au débat citoyen « Quelles politiques d’inclusion pour Marseille ? », en présence de Muriel Pénicaud, Ministre du Travail, et de Julien Denormandie, Ministre chargé de la Ville et du Logement.

Marseille 6

Le jeudi 20 février à 18h au Studio 37
37 Rue Guibal 13003 Marseille

Pour assister au débat qui sera suivi d’un point presse, une accréditation est requise par courrier électronique presse@yvonberland.fr

Yvon Berland 2020
48 Quai du Lazaret
Marseille 13002




MARSEILLE : MUNICIPALES 2020 – Le Vice-Président du Modem 13 rejoint Bruno GILLES (SE) et ses listes « Ensemble Pour Marseille « 

Bruno Gilles, candidat (Sans Etiquette) à la mairie de Marseille, annonce que Patrick Thévenin, Vice-Président du Modem 13, sera présent sur la liste « Ensemble pour Marseille avec Bruno Gilles », dans le 4e secteur (6e et 8e arrondissements).

Bruno Gilles

Patrick Thévenin, gérant d’un pressing à Saint-Giniez (8e), ancien Adjoint de secteur pendant 19 ans et délégué aux Ecoles, témoigne de son engagement aux côtés de Bruno Gilles :

« Bruno Gilles présente dans les 6e et 8e arrondissements une liste de renouvellement, avec Ludovic Perney et Sandra Dalbin notamment. Il a raison de vouloir être Maire à temps plein : Marseille a besoin qu’on s’occupe d’elle. Bruno Gilles est un homme de coeur, intègre, droit dans ses bottes ».

Patrick Thévenin sera en 7e position sur la liste Ensemble pour Marseille avec Bruno Gilles.

* * *

Bruno GILLES
Sénateur des Bouches-du-Rhône
Maire Honoraire des 4ème et 5ème Arrts de Marseille
Candidat aux élections municipales Marseille 2020

Site participatif : www.ensemblepourmarseille.fr

Réseaux sociaux :
Facebook :
https://www.facebook.com/BrunoGilles2020/?ref=bookmarks
Twitter : https://twitter.com/brunogilles13
Instagram : https://www.instagram.com/brunogilles13/?hl=fr
Site internet :
https://ensemblepourmarseille.fr




MARSEILLE : Cités éducatives à Marseille, Saïd AHAMADA obtient une enveloppe de 3,6 millions d’€

Saïd AHAMADA obtient une enveloppe de 3,6 millions d’€ du Gouvernement sur trois ans pour la réussite des enfants et jeunes.

Marseille 5

Labellisées en fin d’année 2019, le Gouvernement dévoile aujourd’hui les 80 cités éducatives retenues dans les quartiers populaires. Il s’agit d’une des mesures prévues par la stratégie de lutte contre le séparatisme, qui vient d’être présentée par le Président de la République à Mulhouse. Parmi elles, trois sont implantées à Marseille, dont la cité éducative « Marseille Nord Littoral » (15e-16e). Les Ministres Julien Denormandie et Jean-Michel Blanquer ont fait savoir à Saïd Ahamada que ces trois cités éducatives allaient bénéficier, sur les trois prochaines années (période 2020-2022), de 3,6 millions d’euros de financements. Cet investissement social majeur décidé par le Gouvernement va permettre de favoriser la réussite des enfants et des jeunes, en particulier dans les 15e-16e, en misant résolument sur l’éducation à Marseille. Les quartiers concernés par la cité éducative « Marseille Nord Littoral » sont notamment La Castellane, La Bricarde, Plan d’Aou et Saint-Antoine, en mobilisant les collèges Henri Barnier (16ème arrondissement) et Elsa Triolet (15ème arrondissement).

Pour Saïd Ahamada :« Il s’agit du dispositif le plus ambitieux en matière de politique de la ville depuis le lancement des programmes de rénovation urbaine en 2003 et 2014. C’est donc un engagement fort pour la jeunesse de nos quartiers à Marseille, et plus particulièrement des 15e-16e, que j’ai appelé de mes vœux depuis plusieurs mois. J’ai été entendu, puisque cette décision du Gouvernement permettra d’aider, de façon ciblée, les jeunes Marseillaises et Marseillais à réussir leurs parcours éducatifs. Nous accélérons la mise en œuvre de notre politique sociale au service des plus fragiles, pour lutter à la racine contre inégalités et les déterminismes, et je m’en félicite ».

Que sont concrètement les cités éducatives ?

Mesure phare du rapport remis par Jean-Louis Borloo au Président de la République, en avril 2018, les cités éducatives sont un dispositif mis en place par le Gouvernement ayant pour objectif de fédérer l’ensemble des acteurs des quartiers prioritaires de la ville (QPV) (services de l’État, collectivités locales, communauté éducative, mais aussi associations et habitants) autour de projets éducatifs, afin d’en faire des lieux de réussite républicaine. Ce programme vise à renforcer les prises en charges des enfants pendant le temps scolaire et périscolaire. Il s’agit donc d’une démarche d’accompagnement de chaque parcours éducatif individuel, depuis la petite enfance jusqu’à l’insertion professionnelle.

Sur les 80 cités éducatives labellisées en France, 3 se situent à Marseille :

Marseille Nord Littoral (15e-16e)
Marseille Malpassé-Corot
Marseille centre-ville




TOULON : Prévisions de circulation en zone sud, week-end du vendredi 21 au dimanche 23 février 2020

Ce week-end de chassé-croisé des 3 zones impacte la zone Sud dans les deux sens de circulation, avec, pour les congés, le début de la zone A, la deuxième semaine de la zone B et la fin de la zone C.

Embouteillage La Garde 1

Vendredi
La circulation sera relativement dense sur les grands axes de transit (A7/A8/A51) dans le sens des départs en fin de journée vers les stations de ski, aux sorties des grandes agglomérations : Marseille, Aix-en-Provence, Montpellier, Nice, Toulouse…
Samedi
Circulation assez dense sur les grands axes de transit et en direction des Alpes, dans le sens des dé-parts, aux abords des grandes métropoles : Marseille, Aix-en-Provence, Toulon, Nice, Montpellier, Toulouse…
Dimanche
Une densification de la circulation est attendue pour la fin du week-end et les retours des stations de ski. Elle se concentrera de 16h00 à 20h00, sur les axes de retours des Alpes du Sud et vers ceux re-liant le littoral aux grandes agglomérations méditerranéennes : Aix-en-Provence, Montpellier, Nice, Toulon, Toulouse…
Écouter régulièrement les radios diffusant de l’information routière :
France Bleu Provence : 103.6 FM
Radio Vinci Autoroutes : 107.7 FM

Les Prévisions
Zone sud – Prévisions régionales du CeZOC
Vendredi 21 février :
Dès 16h00 et jusqu’en début de soirée, évitez :
– les abords des grandes agglomérations où la circulation est soutenue ;
– l’autoroute A9 entre Nîmes et Montpellier, dans les deux sens de circulation ;
– l’autoroute A8 de Nice à la frontière italienne, dans les deux sens de circulation ;
– le divergent de l’autoroute A8/A51 à Aix-en-Provence jusqu’à la barrière de péage de Meyrargues ;
– le secteur de la Saulce en direction de Gap et Tallard sur le réseau national et départemental ;
– pour les Pyrénées, la RN20, RN22, RN320 et RN116.

Samedi 22 février :
Les axes en partance comme en provenance des stations des Alpes du Sud et des Pyrénées seront impactés, aussi bien pour le réseau national que départemental, notamment dans le secteur de Gap et Tallard.
Dimanche 23 février:
Hormis les retours de week-end sur les axes reliant le littoral aux grandes agglomérations, à partir de 16h00, évitez les axes principaux comme secondaires en provenance des stations de sports d’hiver.
Particularités de la Zone Sud
Le départ vers les stations de ski des Alpes du Sud
Afin de contourner les principales perturbations, notamment au débouché de l’autoroute A51, les deux itinéraires figurant sur la carte pourront vous être proposés.

Zone sud – Prévisions régionales du CeZOC
Informations diverses pour aller en direction de l’Italie :
Site internet du ministère des transports Italien : http://www.mit.gov.it
Site internet Tourist info : http://www.touristinfo.it
Informations diverses pour aller en direction du Portugal et de l’Espagne :
Site internet du Centre de Gestion du Trafic: http://mct.gencat.cat/
Site internet de la Direction Générale du Trafic d’Espagne: http://www.dgt.es

Conseils de conduite
Les intempéries
Pluie, brouillard, neige, verglas… adaptez toujours votre conduite aux conditions météorologiques. N’oubliez pas qu’en cas de pluie ou d’intempérie les limites de vitesse autorisées sont revues à la baisse, donc ralentissez ! Si les conditions météos sont trop extrêmes (forte neige, vents violents…), différez si possible votre déplacement.
Par temps de neige
Les conditions de circulation sont évidemment plus difficiles. Veillez à avoir des équipements adaptés : chaînes (à la taille des pneus) ou pneus spéciaux. En cas de neige, comme par temps de pluie, les vitesses maximales sont abaissées de 20 km/h sur les secteurs d’autoroutes et 10km/h sur les autres routes. Allumez vos feux de croisement, réduisez votre vitesse en l’adaptant aux conditions de visibilité, respectez les distances de sécurité et laissez toujours la priorité aux engins de déneigement et de salage.
Le verglas
Sur les routes verglacées, réduisez votre vitesse pour l’adapter aux conditions d’adhérence et limiter les effets d’une perte de contrôle. Augmentez les distances avec le véhicule qui vous précède. Adoptez une conduite souple et apaisée en évitant toute manoeuvre brutale, notamment si vous devez freiner. Anticipez les courbes, les descentes, et le franchissement des zones à risques tels que ponts, sous-bois, zones ombragées ou humides, etc..
Le brouillard
Parce qu’il réduit de façon significative la visibilité, et notamment la perception des distances, le brouillard est particulièrement dangereux sur route. Réduisez votre vitesse en l’adaptant aux conditions de visibilité. Allumez vos feux de croisement et si né-cessaire, vos feux de brouillard. Augmentez les distances de sécurité avec le véhicule qui vous précède. N’oubliez pas que sur l’ensemble du réseau routier et autoroutier, en cas de visibilité inférieure à 50 mètres, les vitesses maximales sont abaissées à 50 km/h.
L’éco-conduite est un comportement de conduite citoyen permettant de réduire le risque d’accidents de la route (de 10 à 15 %), de réduire sa consommation de carburant (jusqu’à 15% d’économie) et de limiter les émissions de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique.