SIGNES : Inauguration de la stèle érigée en mémoire de Jean-Mathieu MICHEL

Une cérémonie d’inauguration de la stèle, érigée à la mémoire de Jean-Mathieu MICHEL, ancien maire de Signes, s’est déroulée ce mercredi 5 août à Signes, en présence de Jean-Luc VIDELAINE, préfet du Var, et de nombreux élus dont Robert Beneventi, maire d’Ollioules et Valérie Gomez-Bassac, députée du Var.

P1050454

Émotion et recueillement ont marqué le dévoilement de la stèle érigée à la mémoire de Jean-Mathieu MICHEL ancien maire de Signes.

C’était il y a un an, ce lundi 5 août 2019, où Jean-Mathieu MICHEL, maire de Signes durant 36 ans, perdait la vie, renversé par une camionnette alors qu’il venait d’interdire à ses deux occupants de déverser des gravats dans la nature. L’environnement était l’un de ses combats. Comme il aimait aussi à le dire « Ma seule politique, c’est Signes ». Aujourd’hui, Signes lui rend hommage en inaugurant une stèle à sa mémoire sur les lieux mêmes où s’est déroulé cet événement tragique. Cette cérémonie conduite par Bernard Olivéro, adjoint aux cérémonies et à la sécurité et présidée par Hélène Verduyn, maire de Signes, s’est déroulée dans l’intimité. Hélène Verduyn a dévoilé la stèle au côté de Maryline Michel.

P1050460P1050468P1050473P1050475

Jean-Luc VIDELAINE, préfet du Var, a déposé une gerbe à cette occasion. Après l’observation d’une minute de silence, la cérémonie a été clôturée en musique par la Marseillaise et « l’aubade de Signes ».

Le président de la République Emmanuel MACRON a tenu à témoigner son soutien en demandant au préfet de remettre une lettre à Maryline Michel.

De notre envoyée spéciale à SIGNES, M.S (Texte et photos)

P1050456

Le discours du préfet…

Cérémonie du 5 août 2020
Inauguration de la Stèle de M. Jean-Mathieu MICHEL

« Pour l’inauguration de cette stèle, nous avons voulu respecter le vœu de la famille et de la municipalité d’une cérémonie ne rassemblant que ceux qui furent les partenaires locaux de M. Jean-Mathieu MICHEL.
Le président de la république m’a demandé, Madame, de vous remettre une lettre.
La disparition tragique de M. MICHEL avait eu un retentissement national. Le souvenir du drame perdure. Il fut l’occasion d’une prise de conscience sur le rôle des maires ruraux et sur leur engagement,
notamment dans la défense de l’environnement.
Prise de conscience, mais aussi je crois, examen de conscience de toute la collectivité sur ce qu’elle doit à ses élus.
On connaît la formule sur la mort qui transforme la vie en destin.
Mais, de M. Jean-Mathieu MICHEL, nous ne devons pas seulement garder l’image d’une victime.
Pendant plus d’un tiers de siècle, il fut d’abord un acteur. Un acteur affable, réfléchi et déterminé de la promotion, de la défense et du développement de sa commune. Pour avoir eu le privilège de travailler avec lui ces dernières années, je peux en témoigner. Puis-je évoquer devant vous le souvenir des conversations que nous avions, lorsque pour les cérémonies commémoratives, il avait bien voulu me conduire lui-même par des chemins ardus sur les lieux ou Signes entretenait le souvenir des héros de jadis.
Et ainsi, aujourd’hui, son nom s’inscrit dans le paysage qu’il aimait tant, dans ce paysage qu’il voulut défendre.
Cette piété républicaine était nécessaire. Mais de même que M. MICHEL fut un acteur avant d’être un symbole, c’est par le travail constant, dont des opérations judiciaires d’ampleur ont témoigné dans le Var, que nous pouvons le mieux rendre hommage à cet homme de bien ».