NICE / L’histoire fascinante de Jacqueline KENNEDY- ONASSIS – Du 4 mars au 29 mai 2016

NICE / Après avoir rencontré le succès au Touquet, dans la Province du Luxembourg et à Paris, l’exposition  » Elle s’appelait Jackie « , parera les murs de la Galerie Ferrero de Nice du 4 mars au 29 mai prochain.

Jackie Kennedy, son histoire fascinante exposée 1

Enrichie de nouvelles pièces, elle retracera le destin exceptionnel de Jacqueline Bouvier Kennedy Onassis.
Conçue par Frédéric Lecomte Dieu, biographe de la famille Kennedy,  » Elle s’appelait Jackie  » portera un regard inédit sur la mythique épouse de John Fitzgerald Kennedy, élevée aujourd’hui au rang d’icône.

ELLE S’APPELAIT JACKIE !

Jackie Kennedy, son histoire fascinante exposée 2

Aussi bien femme d’influence que compagne dévouée, Jacqueline Bouvier, devenue Jackie Kennedy puis Jackie O après son mariage avec Aristote Onassis anime toujours les passions plus de 20 ans après sa disparition. Depuis son enfance, la plus célèbre First Lady cultive des liens étroits avec la France. Ses ancêtres, les Bouvier, résidaient à Pont Saint Esprit dans le Gard (l’acteur Jean-Louis Trintignant est d’ailleurs l’un de ses cousins éloignés). Parlant couramment le français, Jackie étudie à la Sorbonne et prend des cours de dessin au Musée du Louvre en 1950. Amoureuse de Paris et de son quartier Latin, elle tombe aussi sous le charme de la Côte d’Azur lorsqu’elle séjourne dans ses petits villages durant l’été 1950. Elle découvrira avec ses amies Nice et ses plages.
Trois ans plus tard, la jeune étudiante, diplômée de littérature française, employée photographe-reporter au The Washington Time-Herald, rencontre le futur sénateur du Massachussetts : John Fitzgerald Kennedy. Ils se marient le 12 septembre 1953 en présence de plus de centaines de journalistes.
A son arrivée à la Maison Blanche le 20 janvier 1961, elle entreprend une gigantesque rénovation afin que les américains soient fiers de leur pays. Elle édite également le guide de la Maison Blanche qui connaitra un succès phénoménal. Le monde est fasciné par son élégance, son raffinement et les photos de famille avec le jeune Président et leurs deux enfants font la Une des magazines.
En mars 1962, Jackie renoue le dialogue avec l’Inde, le Pakistan et les Etats-Unis.
Son courage, après l’assassinat de son époux à Dallas, où elle fut recouverte de son sang, force l’admiration des grands de ce monde comme Nikita Khrouchtchev. Aux côtés de Robert, elle organisera des funérailles mémorables.
Veuve à 34 ans, elle défend de grandes causes et utilise les médias pour parvenir à ses fins : après les inondations en Florence elle se bat pour obtenir des fonds pour la rénovation des monuments touchés par le drame. Elle se rend au Cambodge en 1967 même si les Etats Unis sont toujours en guerre avec le Vietnam. Elle fait construire le musée JFK à Boston pour que les générations futures découvrent l’ambition de la Nouvelle Frontière.
Après l’assassinat de Robert Kennedy le 6 juin 1968, elle épouse en secondes noces l’armateur et milliardaire grec Aristote Onassis. L’Amérique ne lui pardonne pas. Jackie poursuit son destin sans s’en préoccuper. Elle élève avec intelligence Caroline et John-John tout en préservant la mémoire de son époux.
Après le décès d’Onassis en 1975, elle se lance dans l’édition et c’est aussitôt une réussite. Elle fut à l’origine de la première biographie de Michael Jackson.
Désormais, elle partage sa vie avec l’une des anciennes relations professionnelles de JFK, le diamantaire Maurice Tempelsman. Les Clinton font appel à ses conseils lors de leur première campagne présidentielle.
Elle s’éteint le 19 mai 1994 aux côtés de sa famille et de ses livres. Elle est inhumée au cimetière d’Arlington et rejoint ainsi John Fitzgerald Kennedy. Le monde entier lui rend hommage. A Nice, pour la première fois, Frédéric Lecomte Dieu présentera plus de 100 photographies collectées notamment auprès des archives du musée JFK de Boston, et complétées chacune par des anecdotes rares. A Paris, Philippe Labro, grand connaisseur du sujet, avait salué son travail rédactionnel. De sa naissance jusqu’à ses derniers pas dans Central Park, au bras de son ultime compagnon, les clichés magnifiques de l’exposition seront accompagnés de la reproduction de sa robe de mariée, de sa correspondance avec André Malraux, du rocking chair du Président John F. Kennedy, des lettres de JFK, Robert F. Kennedy, Richard Nixon, Eisenhower, Martin Luther King et des magazines d’archives… La maison Gérard Darel, célèbre pour avoir réédité le collier en perles noires, porté par Jackie Kennedy lors de sa rencontre à Paris avec le Général de Gaulle en 1961, soutient activement l’exposition.
Au-delà d’un portrait de femme,  » Elle s’appelait Jackie  » offrira une immersion dans la plus grande dynastie américaine.

Exposition Elle s’Appelait Jackie !
Photographe : Ullstein Bild
Elle s’appelait Jackie
Du 4 mars au 29 mai 2016
Vernissage : Jeudi 3 mars à 18h
Galerie Ferrero
6, rue du Congrès 06000 Nice – Tel. 04 93 88 34 44
Ouverture de l’exposition du lundi au jeudi de 10h30 à 19h
Du vendredi au dimanche de 10h30 à 19H30
Entrée : 10 €