LA LONDE LES MAURES : LIBERATION de LA LONDE LES MAURES – François de CANSON : « Ces commémorations sont l’occasion de rappeler ce passé douloureux à notre souvenir »

LA LONDE LES MAURES : Pour François de CANSON, maire de La Londe-les-Maures, « En ce 72e anniversaire de la Libération de La Londe, notre rassemblement vient rappeler les combats héroïques qui ont permis de vaincre les forces d’oppression ».

DSC00077

Ces commémorations sont l’occasion de rappeler ce passé douloureux à notre souvenir.

DSC00007

DSC00011

DSC00012

DSC00013

DSC00015

DSC00016

DSC00018

DSC00020

DSC00022

DSC00024

DSC00027

DSC00029

DSC00031

DSC00036

DSC00037

DSC00038

DSC00039

Il nous faut le faire en nous souvenant que la Seconde Guerre Mondiale fut la plus meurtrière de tous les temps, avec 50 millions de morts, et la plus inhumaine, avec son lot tragique de massacres de populations civiles et de crimes de guerre. Il nous faut le faire dans la fidélité aux idéaux de justice et de liberté qui ont permis de renverser une barbarie sans précédent dans notre histoire qui causa la mort de plus de 25 millions d’hommes, de femmes et d’enfants.

Les évènements que nous commémorons aujourd’hui illustrent parfaitement ces temps d’exception où les Hommes se dressent pour infléchir le cours de leur destinée, en empruntant les chemins de la souffrance, de la peur, et surtout celui du sacrifice. A l’opération Overlord, qui amène le 6 juin 1944 les Alliés sur les plages de Normandie, il faudra une réplique au sud de la France.

DSC00040

DSC00041

DSC00042

DSC00043

DSC00044

Ce sera l’opération Dragoon, confiée à la 7ème armée américaine sous les ordres du Général Patch, et à l’armée B conduite par le Général de Lattre de Tassigny. 400 000 hommes, dont 250 000 français vont être engagés au feu. L’assaut naval aura lieu sur nos côtes varoises. Des centaines de navires convergent pour former une Armada concentrée sur les points de débarquement choisis.

Durant la nuit du 14 août, les commandos français sont débarqués sur les flancs du futur débarquement. Au nord, Force Rosie débarque à Théoule pour couper la route aux renforts allemands venant de l’est. Au sud, Force Romeo, les commandos d’Afrique du lieutenant colonel Bouvet, débarque au Cap Nègre. 11 Divisions, dont 3 d’infanterie américaine, une aéroportée anglo-américaine et 7 françaises, vont devoir se briser sur les défenses ennemies. L’objectif était de débarquer et de constituer une ligne de front de 25 km de profondeur.

DSC00047

DSC00048

DSC00049

DSC00050

DSC00051

DSC00054

Puis, d’avancer vers la vallée du Rhône et prendre contact avec le 2e corps français. Voici donc 72 ans, au prix de sacrifices immenses, les forces de la Liberté poursuivaient leur assaut pour briser la machine de mort et de haine qui, au mépris des valeurs essentielles de l’humanité, avait entrepris d’asservir l’Europe. Après l’Afrique du Nord, la Sicile, la Corse, la Normandie, c’est ici même, en Provence, que s’engageait une nouvelle étape de cette lutte sans merci qui devait décider du destin de la France. Exaltés par des chefs exceptionnels, des milliers de combattants prenaient pied sur nos plages et ouvraient un nouveau front majeur dans le dispositif ennemi.

DSC00056

Ces journées d’août 1944 furent pour tous les Français des journées de joie, profonde, intense, inoubliable, avec la fierté de voir l’armée de la France combattante engagée, aux côtés de ses alliés, dans le combat pour la libération de notre sol ! Comme le Général de Gaulle, Chef de la France libre, l’avait voulu, nos soldats étaient à nouveau au rendez-vous de l’Histoire. Un idéal commun les transcendait. Des valeurs essentielles les rassemblaient : la Liberté, l’Égalité, la Fraternité. La liberté.

Elle guidait ces combattants, comme elle animait ceux qui venaient de percer le front en Normandie, mais aussi les Résistants de l’intérieur, qui sortaient enfin au grand jour et apportaient aux forces débarquées un concours déterminant. L’égalité. Elle était, dans l’épreuve du feu, la marque même de leur destin. Egalité face à la peur, aux souffrances, à la mort. Egalité aussi dans l’honneur et dans la gloire. Une gloire conquise en Tunisie, dès 1942, puis en Sicile et en Corse. Une gloire qui ne cesserait plus de les suivre jusqu’à les conduire du Rhône au Rhin et jusqu’au Danube.

DSC00058

 

DSC00059

DSC00061

DSC00062

DSC00064

DSC00065

DSC00066

DSC00066

DSC00068

DSC00069

La fraternité enfin. Celle des armes, qui soudait dans un même élan, sous le drapeau français, ces combattants de toutes origines qui composaient la 1ère Armée faite de valeureux soldats venus de la métropole et de tous les horizons de l’Outre-Mer français. Jeunes de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie, fils de l’Afrique occidentale ou de l’Afrique équatoriale, de Madagascar ou de l’Océan indien, de l’Asie, de l’Amérique ou des Territoires du Pacifique, tous se sont magnifiquement illustrés dans les combats de notre Libération.

Le 17 août 1944, à 16h, les soldats américains, débarqués depuis l’avant-veille sur les plages de la Croix Valmer, de Cavalaire et du Lavandou, pénètrent sur le territoire de notre commune. L’avant garde de la 3ème Division d’Infanterie US entre en contact avec quelques résistants londais. Ils informent l’officier américain mais également les troupes de la 1ère Division Française Libre de la présence des allemands sur le domaine de Saint-Honoré et de la Pabourette. Après une bataille qui durera près de deux heures, La Londe est en passe de retrouver sa liberté.

DSC00070

DSC00071

DSC00072

DSC00075

DSC00078

DSC00079

DSC00080

DSC00081

DSC00082

DSC00084

DSC00085

L’ennemi, encerclé est mis hors d’état de nuire. Au petit matin du 18 août, alors que les Unités Allemandes se sont repliées sur les blockhaus de Mauvanne, le passage des scouts-car de reconnaissance du premier bataillon des Fusillés Marins et des Commandos d’Afrique emmenés par le Capitaine Ducournau, marquent la Libération définitive de La Londe et sonnera le glas de l’occupation allemande. Ces fameux commandos d’Afrique, appelés les  » Hommes du Cirque Bouvet « , du nom de leur chef, le Lieutenant-colonel Bouvet, avec comme devise  » sans pitié « , ont joué un rôle décisif d’avant garde des forces alliées lors du débarquement de Provence. Fort d’un entraînement intensif et impitoyable, ces soldats hors du commun avaient pour mission de prendre d’assaut les sinistres batteries du Cap Nègre.

Ils ont été les guides du débarquement et ont permis à des dizaines de milliers d’hommes de fouler le sol de notre Provence. A jamais, ils resteront nos héros. En cette journée de commémoration, je voudrais évoquer la mémoire de François de Leusse, lui-même commando d’Afrique, libérateur du château de Brégançon, qui s’est également illustré héroïquement lors de la campagne d’Alsace, et qui fut le Maire de notre Commune durant 24 ans. Je voudrais évoquer la mémoire de Louis Bussonne. Son courage est édifiant. Après avoir coupé les fils de mise à feu des charges explosives du pont Maravenne, Louis Bussonne envisage d’en faire autant au pont du Pansard. Les allemands dissimulés à proximité le découvrent, le rattrapent et le font traverser le village mains sur la tête. A un Londais qui l’interroge au passage, Louis Bussonne répond:  » Je ne sais pas ce qu’ils vont me faire, ni même où ils m’emmènent « .

DSC00089

DSC00091

DSC00092

DSC00094

DSC00095

DSC00096

DSC00097

DSC00098

DSC00100

DSC00101

Il sera exécuté, quelques instants plus tard, de plusieurs balles dans la tête par le chef des Feld-gendarmes de la Kommandantur. Je voudrais aussi évoquer la mémoire de Joseph SPADA, jeune londais, engagé lui aussi dans le bataillon des commandos d’Afrique et qui sera tué lors de l’assaut du fort Salberg dans le territoire de Belfort. Je voudrais évoquer encore la mémoire de ces quinze jeunes londais qui se sont engagés dans les troupes de la Libération pour poursuivre le combat jusque dans l’Est de la France. Je voudrais évoquer enfin la mémoire des soldats de la 1ère Division Française Libre et de la 1ère armée Française, dont 117 d’entre-eux reposent à la stèle de Saint-Honoré, l’un des tous premiers cimetières varois créé après les combats. Au total, plus de 94 000 soldats et 11 000 véhicules ont été débarqués le premier jour, puis, dès septembre, près de 400 000 hommes auront débarquer sur le sol de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Ce coup de force héroïque a fait entrer dans l’histoire des hommes de légende, dont le courage exceptionnel et une témérité hors du commun suscitent l’admiration.

DSC00102

DSC00104

DSC00106

DSC00108

DSC00124

DSC00127

DSC00128

DSC00129

DSC00130

DSC00131

DSC00132

Certains d’entre eux, présents aujourd’hui parmi nous, sont venus témoigner fidèlement leur mémoire aux camarades tombés au combat. Et avec eux, nous nous souvenons de cette journée historique du 17 août où La Londe retrouvait sa liberté. Honneur à vous, valeureux combattants, à qui nous devons cette liberté qui animait nos pas. Honneur à vous tous tombés durant l’action, blessés dans votre chair, disparus depuis, ou survivants venus témoigner et vous recueillir. Vos rangs se sont clairsemés au cours des campagnes et au fil des années. Mais la mémoire reste intacte. En ce jour anniversaire, permettez-moi, au nom de la population londaise de vous dire l’immensité de notre respect, la sincérité de notre admiration et le témoignage de notre indéfectible reconnaissance. Vous symbolisez l’honneur de notre grande Nation.

DSC00134

DSC00135

DSC00137

DSC00139

DSC00187

DSC00186

DSC00182

DSC00181

DSC00177

A l’occasion de cette journée du souvenir, ces heures tragiques et glorieuses partagées dans les épreuves et la douleur restent dans nos mémoires et dans nos cœurs. Faisons en sorte que demain chacun se souvienne et s’inspire de leur signification et de leur portée. Cette journée incarne la France, la Résistance française et le sursaut des Français chaque fois que la Patrie est menacée. Comme nos libérateurs nous l’ont montré, il y a 72 ans, lorsque la Nation est en danger, nous devons puiser le ressort nécessaire pour défendre notre République, dans ses objectifs de préservation de liberté, de sécurité des biens et des personnes, de justice, et de résistance aux nouvelles oppressions qui tentent, aujourd’hui, de nous faire vaciller. En cet instant, c’est avec respect que nos pensées se tournent vers nos soldats qui servent la République, portent ses couleurs et défendent ses valeurs à l’intérieur comme à l’extérieur de nos frontières pour que vivent la Démocratie, pour que vivent la liberté, l’égalité et la fraternité. En ce jour si particulier pour notre commune, Vive les anciens combattants londais! Vive les commandos d’Afrique! Vive La Londe