MARSEILLE / Parce que vous êtes unique, vous rêviez d’un guide sur mesure…

MARSEILLE / En lançant le premier guide sur mesure au monde, le Petit Futé met à la disposition des voyageurs et internautes l’ensemble des ressources de son immense base de données (800 destinations dans 187 pays) afi n de composer, en quelques clics, via leur ordinateur, smartphone et/ou tablette, leur propre guide de voyage.

PETIT FUTE MARSEILLE

PETIT FUTE

Le Petit Futé se fait de nouveau pionnier en proposant aux voyageurs un tout nouveau concept qui conforte encore sa pole position dans l’univers du numérique. Vous souhaitez partir en voyage pour un court séjour ou pour un voyage plus long, seul ou en groupe, entre amis ou en famille et aucun guide de voyage ne vous paraît répondre à vos besoins spécifi ques ?
Lassés de vous retrouver, à chacun de vos voyages, au milieu de touristes utilisant les mêmes guides, souvent trop lourds et chargés d’informations dont vous n’avez que faire, vous ne souhaitez pas vous retrouver dans les mêmes établissements que « Monsieur tout le monde » et rêvez d’adresses plus proches de vos envies ou de votre personnalité ? En créant le premier guide de voyage sur mesure, le Petit Futé vous permet, (pour la première fois au monde), de composer, vous-même, VOTRE guide sur mesure avec titre et illustrations de votre choix.

PETIT FUTE VAR

En 4 clics seulement, le Petit Futé off re désormais la possibilité de créer, via une plate-forme dédiée (www.mypetitfute. com) votre propre guide, avec seulement les informations souhaitées et sélectionnées en fonction de vos choix d’itinéraire, de lieux à voir, de vos centres d’intérêt (à choisir parmi diff érentes catégories proposées) mais aussi de votre budget.
1. Vous défi nissez d’abord votre itinéraire vers une ou plusieurs destinations. Vous pouvez réorganiser les étapes comme vous le souhaitez en visualisant les lieux sur une carte. Si nécessaire, le Petit Futé pourra même vous suggérer des thématiques ou des idées de circuits ou de séjours.

PETIT FUTE VALENCE

2. Vous sélectionnez ensuite vos centres d’intérêt : sites, musées et monuments à voir ou à visiter ; types d’ hébergement et de restaurants souhaités ; bons plans shopping et/ou sorties, etc. Tout cela en fonction de votre budget et du temps que vous souhaitez consacrer à ce voyage. Vous pourrez même agrémenter votre guide de photos et de cartes issues du fonds documentaire du Petit Futé et l’enrichir avec des informations liées à l’histoire, la géographie, la gastronomie, la culture, etc.
3. Vous créez enfi n la couverture de votre guide en choisissant le titre, le sous-titre et l’illustration à partir de vos propres photos ou de celles que vous avez sélectionnées précédemment : le must étant d’insérer votre portrait ou celui de la personne à qui vous destinez ce guide, en couverture avec la possibilité de le lui dédicacer !

PETIT FUTE MARSEILLE 1

4. A chaque étape de l’élaboration de votre guide, vous serez informé en temps réel du nombre de pages générées et du prix (à l’instant T) défi ni en fonction du volume d’informations et de documents (cartes, photos) que vous aurez compilés. Vous n’aurez plus qu’à choisir entre la version numérique (à partir de 1,90 €) ou le couplage papier-numérique (à partir de 14,90 €). Vous recevrez le guide papier sous 72 heures par voie postale. Petit Futé vous invite désormais à créer vous-même votre guide de voyage ! Mypetitfute un guide unique ; un guide à votre image ; un guide pour vos voyages et pas pour ceux des autres ! Rendez-vous sans plus tarder sur : www.mypetitfute.com




MARSEILLE / BILAN 2015 des INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS : Les entreprises étrangères en Provence-Alpes-Côte d’Azur

MARSEILLE / En 2015, l’attractivité de la France s’est traduite par la création de 33 682 emplois, pour 962 décisions d’investissements étrangers.

logo presse agence - 001-06

 

La France se positionne ainsi comme l’un des pays européens les plus attractifs.

Provence-Alpes-Côte d’Azur a enregistré 68 nouveaux projets d’investissement se matérialisant par 1 628 nouveaux emplois, et le maintien de 40 emplois, soit une moyenne de 24 emplois par projet.
Classée parmi les principales régions françaises en termes d’attractivité, Provence-Alpes-Côte d’Azur a enregistré en 2015 une hausse de plus de 17 % du nombre des emplois créés. Ainsi, cette année, Provence-Alpes-Côte d’Azur – dans la France des 22 régions – se situe à la 3e place des régions les plus attractives (6e place si l’on considère la nouvelle France des 13 grandes régions et 3e région en PIB/habitant).
A cet effet, et au regard de la place qui était jusqu’alors la sienne en France, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur initie une politique forte de marketing territorial partagé, au profit d’une meilleure attractivité de ses territoires, à seule fin de développer plus encore l’emploi et les décisions d’implantation en région.

Les Etats-Unis se maintiennent au 1er rang des investisseurs étrangers, avec 11 projets. Viennent ensuite l’Allemagne (5), la Belgique (5), l’Espagne (5) et le Japon (5).

Provence-Alpes-Côte d’Azur, terre d’accueil de projets à forte valeur ajoutée
> 9 des projets sont des centres de décisions : 2 primo implantations Europe, 6 primo implantations nationales et 1 Quartier Général Monde.
> Talents : avec 10 projets de Recherche et Développement, Provence-Alpes-Côte d’Azur maintient son niveau d’attractivité.

ARII

Une dynamique forte autour des projets de création d’entreprises
> 40 projets détectés concernent la création de nouvelles entités, 15 sont des extensions et 6 des fusions acquisitions.

Les principaux secteurs bénéficiaires de ces projets d’investissements
> La première place revient cette année au secteur Logiciel et Prestations Informatiques, notamment grâce aux projets de création et d’extension du Belge ECONOCOM-OSIATIS FRANCE spécialiste de la sécurité des réseaux et des systèmes d’information. Le territoire régional confirme ainsi une attractivité naturelle dans le domaine des nouvelles technologies.
> Viennent ensuite les secteurs du retail, du transport et de l’agroalimentaire.

ARII

Les territoires illustrent cette belle dynamique économique régionale
> Bouches-du-Rhône : 47 % des décisions d’investissements.
> Alpes-Maritimes : 37 % des décisions d’investissements.
> 16 % des projets se répartissent sur les autres départements : Var, Vaucluse, Alpes de Haute-Provence et Hautes-Alpes.

L’ARII accompagne les investissements étrangers en région
L’ARII, agence régionale, est le correspondant de Business France pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. L’agence, à ce titre, anime la dynamique du réseau régional de l’attractivité. Un travail partenarial avec les agences : Mission de Développement Economique des Alpes de Haute-Provence – MDE 04, Agence de Développement Economique et Touristique des Hautes-Alpes – ADET 05, Team Côte d’Azur, Provence Promotion, Euroméditerranée, CCI Var Agence de Développement Economique et Vaucluse Développement, … pour faire rayonner à l’international les atouts du territoire régional.

Quelques exemples de décisions d’implantation en Provence-Alpes-Côte d’Azur en 2015 :

ARII

> China Shipping Europe a créé une joint-venture avec Usan holding pour le Maghreb
L’armateur chinois China Shipping Container Lines (CSCL) a signé récemment à Hambourg un accord de partenariat avec United Shipping Agency Network (Usan) Holding qui a débouché sur la création d’une joint-venture baptisée China Shipping North Africa. La structure, basée à Aix-en-Provence, sera implantée au Maghreb mais aussi à Malte.
En termes d’effectifs, le bureau régional de China Shipping North Africa Services va employer huit personnes puis passera à quinze avant d’atteindre une trentaine d’ici 2018. Expliquant les raisons qui les ont incités à installer tout d’abord en France ce bureau régional, l’entreprise souligne l’importance d’avoir élu domicile dans un pays de langue française vis-à-vis des pays maghrébins francophones et indique l’accessibilité d’Aix-en-Provence au plan aérien et ferroviaire.

> DACHSER conforte sa présence en région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Mis en service en 2010 par Barjane, le parc des Bréguières aux Arcs-sur-Argens, dans le Var, compte Dachser pour nouveau locataire. Le prestataire y a aménagé sa nouvelle agence dans un bâtiment de 4.000 m² qui vise les certifications ISO 14001 et BREEAM Good. Avec un effectif de 46 personnes, l’agence couvre ses activités transport sur les départements du Var et des Alpes-Maritimes, en synergie avec son agence de Marseille. Le parc des Bréguières héberge désormais quinze entreprises qui emploient 600 personnes.

ARII

> DOOSAN BABCOCK LTD
Le leader coréen de l’énergie Doosan Heavy Industries, au travers de sa filiale britanique, hésitait entre Paris, Rhône-Alpes et le Sud de l’Hexagone pour établir le siège social de sa première filiale française. Le choix d’Aix-en-Provence ne se résume pas à la qualité de vie proposée. « Nous sommes présents dans l’énergie nucléaire, thermique, l’oil & gas et nous retrouvons l’ensemble de nos activités en Provence », précise Damien Desprez, Directeur France de Doosan Babcock, qui intervient déjà sur la centrale biomasse d’Eon à Gardanne et noue des contacts avec ITER. La proximité du projet ITER et de ses partenaires industriels coréens et britanniques a favorisé grandement cette décision d’implantation.

> ITOCHU JAPON PROVENCE HUILES
Les japonais ont souhaité une prise de participation au capital de Provence Huiles, une filiale de MVD installée à Vitrolles. Provence Huiles produit et commercialise des huiles végétales en Europe. MDV a 25 années d’activité dans le secteur des huiles à haute valeur ajoutée, comme des huiles de tournesol ou de pépins de raisin à haute teneur en acide oléique. En plus de la production et du commerce des huiles végétales, elle a également des activités de logistique et de stockage en vrac.
ITOCHU promeut la mise en place d’une chaine de valeur mondiale, depuis un approvisionnement en ressources agroalimentaires sécurisé, jusqu’à leur transformation et leur mise sur le marché. Avec cette prise de participation, ITOCHU acquiert une base commerciale en Europe, et renforce sa chaine de valeur.

ARII

> Un nouveau centre de recherche GROUPE BOSCH
Bosch France démarre une nouvelle activité de recherche et développement à Sophia Antipolis sous le nom de Bosch VisionTec, centre entièrement dédié à l’assistance aux futurs véhicules autonomes. Quelque 30 ingénieurs ont été recrutés pour travailler dans le futur centre qui sera basé à Sophia Antipolis. Ils vont y conduire des recherches destinées à renforcer la présence de Bosch dans les systèmes d’aide à la conduite et plus particulièrement ceux pour le véhicule autonome.
Bien que situé en France, ce nouveau centre de recherche & développement Bosch apportera des solutions différenciantes à forte valeur ajoutée pour les constructeurs automobiles du monde entier, avec des solutions innovantes de design des composants et des puissances de calcul inégalées.

> Le tourisme en ligne a le vent en poupe à Marseille
Le leader américain des locations de vacances en ligne entre particuliers, a décidé d’étendre à nouveau ses équipes à Marseille. En effet, Home Away, présent depuis plusieurs années dans le bâtiment emblématique des Docks, au sein du QCA de la Joliette va créer 70 emplois. Le leader texan référençant plus de 230 000 propriétés à travers 120 pays a été racheté par Expedia en novembre 2015. Le groupe américain, déjà installé à Marseille, à la Belle de Mai, via sa filiale Egencia, renforce ainsi sa présence sur le périmètre Euroméditerranée à Marseille. Home Away et Expedia comptent ainsi parmi les représentants emblématiques du e-tourime, filière d’excellence de la French Tech Aix Marseille.

Ces résultats pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur s’inscrivent dans le cadre du bilan national des investissements étrangers pour l’année 2015, qui vient d’être annoncé à l’occasion du Conseil Stratégique de l’Attractivité qui s’est tenu en début de semaine.




DIGNE LES BAINS / Mise en fonction de l’IRM : Visite au Centre hospitalier le vendredi 1er avril 2016

DIGNE LES BAINS / Visite au Centre hospitalier de Digne-les-Bains.

logo presse agence - 001-07

 

Patricia GRANET-BRUNELLO,
Maire de Digne-les-Bains,
Présidente de la Communauté de Communes Asse-Bléone-Verdon,
1ère Vice-Présidente du Conseil départemental des Alpes de Haute-Provence

Bruno VILLARON,
Président du Conseil de surveillance du Centre hospitalier de Digne-les-Bains
1er adjoint au maire de Digne-les-Bains

participent à une visite du service d’imagerie médicale à l’occasion de la mise en service de l’IRM, récemment installé au Centre-hospitalier de Digne-les-Bains,

le vendredi 1er avril 2016, à 11h,
au Centre hospitalier de Digne-les-Bains,

En présence de Richard LAMOUROUX, directeur délégué du centre hospitalier, et de l’équipe d’imagerie médicale.

SOURCE /
Ville de Digne-les-Bains




MARSEILLE / 3ème édition des Assises nationales des risques naturels – Francois de CANSON : « On a une réelle volonté de développer une culture du risque »

MARSEILLE / Le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie a organisé, les 22 et 23 mars 2016, la troisième édition des Assises nationales des risques naturels au Palais du Pharo à MARSEILLE.

ASSISES RISQUE NATUREL AVEC FRANCOIS DE CANSON

 

Lors de ces assises nationale, François de CANSON était très présent auprès du Président de Région, Christian ESTROSI.

Il est également intervenu lors de ces assises en votre qualité de conseiller régional délégué en charge de la sécurité civile et des risques majeurs mais également en tant que maire d’une commune particulièrement affectée par de dramatiques inondations.

Quel est votre sentiment sur le déroulement de ces assises ?

François de CANSON : Je crois que l’on a assisté à un changement de mentalité, à une réelle volonté de développer une culture commune du risque. L’objectif de ces assises consiste à répondre au mieux aux problématiques actuelles, à rechercher des solutions concrètes pour améliorer la gestion et la prévention de ces risques.

Bien avant ces assises vous aviez déjà personnellement fait bouger les lignes en matière de gestion des risques

François de CANSON : C’est vrai, lors des terribles inondations de la Londe les maures, celle de Hyères, de Bormes, du Lavandou j’ai interpellé le ministre Bernard Cazeneuve. J’ai été entendu et le décret du 18 juin 2015 a modifié les règles de versement des aides financières de l’Etat. Ces aides nécessaires pour la reconstruction sont désormais plus rapides et la commission interministérielle doit désormais statuer dans un délai de 45 jours (je vous rappelle que nous avions dû attendre 9 mois). Pour autant, je considère que ces avancées, aussi notables soient-elles, sont toujours insuffisantes dans la mesure où elles ne portent que sur des aspects financiers et ne concernent que la réparation en cas de catastrophe alors qu’en ce domaine seule une politique de prévention adaptée est susceptible de garantir au mieux la sécurité des populations. C’est la raison pour laquelle aux assises nationales des risques naturels j’ai, à nouveau, défendu mon idée d’assouplissement du cadre réglementaire régissant les travaux réalisés suite aux inondations. En effet, en l’état actuel du droit, seuls les travaux réalisés en urgence, dans les 6 mois suivants une catastrophe naturelle, sont exemptés de certaines autorisations administratives. Passé ce délai, les travaux doivent s’inscrire dans une démarche administrative longue qui laisse ainsi la population exposée aux risques. Nous devons tous adopter une nouvelle approche qui place le maintien de la sécurité publique au cœur du dispositif. La culture commune du risque voulue par l’ensemble des acteurs doit à mon sens se concentrer sur ce principe simple. Je propose que les communes couvertes par un Plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) approuvé et qui ont connu des catastrophes naturelles puissent bénéficier de mesures dérogatoires, d’une simplification administrative, pour pouvoir réaliser en urgence les travaux nécessaires au-delà de la période de 6 mois fixée par l’administration.

Votre intervention en ce sens lors de l’assemblée plénière de ces assises a été particulièrement suivie, pensez-vous avoir été entendu ?

François de CANSON : Je l’espère. En effet, lors de son introduction, Monsieur le président de Région, a relayé ce message, cette nécessité de pouvoir agir plus vite lorsqu’il existe une menace grave pour la sécurité publique. Par ailleurs, mon message a été repris lors de la conclusion de ces assisses par les différents intervenants (notamment le ministère de l’écologie). Je crois que les choses évoluent, en tout cas elles peuvent et doivent impérativement évoluer pour assurer au mieux la sécurité de nos populations ce qui demeure ma préoccupation majeure. Les acteurs sont à la recherche de solutions concrètes, de simplification des démarches lorsque la sécurité publique est menacée. Il est désormais temps de traduire dans des actes les idées émises lors de ces assises.




MARSEILLE / Marché du logement en région PACA en 2016 : une activité qui devrait rester dynamique

MARSEILLE / Le Crédit Foncier a livré son analyse du marché immobilier de la région PACA (bilan 2015 et perspectives 2016) lors d’une conférence ce matin à Marseille.

Inauguration du 10e Salon de l'immobilier

 

Ancien : un marché à deux vitesses, en volume et en dynamisme dans la région PACA
Dans le département des Bouches-du-Rhône, le volume de transactions est en hausse de 13 % en 2015 par rapport à 2014. L’activité est bien repartie dans la majeure partie des départements, dans le Var (+16 %), les Alpes-de-Haute-Provence (+13 %), les Alpes-Maritimes (+12 %), le Vaucluse (+11 %) et les Hautes-Alpes (+4 %). La forte hausse du volume de transactions dans l’ancien constatée dans l’ensemble de la région PACA, résultant d’une reprise d’activité nettement plus marquée au cours de la seconde moitié de l’année, reflète celle enregistrée au plan national (+/- 16 % vs 2014).
« En 2015, l’activité dans l’ancien dans les Bouches-du-Rhône a représenté 36 % du total des transactions de la région PACA, suivi par le département des Alpes-Maritimes (29 % des transactions) et celui du Var (23 %).
D’une façon générale, les prix* les plus élevés sont constatés dans les communes littorales. L’année 2015 a connu pour les appartements une légère correction des prix à la baisse dans les départements qui avaient le plus progressé et un rattrapage des prix dans les autres. Le prix moyen au m² à fin 2015 d’un appartement ancien s’établit à 2 200 euros à Toulon, 2 300 euros à Marseille, 3 800 euros à Aix-en-Provence et 3 850 euros à Nice.
En PACA, le marché des maisons individuelles a été plus contrasté avec la poursuite d’une correction à la baisse des prix* dans la majorité des secteurs. Toutefois, les trois départements littoraux (Bouches-du-Rhône, Var et Alpes-Maritimes) affichent toujours les prix les plus élevés de la région PACA. Une maison ancienne vaut ainsi en moyenne 490 000 euros à Aix-en-Provence, 480 000 euros à Antibes, 300 000 euros à Toulon et 325 000 euros à Marseille.

Neuf : une activité en hausse accompagnée par de fortes disparités des prix dans la région PACA
12 462 logements neufs ont été réservés en 2015 en région PACA, soit 12 % du total France.
38 400 permis de construire ont été octroyés en 2015, soit une hausse de 12,9 % par rapport à 2014.
30 600 logements ont été construits en 2015, soit une baisse annuelle de -1,6 %.
Le prix* moyen /m² d’un appartement neuf en 2015 se situe à 3 650 euros à Marseille, 3 720 euros sur la métropole d’Aix-Marseille-Provence et 3 940 euros pour la région PACA. En individuel, les spécificités du marché (variabilité de l’emplacement, du standing, dispersement des valeurs) ne permettent pas de déterminer des moyennes et/ou dominantes significatives.

Les conditions de crédit à l’habitat ont été extrêmement favorables en 2015, avec un niveau moyen de taux d’intérêt de 2,20 % fin décembre 2015. Ainsi, pour un financement avec une durée et une mensualité identiques, un particulier réalise un gain de 25 % de pouvoir d’achat immobilier en sept ans (fin 2015 vs fin 2008).

Pour 2016, dans un contexte de taux d’intérêt qui devraient rester très bas, autour de 2,20 %, l’activité du marché du logement devrait poursuivre l’évolution favorable engagée fin 2015 et rester soutenue en région PACA, avec toutefois des disparités évidentes en fonction des départements.

* Pour les données de prix, la source est : Les Prix Immobiliers / Crédit Foncier Immobilier, janvier 2016.




MARSEILLE / Faire de Provence-Alpes-Côte d’Azur la première Smart Région d’Europe » le Projet FLEXGRID 22. mars 2016

MARSEILLE / Le projet Flexgrid porté par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur vient de remporter l’appel à projets national comme l’ont annoncé le 15 mars 2016,

CHRISTIAN ESTROSI

 

Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat, et Emmanuel Macron, Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique. Provence-Alpes-Côte d’Azur devient ainsi territoire de déploiement à grande échelle des Réseaux Electriques Intelligents.
Illustration grandeur nature parmi les 27 projets de territoires identifiés par Flexgrid, l’ilot Allar, baptisé  » Smartseille  » est le premier jalon de l’extension du périmètre d’Euroméditerranée et la première opération emblématique de la future  » ÉcoCité  » marseillaise ; il prévoit la construction de 58 000 m² de logements, bureaux et équipements qui accueilleront à terme près de 4000 personnes.
Avec Flexgrid, le projet Smartseille s’enrichit et donnera naissance à un véritable écoquartier, tourné vers la mer, au service de ses habitants avec une économie maîtrisée et des dépenses énergétiques optimisées. L’autoproduction et l’autoconsommation seront les points forts de ce projet, en alimentant les usages tertiaires, résidentiels, commerciaux à partir d’installations photovoltaïques. Objectifs : réduire la facture énergétique des habitants et répondre aux enjeux de développement urbain durable à savoir l’écomobilité, la mixité sociale, générationnelle et fonctionnelle, la gestion durable de l’eau.

 » Faire de Provence-Alpes-Côte d’Azur la première Smart Région d’Europe « 

Christian Estrosi,
Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur,

présente

le projet Flexgrid

à Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer,
chargée des Relations internationales sur le climat

le Mardi 22 mars 2016 à 11h

à L’ilot Allar baptisé  » Smartseille « ,
illustration grandeur nature parmi les 27 projets de territoires Flexgrid

7 rue Allar – Marseille (13)

SOURCE /

REGION PACA




MARSEILLE / Pour le FRONT NATIONAL : « Conférence régionale : mêmes les socialistes ne veulent plus de l’assemblée-bis d’ESTROSI »

MARSEILLE / Conférence régionale : mêmes les socialistes ne veulent plus de l’assemblée-bis d’Estrosi.

logo presse agence - 001-06

 

« Hier, les socialistes des Bouches-du-Rhône ont décidé lors d’un vote interne qu’ils ne participeraient pas à la « Conférence régionale », cette assemblée-bis que Christian Estrosi souhaite mettre en place pour rassembler les candidats malheureux des élections régionales et des personnalités de son choix.
Au-delà des divergences politiques, nous nous félicitons du choix responsable et républicain de la fédération des Bouches-du-Rhône du PS.
Le groupe Front National, opposition élue par les habitants de PACA, demande désormais à Christian Estrosi de renoncer définitivement à ce projet et d’en finir avec les artifices de communication pour enfin se concentrer sur les vrais problèmes de notre région ».

Marion Maréchal Le Pen
Olivier Bettati




SAINT BONNET EN CHAMPSAUR / Mobilisation des élus montagnards des Hautes Alpes avec l’ANEM le 17 mars 2016

SAINT BONNET EN CHAMPSAUR / Au cours de ce temps fort de la vie de l’Association, les grandes thématiques de la montagne, notamment l’acte II de la loi montagne, la réforme territoriale, les services publics, l’agriculture, le pastoralisme et les finances locales seront évoqués.

0000 PA

 

Cette rencontre animée par Marie-Noëlle BATTISTEL aura lieu en présence de Joel GIRAUD, député-maire de l’Argentière-la-Bessée, Jean-Marie BERNARD, président du Département des Hautes-Alpes, Bernard ALLARD-LATOUR, maire de Remollon et de Carmine ROGAZZO, président de la communauté de communes du Champsaur que nous remercions pour son accueil, pour débattre de l’actualité nationale et locale.

L’Association Nationale des Élus de la Montagne, représentée par Laurent WAUQUIEZ, député de la Haute-Loire, et Marie-Noëlle BATTISTEL, députée de l’Isère, respectivement président et secrétaire générale,

Jeudi 17 mars 2016 de 14h30 à 16h30

Communauté de communes du Champsaur
Salle de l’Aiguille
Rue du Pranon
05500 SAINT-BONNET-EN-CHAMPSAUR

À propos de l’Association Nationale des Elus de la Montagne
L’ANEM se mobilise depuis plus de 30 ans pour faire respecter la spécificité des territoires de montagne dont le développement équitable et durable constitue un objectif d’intérêt national. L’Association qui revendique le droit à la différence et la nécessité d’adapter des dispositions générales aux particularités de près d’un quart du territoire national est engagée au quotidien dans les instances et les assemblées locales, nationales et européennes. Elle rassemble quelque 4 000 communes et intercommunalités, 43 départements, 7 régions, et plus de 250 parlementaires. Dans son organisation et son fonctionnement, l’ANEM présente une gouvernance originale assurée, conjointement, par un président et un secrétaire général, parlementaires issus d’un parti de gouvernement, alternativement de la majorité et de l’opposition, renouvelables tous les 2 ans.




AVIGNON / 4ème salon du numérique – 500 visiteurs et une dynamique croissante

AVIGNON / Delta Numérique (ADN), la filière 2.0, multiplie les initiatives pour accompagner le développement du territoire dans un souffle d’optimisme.

4E SALON

 

La fréquentation des tables rondes a fait un bon de 25 % lors du 4ème du salon du numérique organisé par l’association Avignon Delta Numérique à l’Université d’Avignon.
Comme l’an dernier, 500 chefs d’entreprises, décideurs, institutionnels et étudiants sont venus rencontrer les pros du numérique installés localement et capables des les aider à améliorer leur gestion. Ils ont pu suivre
toute la journée un programme dense : 12 tables rondes et ateliers pour trouver des solutions concrètes à leurs besoins informatiques et numériques, des pitchs de start-up pour trouver des investisseurs ou le devenir,
un speed-recrutement pour trouver des collaborateurs, des ateliers organisés par les étudiants.

Que sont venus chercher les 500 visiteurs ?
« Nous sommes très satisfaits d’avoir accueilli 500 visiteurs, beaucoup plus assidus aux tables rondes et ateliers avec 25 % de participants de plus en moyenne que l’an dernier. Les visiteurs étaient curieux de découvrir les outils pour optimiser leur entreprise : e-commerce (110 participants), réseaux sociaux (120 participants), quel contenu pour un site (110 personnes), mais aussi le Cloud, les logiciels de gestion… Le Big Data a eu le plus de participants en atelier avec 50 personnes, explique Aliocha Iordanoff, président d’Avignon Delta Numérique, et les nouveautés, le speed recrutement organisé par la CCI et Pôle emploi ainsi que et la recherche d’investisseurs pour les start up ont été de vraies réussites !».

Durant tout le Salon du numérique, le réseau d’échanges et de partage d’expériences a tourné à plein régime ! Les 500 participants ont échangé des dizaines de cartes de visite, la mise en relation est un des atouts
principaux du Salon du numérique.

Qui étaient les visiteurs ?
« Nous avons accueilli des décideurs d’un rayon de 60 km autour d’Avignon et de tout type : des PME, PMI, artisans, associations, collectivités locales ; de tout secteur d’activité : la viticulture, l’agro-alimentaire, le
tourisme, l’industrie, les services. » précise Juliette Brunerie chargée de projet chez Semaweb et coordonnatrice bénévole de l’ensemble du salon.

Les nouveautés : les 6 start-up de French Tech – The Bridge ont « pitché » devant 80 personnes pour convaincre des investisseurs tels que le Crédit Agricole Capital et Innovation, le CIC Lyonnaise de Banque,
Grand Delta Business Angels, St Gobain Développement, Réseau Entreprendre Rhône Durance…

Le Speed Recrutement organisé par Pôle Emploi, la CCI et ADN. Grace à la forte implication de tous, la démarche s’est avérée très efficace : 8 entreprises ont rencontrés 36 candidats en 70 entretiens durant 4 heures. Pour Christophe Blondeau de www.e.plus, « Les statistiques parlent d’elles-mêmes. En une après-midi, sur 20 profils retenus pour un entretien, 9 candidats vus, 5 candidats présélectionnés pour la
seconde phase de sélection. 15 entretiens restent à planifier. Une belle moisson qui démontre que les forces humaines de haute technologie sont bien présentes autour d’Avignon, et que les start-up savent les capter. »
De nombreuses animations dans tout le salon : l’Atelier participatif, étude d’usages et d’impacts des start-up de l’accélérateur The Bridge – French Tech Culture organisé par l’Université d’Avignon – Equipe Culture et
Communication a réuni une quarantaine de personnes pour les questionner sur leur rapport aux applications mobiles. Radio Campus a émis toute la journée et la télé de l’Université a tourné une cinquantaine de portraits de participants !

Enfin, c’est devant près de 200 personnes que la restitution des ateliers de prospective menés en février par ADN et l’Aurav a donné aux institutionnels des clés et des pistes pour préparer un avenir dynamique et
constructif de la filière. La première des dix propositions : faire du numérique un axe fort du marketing territorial… puis créer une cantine numérique, développer de nouvelles formations…A suivre.




MARSEILLE / FLEXGRID – EDF, partenaire de 1er plan du projet, se réjouit de la décision de l’Etat

MARSEILLE / FLEXGRID, projet porté par la Région PACA, est l’un des trois lauréats de l’appel à projets pour le déploiement à grande échelle de Réseaux électriques intelligents, lancé le 15 avril 2015 dans le cadre de la solution « Ville durable » de la Nouvelle France industrielle.

EDF 1

 

EDF, partenaire de premier rang du projet FLEXGRID se réjouit de cette décision qui lui permettra de confirmer son engagement dans les solutions dédiées aux réseaux intelligents. EDF voit, dans ce projet, l’opportunité d’associer largement le tissu économique régional et ses clients. Depuis plusieurs années, EDF a acquis une réelle expertise sur les smart grids comme partenaire de démonstrateur tel que NICE GRID à Carros (Alpes-Maritimes), unanimement reconnu tant au plan national
qu’international. L’expérience acquise par EDF dans le domaine des réseaux intelligents lui permet d’afficher de fortes ambitions au service du territoire et des acteurs économiques régionaux.
Fort de l’appui du pôle de compétitivités « CAPERNERGIES », dont EDF est membre fondateur, et de partenaires engagés et expérimentés, la Région a su fédérer ses territoires et bâtir un projet ambitieux.

EDF est fier d’avoir positivement contribué à ce succès et entend déployer des solutions industrielles visant à :

Favoriser l’insertion massive d’énergies renouvelables intermittentes
Déployer à grande échelle des solutions de flexibilité
Satisfaire les ambitions des TEPCV
Expérimenter des solutions d’autoproduction/autoconsommation dans le respect des règles
Développer les concepts de Living Lab (Un Living Lab regroupe des acteurs publics, privés, des entreprises, des associations, des acteurs individuels, dans l’objectif de tester « grandeur nature » des
services, des outils ou des usages nouveaux) qui permettront de sortir la recherche des laboratoires pour la faire descendre dans la vie de tous les jours.
Associer les consommateurs via l’animation d’une communauté énergétique.

Acteur majeur de la transition énergétique, le Groupe EDF est un énergéticien intégré, présent sur l’ensemble des métiers : la production, le transport, la distribution, le négoce, la vente d’énergies et les services énergétiques. Leader des énergies bas carbone dans le monde, le Groupe a développé un mix de production diversifié basé sur l’énergie nucléaire, l’hydraulique, les énergies nouvelles renouvelables et le thermique. Le Groupe participe à la fourniture d’énergies et de services à environ 37,8 millions de clients, dont 28,3 millions en France. Il a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires consolidé de 75 milliards d’euros dont 47,2% hors de France. EDF est une entreprise cotée à la Bourse de Paris.

EDF SA
22-30, avenue de Wagram
75382 Paris cedex 08
Capital de 930 004 234 euros
552 081 317 R.C.S. Paris
www.edf.fr