PARIS : KEN GROUP lance sa cagnotte solidaire

KEN GROUP lance une cagnotte solidaire en soutien aux équipes soignantes et au profit de la fondation de l’assistance publique des hôpitaux de Paris. 

Parce que nous sommes confinés et parce que le sport renforce notre système immunitaire, Ken Group a décidé de déployer depuis le premier jour de confinement  un planning live et innovant gratuit (jusqu’à 10 cours collectifs et conseils en méditation/nutrition quotidiens), accessible à tous, et imaginé pour tous sur Facebook et Instagram. Plus de 500.000 personnes ont répondu présentes en seulement 5 jours !

Dès le mardi 24 mars 2020, Ken Group lance une cagnotte solidaire pour la Fondation de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris en associant toute sa communauté dans ce projet engagé.

Le principe ? Lors de chaque live, les participants seront invités à verser un euro symbolique via une cagnotte solidaire, en cliquant sur un simple lien. L’intégralité des dons sera reversée à la Fondation dont la principale mission est de soutenir les soignants et d’accélérer la recherche sur de nouveaux traitements.

https://solidarite.fondationaphp.fr/projects/ken-group-solidaire




TOULON : CORONAVIRUS, Laurent FALAIZE : « Riviera Yachting NETWORK, un réseau solidaire » !

Pour Laurent FALAIZE, président du cluster méditerranéen, « Riviera Yachting Network est un réseau solidaire et le démontre face à l’épidémie de Covid-19 ».

hopital sainte musse 2

Le chef d’entreprise, patron de FIOUL 83, ajoute :« Alors que le personnel hospitalier est en première ligne pour lutter contre la maladie, le bureau de Riviera Yachting NETWORK avec un collectif de chefs d’entreprise ont pris contact avec la direction de l’hôpital de Toulon Sainte-Musse. Ainsi, les hôteliers membres du réseau ont proposé de mettre à disposition des chambres pour héberger médecins et infirmiers qui seraient dans l’impossibilité de rentrer chez eux et les restaurateurs ont offert leurs services pour préparer des plateaux repas ».

Une excellente initiative privée en ce temps de crise sanitaire grave.




MARSEILLE : CORONAVIRUS, 1316 personnes testées positives en région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Depuis le vendredi 28 février 2020, 1316 personnes ont été testées positives au coronavirus Covid-19 en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

masque 1

22 personnes dans les Alpes-de-Haute-Provence ;
42 personnes dans les Hautes-Alpes ;
194 personnes dans les Alpes-Maritimes ;
827 personnes dans les Bouches-du-Rhône ;
186 personnes dans le Var ;
45 personnes dans le Vaucluse.

Parmi ces cas :

o 85 personnes sont en réanimation ;
o 15 personnes testées positives au coronavirus COVID-19 sont décédées, dont deux résidents hors Paca. Elles étaient hospitalisées dans des établissements de santé des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône et le Vaucluse et du Var.

Le virus circule activement dans notre région : il n’est donc plus possible de rechercher systématiquement les contacts des personnes positives au Covid-19. La consigne est donc, à présent, d’appeler son médecin si l’on présente des symptômes (toux, fièvre). Ce dernier pourra juger utile de faire venir la personne à son cabinet ou pourra lui prescrire un traitement à distance, et éventuellement un arrêt de travail. Si les symptômes s’aggravent, avec notamment l’apparition de difficultés respiratoires, il faut alors appeler le SAMU-Centre 15.

Vous pouvez continuer à donner votre sang !

Malgré l’épidémie de Covid-19, les besoins en produits sanguins restent indispensables. Les lieux de collecte sont considérés par les autorités de l’Etat comme des lieux publics autorisés car vitaux et nécessaires, au même titre que les hôpitaux. L’Etablissement Français du sang invite la population à se rendre sur ses collectes mobiles et ses maisons du don demeurent ouvertes tous les jours, notamment les étudiants dont les établissements sont fermés. Des mesures de protection (distanciation, gestion des flux, port du masque des personnel et bénévoles…) sont mises en place pour éviter la propagation du virus. Les personnes qui présentent des signes cliniques ne doivent pas

Rappel des recommandations à suivre pour la population

En stade 3, comme en stade 2, le message reste le même : pour limiter la propagation de l’épidémie, la mesure la plus efficace est la plus simple, elle repose sur la responsabilité individuelle, c’est-à-dire : respecter les gestes barrières.

Face aux infections, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage :

o Se laver les mains très régulièrement
o Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
o Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
o Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter
o Respectez les distances
o Restez chez vous et ne sortez que pour le strict nécessaire

J’ai des symptômes (toux, fièvre) qui me font penser au Covid-19 : je reste à domicile, j’évite les contacts, j’appelle un médecin avant de me rendre à son cabinet ou j’appelle le numéro de permanence de soins de ma région. Je peux également bénéficier d’une téléconsultation. Si les symptômes s’aggravent avec des difficultés respiratoires et signes d’étouffement, j’appelle le SAMU- Centre 15.




MARSEILLE : CORONAVIRUS, Renaud MUSELIER : « La Région Sud commande 4 millions de masques »

Le docteur Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président de Régions de France, annonce : « La Région Sud commande 4 millions de masques, livrables sous 10 jours ».

RENAUD MUSELIER 12

La Région Provence-Alpes-Côte d’Azur vient de commander 4 millions de masques :

– Un million de masques de protection N95 de norme CE (équivalent FFP2), qui seront livrés entre le 27 et le 31 mars.
– Trois millions de masques médicaux 3 plis norme CE, livrés entre le 31 mars et le 3 avril.

« J’ai la confirmation que la fabrication de ces masques a bien été lancée aujourd’hui. Il ne s’agit en aucun cas de démunir les stocks d’un autre pays à qui cela ferait défaut. Je composerai demain un comité d’éthique régional que je présenterai mardi. Sa mission sera d’évaluer et coordonner les besoins des professionnels de santé, ainsi que des professions en première ligne exposées. Cette démarche se fera en lien avec l’Agence Régionale de Santé et s’inscrira en complément de l’action de l’Etat. Il est essentiel que la Région Sud soit présente pour préserver nos personnels soignants qui se dévouent, et tous ceux qui contribuent aux activités essentielles de la Nation. Je m’appuie sur la possibilité ouverte aux collectivités territoriales de passer ce type de commandes grâce au décret n°2020-281, paru ce samedi 21 mars. La cellule de veille et d’action Covid-19 de la Région avait déjà anticipé et identifié des fournisseurs sérieux. Les 18 Présidents de Régions, dans le cadre de Régions De France, sont en contact permanent, ainsi que leurs Directeurs Généraux des Services, afin de mesurer parfaitement l’évolution sur notre territoire de l’épidémie de Covid-19 et les conduites à tenir en fonction de nos expériences respectives. La solidarité inter-régionale fonctionne et la coordination de nos actions aussi » a déclaré le Docteur Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président de Régions de France.




MARSEILLE : CORONAVIRUS, L’URSSAF PACA mobilisée pour venir en soutien des entreprises

L’URSSAF PACA est mobilisée pour venir en soutien des entreprises, travailleurs indépendants et professions libérales dont l’activité est affectée par la conjoncture actuelle.

Travaux au centre-ville de la Crau 5

Pour les entreprises

Report de l’échéance du 15 mars 2020 (consignes gouvernementales à venir pour les échéances suivantes)
Suspension des moratoires pour les délais de paiement déjà accordés
Octroi de nouveaux délais de paiement sur demande des stabilisation de la dette

Pour les Travailleurs indépendants et les professions libérales

Suspension des prélèvements du 20 mars
Ajustement de votre échéancier de cotisations pour tenir compte d’ores et déjà d’une baisse de votre revenu, en l’actualisant sans attendre la déclaration annuelle
Action sociale pour une prise en charge totale ou partielle des cotisations (aide au cotisant en difficulté) ou une aide financière exceptionnelle
Suspension des moratoires pour les délais de paiement déjà accordés
Octroi de nouveaux délais de paiement sur demande des stabilisation de la dette
Sans aucune majoration ni pénalité de retard
Suspension effective des mesures de recouvrement amiable et forcé

Comment formuler votre demande

Vous etes employeurs et professions libérales

urssaf.fr rubrique: . une formalité déclarative ./. déclarer une situation exceptionnelle .
Vous êtes travailleurs indépendants artisans, commerçants secu-independants.fr rubrique . envoyer un courriel .
En cas de difficultés pour nous contacter via votre espace en ligne (urssaf.fr ou secuindependants.fr), vos demandes peuvent également être formulées directement à l’adresse mail suivante: gestiondecrise.paca@urssaf.fr

Afin d’améliorer notre qualité de service dans le traitement de vos demandes, la ligne initialement dédiée 04.94.41.87.54 est arrêtée au profit des plateformes téléphoniques :

Employeurs et professions libérales : 39 57 (0,12£á / min + prix appel local)
Travailleurs indépendants artisans, commerçants : 36 98 (service gratuit + prix appel local)
Suivez notre actualité sur le site www.urssaf.fr et obtenez les réponses en direct à vos questions




TOULON : CORONAVIRUS, Hubert FALCO : « Il faut prendre sans délai des mesures de durcissement du confinement »

Hubert FALCO, maire de Toulon et président de la Métropole, a adressé, ce dimanche 22 mars, uncourrier au Président de la République lui demandant de bien vouloir prendre sans délai des mesures de durcissement du confinement applicables sur l’ensemble du territoire.

HUBERT FALCO 11

Pour Hubert FALCO : « L’avenir de la France et la vie des gens en dépendent » !

Le courrier d’Hubert Falco au Président de la République demandant un durcissement sans délai des mesures nationales de confinement :

Courrier d'Hubert Falco au Pre´sident de la Re´publiqueCourrier d'Hubert Falco au Pre´sident de la Re´publique 1

Toulon, le 22 mars 2020
Monsieur Emmanuel MACRON
Président de la République
Palais de l’Élysée,
55 rue du Faubourg-Saint-Honoré
75008 Paris, France

Monsieur le Président de la République,

La France est en train de vivre des heures noires et l’exercice du pouvoir n’a certainement jamais été aussi difficile.
Vous êtes le garant de l’unité nationale et il est de notre devoir, nous les élus locaux, d’être solidaires et d’être votre relai sur nos territoires, ce que nous essayons de faire du mieux possible, dans la mesure de nos moyens.
Cependant, nous l’avons tous compris, nous n’en sommes qu’aux prémices du drame qui secoue notre pays. Nous voyons qu’en Italie, ou déjà dans le Grand Est, les services de santé ne sont plus en capacité de gérer l’afflux de malades.
Les médecins sont clairs : seul un confinement très strict peut permettre le ralentissement de cette épidémie. C’est le seul moyen pour donner un peu d’oxygène à nos hôpitaux, à nos personnels soignants. C’est le seul moyen de stopper le COVID 19.
Ce confinement, vous l’avez décrété le lundi 16 mars et nous ne pouvons que l’approuver mais nous constatons depuis, dans nos villes, dans nos territoires, qu’il n’est hélas pas toujours compris ni respecté par nos concitoyens. Certains Français se
montrent indisciplinés et s’appuient sur les niches de la réglementation du confinement pour sortir de chez eux. Il faut donc en conclure que la définition de ce confinement est certainement trop floue et pas assez stricte.
Face à l’inconscience et l’irresponsabilité de certaines personnes, et pour essayer d’y remédier, certains élus locaux ont pris des initiatives pour leur territoire : certaines villes instaurent un couvre-feu, d’autres interdisent les marchés… Chacun essaie à sa
manière d’apporter la réponse qui lui semble adaptée à la gestion de la crise.
Cependant, je crains que des traitements différenciés en fonction du lieu de vie donnent un sentiment d’incompréhension à la population.
Seules des mesures globales nationales, applicables sur tout le territoire, me semblent être à même de préserver une unité nationale indispensable dans cette période de crise.
Si le Conseil scientifique estime qu’il faut, pour stopper l’épidémie, durcir le confinement, fermer les marchés, instaurer un couvre-feu, arrêter la production non essentielle et que vous le décidez, je ferai bien sûr en sorte avec les services de l’État de faire appliquer ces mesures sur mon territoire mais je vous demande, Monsieur le Président de la République, de prendre ces décisions, de nous donner des directives claires et précises, strictes, et dans l’intérêt des Français.
Nos soignants le demandent avec insistance. C’est la seule façon que nous avons de les aider. Il faut le faire. Au regard du sacrifice qu’ils font actuellement pour la France, nous leur devons bien cela.
S’il faut en arriver au confinement absolu pour stopper cette épidémie, pour sauver des vies et pour pouvoir, très vite, reprendre le cours d’une vie normal, alors Monsieur le Président, faites-le, et faites-le aujourd’hui.
Nous, Maires, élus locaux, seront alors je le répète aux côtés de l’État, sur nos territoires, pour faire appliquer vos directives.
L’avenir de la France en dépend.
Je vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, à l’assurance de ma très haute considération.
Hubert FALCO




TOULON : Jean-Jacques CASTILLON : « Bâtiment et travaux publics, réfléchir aux modalités d’une reprise très progressive d’activité »

Pour Jean-Jacques Castillon, président de la Fédération du BTP du Var : « Les entreprises du bâtiment et des travaux publics sont essentielles à la vie économique du pays et à son fonctionnement ».

TRAVAUX 23

C’est pourquoi pour l’État, « il est nécessaire d’œuvrer à la poursuite de leur activité, pour éviter une mise à l’arrêt totale des chantiers, qui déstabiliserait non seulement les entreprises concernées mais aussi l’ensemble de la chaîne économique. Le Gouvernement mesure les difficultés que peuvent rencontrer ces professions dans la mise en place des gestes barrières, mais aussi dans leur capacité à s’approvisionner en matériaux et matériels et à mobiliser le personnel nécessaire. Cela a conduit au ralentissement, voire à l’arrêt, de nombreux chantiers dans le pays », a expliqué Bruno Le Maire.

ECHANGES VIFS AVEC LE PREFET

Pour les entreprises et salariés du secteur du BTP impactés par la baisse d’activité, le Gouvernement a pris des mesures d’urgence (assouplissement de certaines procédures, mise en place de mesures d’activité partielle, recours au fonds de solidarité en cours de mise en place). Elles s’appliquent de manière rapide, en particulier en termes de délais de réponse et de versements aux entreprises, compte-tenu de leurs difficultés de trésorerie et sur la base de justificatifs simples.

Pourtant, lors de sa rencontre, le 20 mars, avec le préfet du Var, Jean-Jacques Castillon, le président de la Fédération du BTP du Var, a eu des échanges très vifs : « La pression du Gouvernement pour faire reprendre le travail au BTP est en contradiction avec le message présidentiel. Il est choquant que le gouvernement donne la priorité aux considérations économiques avant les considérations sanitaires et la protection des personnes. Les chantiers sont-ils une activité de première nécessité à la vie de la Nation en cette période » ?

SUSPENSION DES CHANTIERS

Il ajoute : « Pour souligner l’incohérence de l’État, le chantier de Notre-Dame a été fermé dès le 17 mars. L’État est le maître d’ouvrage. Dans ce contexte, comment rassurer les salariés et le dirigeant sur son exposition à des poursuites de son personnel en cas d’infection par le virus. Les arrêts de chantier par les forces de l’ordre ou le refus de passage sur des barrages filtrant à des salariés ne disposant pas de thermomètres frontaux pour prendre leur température alors que ces équipements sont en rupture de stock et ne sont pas exigés par la DIRECCTE ».

Aussi, la suspension provisoire des chantiers doit permettre d’étudier les possibilités de reprise.

« C’est la seule posture possible pour valider le dispositif d’activité partielle qui permet d’envisager cette période difficile avec un peu moins de pression économique pour se consacrer au volet technique et sanitaire », assure-t-il.

Les chefs d’entreprises vont mettre à profit cet arrêt d’activité provisoire pour réfléchir aux modalités d’une reprise très progressive d’activité en prenant en compte les contraintes auxquelles ils sont confrontés sur chaque situation de travail : réticences, voire refus des salariés, chaîne d’approvisionnement dégradée, difficultés à remobiliser les interlocuteurs de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’œuvre, manque d’équipements de protections pour éviter les risques de contagions, etc…




MARSEILLE : CORONAVIRUS, 1041 personnes testées positives en région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Depuis le vendredi 28 février 2020, 1041 personnes ont été testées positives au coronavirus Covid-19 en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

masque 1

Depuis le vendredi 28 février 2020, 1041 personnes ont été testées positives au coronavirus Covid-19 en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, dont :

17 personnes dans les Alpes-de-Haute-Provence ;
35 personnes dans les Hautes-Alpes ;
174 personnes dans les Alpes-Maritimes ;
572 personnes dans les Bouches-du-Rhône ;
159 personnes dans le Var ;
32 personnes dans le Vaucluse.

Parmis elles :

75 personnes en réanimation ;
13 personnes décédées

COVID-19 sont décédées, dont deux résidents hors Paca. Elles étaient hospitalisées dans des établissements de santé des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône et le Vaucluse et du Var. Le virus circule activement dans notre région : il n’est donc plus possible de rechercher systématiquement les contacts des personnes positives au Covid-19. La consigne est donc, à présent, d’appeler son médecin si l’on présente des symptômes (toux, fivree. Ce dernier pourra juger utile de faire venir la personne à son cabinet ou pourra lui prescrire un traitement à distance, et éventuellement un arrêt de travail. Si les symptômes s’aggravent, avec notamment l’apparition de difcultés respiratoires, il faut alors appeler le SAMU-Centre 15.

Quelle est la stratégie des autorités sanitaires pour les tests #COVID19 ?

En phase épidémique, le principe est de ne plus tester systématiquement.

Après consultation du Haut Conseil de Santé Publique, les tests ne sont plus réalisés de manière systématique et sont destinés en priorité à quatre types de population :

les personnes fragiles présentant des symptômes évocateurs du COVID-19, à risque de développer des complications ;
les trois premières personnes présentant des symptômes évocateurs du COVID-19 dans les structures médico-sociales, notamment les maisons de retraites, et dans les structures collectives hébergeant des personnes vulnérables, pour prendre des mesures immédiates afin d’éviter une transmission entre les résidents ;
les personnes hospitalisées présentant des symptômes évocateurs de Covid-19 car il faut pouvoir comprendre rapidement l’état du patient et éviter les transmissions ; les professionnels de santé présentant des symptômes évocateurs de Covid-19.
Il est important de réserver la réalisation des tests à ces personnes, plus fragiles et vulnérables, pour fluidifier leur diagnostic et leur éventuelle prise en charge.

Vous pouvez continuer à donner votre sang !
Malgré l’épidémie de Covid-19, les besoins en produits sanguins restent indispensables. Les lieux de collecte sont considérés par les autorités de l’Etat comme des lieux publics autorisés car vitaux et nécessaires, au même titre que les hôpitaux. L’Etablissement Français du sang invite la population à se rendre sur ses collectes mobiles et ses maisons du don demeurent ouvertes tous les jours, notamment les étudiants dont les établissements sont fermés. Des mesures de protection (distanciation, gestion des fux, port du masque des personnel et bénévoles… sont mises en place pour éviter la propagation du virus. Les personnes qui présentent des signes cliniques ne doivent pas se présenter sur les lieux de collectes.

Information : www.dondesang.efs.sante.fr

Rappel des recommandations à suivre pour la population

En stade 3, comme en stade 2, le message reste le même : pour limiter la propagation de l’épidémie, la mesure la plus efficace est la plus simple, elle repose sur la responsabilité individuelle, c’est-à-dire : respecter les gestes barrières.

Face aux infections, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage :

Se laver les mains tris régulièrement
Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter
Respectez les distances
Restez chez vous et ne sortez que pour le strict nécessaire
J’ai des symptômes (toux, fièvre) qui me font penser au Covid-19 : je reste à domicile, j’évite les contacts, j’appelle un médecin avant de me rendre à son cabinet ou j’appelle le numéro de permanence de soins de ma région. Je peux également bénéficier d’une téléconsultation.

Si les symptômes s’aggravent avec des difficultés respiratoires et signes d’étouffement, j’appelle le SAMU- Centre 15.




PARIS : CORONAVIRUS, Continuité de l’activité pour les entreprises du bâtiment et des travaux publics

Depuis plusieurs semaines, notre pays fait face à la propagation d’une épidémie sans précédent, conduisant le chef de l’Etat à demander à chacun d’assurer la poursuite de son activité dans des conditions de sécurité sanitaire satisfaisantes.

TRAVAUX 20

Les entreprises du bâtiment et des travaux publics sont essentielles à la vie économique du pays et à son fonctionnement, en contribuant à des besoins du quotidien des Français comme le logement, l’eau, l’énergie, la gestion des déchets, les transports et les télécommunications. Il est donc nécessaire d’œuvrer à la poursuite de leur activité, pour éviter une mise à l’arrêt totale des chantiers, qui déstabiliserait non seulement les entreprises concernées mais aussi l’ensemble de la chaîne économique. Le Gouvernement mesure les difficultés que peuvent rencontrer ces professions dans la mise en place des gestes barrières, mais aussi dans leur capacité à s’approvisionner en matériaux et matériels et à mobiliser le personnel nécessaire. Cela a conduit au ralentissement, voire à l’arrêt, de nombreux chantiers dans le pays depuis le début de cette semaine. Aussi, à l’issue d’échanges soutenus au cours des derniers jours, les représentants des entreprises du BTP et le Gouvernement se sont accordés sur plusieurs principes permettant de renforcer, dans les tout prochains jours, la continuité de l’activité du secteur et la poursuite des chantiers.

La protection des salariés est une priorité absolue et a toujours été au cœur de toutes les préoccupations. La sécurité du travail sur les chantiers doit donc être assurée à travers des procédures adaptées, notamment pour respecter les gestes barrières et maintenir les distances entre salariés. Dans de nombreux cas, des réorganisations ou des ajustements des pratiques pourraient permettre la poursuite de l’activité. A cet égard, il est rappelé que, selon le droit du travail, la responsabilité de l’employeur n’est engagée que s’il ne prend pas les mesures de prévention utiles pour la protection des salariés et qu’il s’agit d’une obligation de moyens. Pour préciser l’ensemble des mesures et des procédures applicables et accompagner les professionnels du secteur, les organisations professionnelles des entreprises du bâtiment et des travaux publics diffuseront dans les prochains jours un guide de bonnes pratiques, préalablement validé par les Ministères du Travail et des Solidarités et de la Santé. Réalisé en lien avec les professionnels intervenant sur les chantiers et avec l’appui des experts de l’Organisme professionnel de prévention du Bâtiment et des Travaux Publics (OPPBTP), il donnera, pour toutes les entreprises de toutes tailles, une série de recommandations pour assurer des conditions sanitaires satisfaisantes sur les chantiers et poursuivre les activités.

Dans le cas des chantiers de travaux publics, comme par exemple les infrastructures de transport ou les travaux de voirie, les grands maîtres d’ouvrage au niveau national et les préfets au niveau local coordonneront et prioriseront les chantiers à poursuivre ou à relancer.

Dans le cas de chantiers très complexes, un délai pourra être nécessaire afin de définir des procédures adaptées. De même, une attention particulière sera portée au cas des chantiers au domicile des particuliers lorsque ceux-ci sont présents. L’Etat salue d’ores et déjà la responsabilité des entreprises qui ont décidé de mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour à la fois répondre aux urgences, sécuriser les chantiers suspendus et poursuivre les travaux. Cela concerne également l’amont et l’aval de la chaîne, de la distribution de matériaux à la maîtrise d’ouvrage en passant par les activités de contrôles ou encore la maîtrise d’œuvre. Pour les entreprises et salariés de l’ensemble du secteur du BTP impactés par la baisse d’activité, les mesures d’urgence prévues par le Gouvernement, notamment l’assouplissement de certaines procédures, la mise en place de mesures d’activité partielle ou encore le recours au fonds de solidarité en cours de mise en place, s’appliqueront de manière rapide sur tout le territoire national, en particulier en termes de délais de réponse et de versements aux entreprises, compte-tenu de leurs difficultés de trésorerie et sur la base de justificatifs simples.

Enfin, le gouvernement invite les donneurs d’ordre et entreprises à ne pas rechercher la responsabilité contractuelle des entreprises, de leurs sous-traitants ou fournisseurs qui, lorsque les conditions d’exécution ne permettaient plus de garantir la santé et la sécurité de leurs salariés, ont dû suspendre leur activité.




MARSEILLE : CORONAVIRUS, 755 personnes testées positives en région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Depuis le vendredi 28 février 2020, 755 personnes ont été testées positives au coronavirus Covid-19 en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Covid-19

15 personnes dans les Alpes-de-Haute-Provence ;
34 personnes dans les Hautes-Alpes ;
142 personnes dans les Alpes-Maritimes ;
408 personnes dans les Bouches-du-Rhône ;
132 personnes dans le Var ;
24 personnes dans le Vaucluse.

Parmi ces cas :

59 personnes en réanimation ;
11 personnes testées positives au coronavirus COVID-19 sont décédées.
Elles étaient hospitalisées dans des établissements de santé des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône et le Vaucluse et du Var. Le virus circule activement dans notre région : il n’est donc plus possible de rechercher systématiquement les contacts des personnes positives au Covid-19. La consigne est donc, à présent, d’appeler son médecin si l’on présente des symptômes (toux, fièvre). Ce dernier pourra juger utile de faire venir la personne à son cabinet ou pourra lui prescrire un traitement à distance, et éventuellement un arrêt de travail. Si les symptômes s’aggravent, avec notamment l’apparition de difficultés respiratoires, il faut alors appeler le SAMU-Centre 15.

Transfert de plusieurs malades d’Ajaccio vers des hôpitaux de notre région

Le porte-hélicoptère amphibie «Tonnerre» de la Marine nationale sera envoyé à Ajaccio ce weekend pour transférer plusieurs patients vers des hôpitaux de Marseille : la Timone, l’hôpital Nord, Saint-Joseph et l’hôpital Européen.

Vous pouvez continuer à donner votre sang !
Malgré l’épidémie de Covid-19, les besoins en produits sanguins restent indispensables. Les lieux de collecte sont considérés par les autorités de l’Etat comme des lieux publics autorisés car vitaux et nécessaires, au même titre que les hôpitaux. L’Etablissement Français du sang invite la population à se rendre sur ses collectes mobiles et ses maisons du don demeurent ouvertes tous les jours, notamment les étudiants dont les établissements sont fermés. Des mesures de protection (distanciation, gestion des flux, port du masque des personnel et bénévoles…) sont mises en place pour éviter la propagation du virus. Les personnes qui présentent des signes cliniques ne doivent pas se présenter sur les lieux de collectes.

Information : www.dondesang.efs.sante.fr

Rappel des recommandations à suivre pour la population

En stade 3, comme en stade 2, le message reste le même : pour limiter la propagation de l’épidémie, la mesure la plus efficace est la plus simple, elle repose sur la responsabilité individuelle, c’est-à-dire : respecter les gestes barrières.

Face aux infections, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage :

Se laver les mains très régulièrement
Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter
Eviter les rassemblements, limiter les déplacements et les contacts
Restez chez vous et ne sortez que pour le strict nécessaire
J’ai des symptômes (toux, fièvre) qui me font penser au Covid-19 : je reste à domicile, j’évite les contacts, j’appelle un médecin avant de me rendre à son cabinet ou j’appelle le numéro de permanence de soins de ma région. Je peux également bénéficier d’une téléconsultation. Si les symptômes s’aggravent avec des difficultés respiratoires et signes d’étouffement, j’appelle le SAMU- Centre 15.