TOULON : Incendie à bord d’une vedette en Corse-du-sud

TOULON : Incendie à bord d’une vedette de location à proximité des côtes en Corse-du-Sud.

Vedette West Inside en feu 1

Un incendie s’est déclenché ce jour, dimanche 25 août 2019 vers 13h à bord de la vedette de location West Indies (24 m de long) alors au mouillage à environ 400 mètres des côte à proximité de Sant’Amanza (2A).
Les 6 personnes présentes à bord (dont 2 membres d’équipage) décident d’abandonner le navire grâce à un semi-rigide qui leur a permis de rejoindre le rivage sains et saufs.
Le sémaphore de Pertusato relaye dans le même temps le MAYDAY envoyé par la vedette. Le patrouilleur 617 de la SNSM ainsi que la vedette de la Gendarmerie départementale 2A G109 sont rapidement présents pour sécuriser la zone.
Suite au MAYDAY et sous la coordination du Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage de la Méditerranée (CROSS Med) de Lagarde, la vedette DF 25 des Douanes avec à son bord des pompiers du SDIS 2A se rend sur zone pour évaluer la situation.
Ils sont renforcés par un navire de la société privée Mer Assistance puis par la Gravona, Vedette de Contrôle et de Surveillance maritime de la Gendarmerie maritime.
En parallèle, sous la coordination du Centre des Opérations Maritimes de la Méditerranée (COM) de Toulon et grâce au concours du port de Bonifacio, un barrage antipollution de 150m a été déployé par le canot tout-temps SNS 063 de la SNSM afin d’écarter le risque d’une atteinte à l’environnement.
Enfin, le Bâtiment de Soutien et d’Assistance Affrété (BSAA) Ailette a quitté le port de Toulon aux alentours de 15h00 et devrait arriver sur zone dans le début de la matinée.
Les causes du sinistre sont pour l’heure inconnues et l’incendie semble avoir été maitrisé.

SOURCE /

PRÉFECTURE MARITIME DE LA MÉDITERRANÉE




BIARRITZ : Allocution d’Emmanuel Macron dans le cadre du G7, la réaction de Renaud MUSELIER

BIARRITZ : Nous publions la réaction de Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

emmanuel macron

Au cours de son allocution prononcée en introduction du G7, à l’attention des Français, Emmanuel MACRON, Président de la République française, a évoqué un certain nombre de mesures et d’engagements climatiques concrets. Parmi eux, il a souligné l’importance majeure de répondre à  » l’appel de l’océan  » par des initiatives concrètes, à commencer par l’engagement des transporteurs maritimes à réduire leur vitesse, « ce qui est l’un des moyens les plus efficaces pour réduire la pollution ».
Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, avait formulé cette proposition à la Commission européenne en décembre 2018, pendant son mandat de Député européen, sous la forme d’une question écrite. L’impact environnemental d’une telle mesure appliquée à l’ensemble des armateurs de la planète permettrait de réduire leurs émissions globales de CO2 de 30%.

« Un engagement aussi fort de la part des compagnies maritimes serait une véritable révolution. L’impact serait bien sûr environnemental, avec une nette amélioration de la qualité de l’air à l’échelle du monde, mais il serait aussi humain : en matière de santé publique, les maladies respiratoires reculeraient, c’est du concret pour chacun ! Je veux remercier le Président de la République d’avoir suivi de près ce dossier : en 2015, les engagements de la COP21 y faisaient référence, l’Organisation Maritime Internationale s’y était engagée à horizon 2050 dès 2018 et j’avais moi-même interpellé la Commission européenne sur ce sujet.
Il faut maintenant que des annonces opérationnelles et concrètes suivent. Ici, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, nous avons la chance d’avoir des armateurs de dimension très diverses, tous engagés pour le climat avec détermination : CMA-CGM qui renouvelle sa flotte avec des navires au GNL et qui refuse de faire emprunter la route de l’Arctique à ses navires, Corsica Linea, la Méridionale et Corsica Ferries tous trois engagés pour favoriser l’électrification à quai de leurs navires entre la Corse et le Continent et tant d’autres. Je suis certain que nous pourrons compter sur leur engagement dans ce dossier majeur »
a déclaré Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.




LA SEYNE SUR MER : Un blessé grave incarcéré dans un accident sur un pont

LA SEYNE SUR MER : Un grave accident de circulation s’est produit, ce matin à La Seyne-sur-Mer, à 7h 43, à la hauteur d’un pont.

P1120813

Les sapeurs-pompiers ont engagé 16 personnels avec 2 ambulances, 1 engin pompe, 1 engin de désincarcération, et 1 véhicule de commandement.

Il s’agit d’un blessé grave incarcéré, un blessé léger. Le véhicule est en équilibre sur le pont et a du être sécurisé par les secours, au moyen d’un treuil. Les blessés ont été médicalisés par un véhicule du SMUR de Toulon. Les deux victimes ont été transportées sur les hôpitaux du secteur.

Le blessé léger est âgé de 20 ans et le blessé grave de 32 ans. Il s’agit d’un choc entre deux véhicules légers.

SOURCE / SDIS 83




MARSEILLE : La France, principale responsable de la pollution en Méditerranée

MARSEILLE : Selon le WWF, chaque année, 600 000 tonnes, de déchets plastique sont rejetés par les 22 pays qui bordent la mer Méditerranée qui serait quatre fois plus polluée que le 7ème continent de plastique, cette immense étendue de déchets flottants au large de l’Indonésie.

BORD DE PLAGE 1

C’est un triste record, que l’on aurait préféré ne pas battre ! Pire encore selon le WWF, la France en est le principal responsable, la France contribuant au rejet de 80 000 tonnes de plastiques, dont plus de 10 000 en Méditerranée.
L’ONG indique que la France est le plus important producteur de déchets plastiques de la région, avec 4,5 millions de tonnes en 2016, soit 66, 6 kg par personne. Et, seulement 22% de ces déchets sont recyclés, taux plus faible que l’Italie, l’Espagne, Israël et la Slovénie !
Selon WWF, les départements méditerranéens ont un système de recyclage moins performant. Dans certaines zones, comme Marseille et la Corse, les déchets finissent, encore, dans des décharges à ciel ouvert !
Le gros de cette pollution plastique « Made in France » provient des activités côtières. 80% des 11 000 tonnes de plastiques qui finissent en Méditerranée sont liées aux activités de tourisme et de loisirs de bord de mer, et à une mauvaise gestion de collecte de ces déchets. Cette concentration de plastiques est, particulièrement, élevée près des villes de Marseille, de Nice et près de la Corse.
Outre un impact sur notre santé, la faune et la flore, cette pollution plastique a un coût important, à cause de débris de plastiques qui se retrouvent dans les moteurs des bateaux, les filets de pêche ou dans les pales d’hélice des bateaux.

Pour Isabelle Autissier, présidente du WWF France,«98% du total est collecté, mais seulement 22% recyclé. Tout le monde parle du recyclage, mais nous ne connaissons pas bien les conditions de la recyclabilité».

Elle ajoute :«L’urgence est de continuer à réduire la consommation de plastique, mais surtout que les industriels proposent autre chose».

Contrairement aux idées reçues, ce sont les océans qui renouvellent l’oxygène de l’atmosphère ? Et, c’est grâce au phytoplancton, ou plancton végétal qui constitue une biomasse bien plus importante que celle des forêts. C’est lui le premier producteur d’oxygène O² et recycleur de gaz carbonique CO² de la planète.
Si rien n’est fait, la production mondiale de déchets plastiques pourrait augmenter de 41 % d’ici 2030 et la quantité accumulée dans l’océan pourrait doubler atteindre 300 millions de tonnes, à cette date.

Bernard BERTUCCO VAN DAMME (PRESSE AGENCE – LA GAZETTE DU VAR)




LA SEYNE SUR MER : Le lundi, venez découvrir la danse country !

LA SEYNE SUR MER : Dès le 2 septembre, c’est la reprise des cours de danse country pour ALLEVEN COUNTRY.

all even country 2019-2020

L’association, située aux Sablettes à la Seyne-sur-Mer, démarre une nouvelle saison d’initiation et perfectionnement à la danse country. ALL EVEN COUNTRY accueille, depuis le 2 septembre , les personnes souhaitant apprendre et pratiquer la danse country à la salle des sports « l’Herminier », aux Sablettes. Cette association a pour objet de faire découvrir, pratiquer et promouvoir la musique et la danse country, le partage d’une ambiance conviviale et toutes les activités y concourant.

COURS A VOTRE CONVENANCE

«Pédagogie et bonne humeur sont au rendez-vous, les cours sont à votre convenance, que vous veniez une heure à 3 heures par semaine, suivant votre niveau, pour un tarif unique de 15 € par mois, destinés à organiser des moments conviviaux entre les membres. Novices 1 ou 2, débutants, ou initiés, venez rejoindre les danseurs de l’association, chaque lundi de 19h15 à 22h15. Prévoir une bouteille d’eau, des chaussures de danse ou tennis lisses», rappelle Jean-Pierre Mattasolio, le président.

Il ajoute : « En France, la danse country se pratique énormément. C’est l’américain Robert Wanstreet qui l’a importé en ouvrant le premier club de danse country en région parisienne. Aujourd’hui, Robert Wanstreet est mort, mais sa mémoire perdure. Il est l’auteur de quelques chorégraphies, dont A Love Dance et Black Pony».

BONNE HUMEUR ET COMPLICITE

Jean-Pierre Mattasolio reprend :«Partager une ambiance amicale sous le signe de la bonne humeur et de la complicité entre tous, c’est la raison qui nous a incités à créer ALL EVEN COUNTRY. Si vous êtes débutants, initiés, novices 1 ou 2, nous serons heureux de vous faire partager notre expérience de 11 années de pratique. Autrement que la danse et de bons moments, convivialité, complicité et simplicité sont la raison d’être de nos rendez-vous. Si ce concept vous séduit, venez pour notre plus grand plaisir nous rejoindre pour notre quatrième saison».

Pour tous renseignements rendez-vous sur le site : http://allevencountry.free.fr
Ou appeler le 06 85 01 27 15




MARSEILLE : La Villa Noailles s’exporte à la Belle de Mai pour un salon international d’art contemparain

La Villa Noailles a annoncé, ce jeudi 22 août, sa collaboration avec le salon ART-O-RAMA qui se tiendra les 31 août et 1er septembre prochains dans la cité phocéenne.

Le centre d’art hyérois annonce effectivement, une nouvelle collaboration : « La Villa Noailles et We Do Not Work Alone, maison d’édition d’objets d’art utiles créés et conçus par des artistes, lancent cette année le premier volet d’une coproduction annuelle d’objets liés au jardin« .

Et la structure de continuer : « Ces éditions sont le résultat d’une collaboration entre artisans et artistes. Le premier chapitres consiste en une production de céramiques de jardin décorées par Matthieu Cossé à la poterie Ravel d’Aubagne« .




LA CRAU : Feu d’habitation, impasse des Amandiers

LA CRAU : Les sapeurs-pompiers du Var interviennent, actuellement, pour un feu d’habitation qui s’est déclaré impasse des Amandiers.

P1120817

16 personnels sont engagés avec 1 ambulance, 2 engins incendie, 1 engin porteur d’eau de grande capacité et 1 véhicule de commandement.

Une patrouille de gendarmerie s’est rendue également sur place.

 

Le feu présente un risque de propagation aux alentours.

SOURCE / SDIS 83




COLLOBRIERES : L’histoire des sapeurs-pompiers de la commune, à la salle des MOUFFUS

COLLOBRIERES : A l’occasion des 80 ans (1939 – 2019) du corps des sapeurs-pompiers de COLLOBRIERES, une exposition est actuellement visible, salle des Mouffus, là même où se trouvait la première caserne de la commune, à sa création, en 1939.

I

Initiée par Joël DUVAL, ancien pompier, avec le soutien de la commune, de l’amicale du Centre de secours et de l’association « Histoire et Patrimoine des pompiers du Var », la salle des Mouffus s’est transformée, le temps de l’exposition, en un véritable lieu de souvenirs, au cours desquels on remonte le temps, avec nostalgie.

K

Voyage dans le temps

L’exposition montre, d’une manière générale, le métier de sapeur-pompier, avec des tenues et divers matériels, mais pas seulement. Un retour dans le passé est proposé par Joël DUVAL, véritable passionné par son métier, celui de sapeur-pompier. De nombreuses photographies, articles de presse, documents sont présentés à l’intérieur de la salle et l’on peut ainsi, voir défiler, au fil des années, l’évolution ainsi que les multiples interventions du Centre de secours de COLLOBRIERES.
Parmi les nombreux documents et photographies présentés, un document attire plus particulièrement l’attention. C’est celui de la délibération communale de l’époque, qui porte sur la création, du Centre de secours de la commune, et qui sera commandé par un adjudant, ayant sous son commandement 10 hommes.

GFEDB

On doit cette initiative communale au maire de l’époque, Charles IMBERT, en 1939.
Le patrimoine roulant restauré
Grâce à l’action patrimoniale de l’association « Histoire et Patrimoine des Pompiers du Var », présidée par Roger VALENTIN, et dont plusieurs bénévoles tiennent un stand, quelques véhicules restaurés sont sortis de leurs garages pour être présentés au public, venu nombreux. Outre la traditionnelle jeep, on pouvait voir la fameuse 2 CV bicéphale, véhicule d’intervention unique dans le Var. (1)
Créée en 1993, l’association a pour objectif la sauvegarde du patrimoine des sapeurs-pompiers du Var. Elle regroupe une collection importante (documents, photographies, tenues, véhicules), etc.
Cette association, bien connue dans le Var, est à la recherche de locaux afin de pouvoir entreposer l’ensemble des véhicules dont elle a la charge. Pour tous renseignements, n’hésitez pas à contacter son président, Roger VALENTIN (0494578561).
Une exposition encore visible, ce dimanche 25 août.

Entrée libre. Horaires des visites : 10 heures – 12 heures 30 et 14 heures – 18 heures 30.

H

(1) La 2 CV dite « à deux têtes », a été construite dans les années 1950 à la demande des pompiers du Var. Elle a été un précieux auxiliaire des sapeurs-pompiers de la commune de Cogolin, pendant plus de dix ans. Ce véhicule unique a été imaginé par l’Inspecteur Départemental du SDIS du Var, le colonel Hourcastagné. En effet, au cours d’une reconnaissance de nuit, faite à l’époque avec une 15 CV Citroën, il s’est trouvé bloqué dans un chemin de montagne. Ne pouvant faire demi-tour, il a du rebrousser chemin en marche arrière, pendant plusieurs kilomètres, guidé seulement par un sapeur-pompier muni d’une lampe électrique à la main.

Photos : ACSPMG – Texte : Nicolas TUDORT (PRESSE AGENCE – LA GAZETTE DU VAR)




FREJUS : Une personne heurtée par un train à la gare SNCF

FREJUS : Les sapeurs-pompiers interviennent, en ce moment, pour une personne qui a été heurtée par un train, en gare de Fréjus.

P1120810

Les sapeurs-pompiers ont engagé 8 personnels avec une ambulance, un engin de secours, et un véhicule de commandement pour porter secours à la victime. Ils sont renforcés par le SMUR FREJUS. La circulation ferroviaire est interrompue dans les deux sens de circulation.

SOURCE / SDIS 83




MARSEILLE : Taxation des vins français par Donald TRUMP, la réaction de Renaud MUSELIER

MARSEILLE : Pour Renaud MUSELIER, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur : « Président Trump, buvez notre rosé, ne le taxez pas ! »

VIGNES 10

A la suite de l’annonce d’une taxe française sur les géants du Numérique (dite taxe GAFA), le Président des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump, avait annoncé sa volonté de taxer les vins français en représailles. Hier, vendredi 23 août, il a réitéré cette menace, indiquant vouloir les taxer « comme jamais ils ne l’ont été auparavant ».

Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, première région productrice de vin rosé dans le monde entend défendre cette filière indispensable à l’agriculture et à l’économie du territoire régional :

« Les vignerons Français et les consommateurs Américains ne veulent pas être pris en otage par le Président Trump. En menaçant de surtaxer les vins rosés français, il commet une grave erreur. Il met en péril une filière économique d’exception et s’attaque à l’art de vivre à la française. Avec 300 millions de bouteilles de rosés du Sud produites chaque année, soit 35 % de la production française, Provence-Alpes-Côte d’Azur est la première région de production de rosé au monde. Nous y produisons les meilleurs rosés avec 18 appellations protégées et près de 20 % de la production Bio. J’ai donc décidé, ce matin, d’envoyer à la Maison Blanche deux caisses de vin rosé de notre région. Monsieur Trump, notre rosé, plutôt que de le taxer avec excès, il faut l’aimer avec passion et le déguster avec modération » !