LE PRADET : 17 combattants morts pour la Libération de la ville

LE PRADET : Le 22 août, lors du 75ème anniversaire de la Libération de la ville du Pradet, les autorités civiles et militaires ont rendu hommage aux 17 combattants qui ont laissé la vie pour rendre sa liberté à la cité, en présence notamment d’Hervé Stassinos, maire de la ville, Valérie Rialland, maire adjointe et de Jean-Claude Charlois, maire de La Garde.

dépôt de grebe M

Au sein de l’armée française dite Armée B, forte de 260 000 hommes, environ la moitié des combattants provenaient de toutes les possessions françaises. La majorité d’entre eux foulait le sol de France pour la première fois de leur vie.

Officielsstèle Brossetsouvenir françaisvéhiculevéhicule 7véhicule 4véhicule 3véhicule 2véhicule 5

Daniel Duvoux, conseiller municipal, a rappelé le souvenir de ces hommes : «Ce sont eux qui, après de durs combats, en particulier à Hyères, se présentent devant le Pradet, le 22 août 1944. Le 1er Régiment de Fusiliers-marins est durement accroché à l’entrée de la ville car l’ennemi tient solidement les crêtes du village. Ses automoteurs, par des tirs précis, retardent l’avance des soldats. Face à cette situation, le général Brosset fait avancer les bataillons de marche 21 et 22. C’est chose faite, dès le 23 août quand le 3ème peloton du 4ème escadron réussit cette mission, après avoir détruit 5 lance-flammes. Il s’y maintient jusqu’à l’arrivée de l’infanterie, demeurant en position de soutien. De violents accrochages se déroulent aux alentours de la cave viticole face à des ennemis qui sont repoussés. Le Pradet est libérée. Dix-sept combattants de la DFL sont tués, la plupart de jeunes gens qui n’avaient pas l’intention de devenir des héros» !

Photos Grégory VUYLSTEKER